Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
10 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Trevize

Inscrit le :
28/06/2005
23 critiques
140 messages
Consulter le profil de Trevize
Envoyer un message privé à Trevize

Le festival de la couille et autres histoires vraies

Chuck Palahniuk


Le festival de la couille et autres histoires vraies
Traduction : Bernard Blanc
Illustration : CMB Graphic
Titre original : Stranger than fiction
Première parution : 2005

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
Collection : Denoël et d'Ailleurs
ISBN : 2-207-25648/0

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (11 réponses)

Connu pour ces romans de fictions Chuck

Palahniuk

nous livre ici un receuil de chroniques sur l’amerique profonde. Bien que compilant de vraies chroniques ce livre merite sa critique dans ce forum car en préface l’auteur nous explique comment la réalité et la fiction sont étroitement liés. Comment en fait elle forment un cycle (Je pourrais vous expliquer comment, mais cela gacher le plaisir de votre eventuelle futur lecture)
Le livre est divisé en trois partie, la première (intitulée « Ensemble ») dresse des portraits de groupes passioné par l’une ou l’autre activitée. Dans le texte « C’est de là que vient la viande »

Palahniuk

nous montre comment des collegiens driller par leur proches, perdent leurs santé a essayer de devenir les meilleurs lutteurs greco-roamin du monde, et au final aucun d’entre n’est qualifié ne serais-ce que pour le tournois national.
Dans la deuxieme partie (« Portraits ») Chuck rend visite et dresse un portrait de personnalité américaines (Juliette Lewis, …). On y decouvre aussi Marilyn Manson en tant que diseur de bonne aventure, ou encore « The rocket guy » personnage haut en couleur (constructeur de jouet de proffession) qui veux constuire la première fusée pour voyage spatial privé. Il y rend aussi un hommage à Ira Levin (écrivain sf, ‘Les femme de Stepford’, ‘Un bonheur insoutenable’)
Enfin dans la derniére partie (« Seul »), Chuck

Palahniuk

nous parle de lui et des son vécu, ainsi que de ses racines. A souligner est le fait que meme quand parle de lui il ne perd pas son esprit critique, et montre un certain gout pour l’auto-dérision
l’Auteur ne manque pas de nous montrer les motivations ainsi que les cotés positifs des personnes qu’il rencontre ainsi que de leurs actes (il montre tout sous un angle tres humain-pas de foutage de geulle) mais ils n’oublie pas non plus d’en souligner l’ironie et le non-sens, il essaye simplement de montrer les choses sous le plus de facettes possible. Bref il essaye de rester éaliste et tres vite on se rend compte que la réalité peu effectivement dépasser la fiction tellement elle peut s’averer glauque et/ou absurde.
Cela donne un résultat à la limite du réalisme et du naturalisme.

Le style :

Beaucoup plus facile a lire que ses romans,

Palahniuk

nous livre ici des reportage/document dans un style simple et clair. Malgré tout on y reconnais bien l’auteur certainement dans des textes comme « Vous etes ici ». Peut etre est il devenu plus simple a lire car le traduction a été confié à Bernard Blanc alors que avant c’etait Freddy Michalsky qui s’etait chargé de la traduction des livres précédents.




On connaît Chuck Palahniuk : ses héros illuminés, ses intrigues surréalistes, son exploration du monde à la marge. Ses livres sont le reflet d’une réalité peu ragoutante qu’il étudie cliniquement. Un univers à la foid burlesque et macabre qui renvoie à son histoire personnelle, aux épreuves qu’il a treversées et son goût pour les expériences incongrues.
Une partouze géante au fin fond de l’Ouest américain, un combat de moissoneuse-batteuse, une expédition en sous-marin nucléaire, un face-à-face improbable avec Marilyn Manson : autant d’évocations d’une Amérique déjantée dont Chuck Palahniuk s’est fait chroniqueur.
Dans ce receuil d’histoires vraies où se mêlent subversion, tendresse, humour décapant et exhibitionnisme, il démontre combien la réalité peut dépasser l’imagination et dévoile ainsi l’envers du décor de ses ramons. Car c’est aussi de littérature et du travail de l’écrivain qu’il safit.
On en ressort pas indemne de ce voyage au bout du bizarre et du tragique





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (11 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Choke   

Choke

    

Chuck Palahniuk



Cette critique est signée Olivier
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/03/2006 à 19h24 par Olivier

Fight club   

Fight club

    

Chuck Palahniuk



Cette critique est signée oman
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 13/01/2007 à 17h11 par Jim

A l'estomac   

A l'estomac

    

Chuck Palahniuk



Cette critique est signée Cyril
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/12/2006 à 10h04 par Olivier

Monstres invisibles   

Monstres invisibles

    

Chuck Palahniuk



Cette critique est signée Olivier
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/01/2007 à 19h37 par Jim

Peste   

Peste

    

Chuck Palahniuk



Cette critique est signée Cyril
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/01/2008 à 14h07 par Galvin

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire