Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
13 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
LeGaidol

Inscrit le :
12/05/2005
26 critiques
3016 messages
Consulter le profil de LeGaidol
Envoyer un message privé à LeGaidol

Le chevalier, Le chevalier-Mage, T I

Gene Wolfe


Le chevalier, Le chevalier-Mage, T I
Traduction : Pierre-Paul Durastanti
Illustration : Benjamin Carré
Titre original : The Knight
Première parution : 2005

 Pour la présente édition :

Editeur : Calmann-Lévy
ISBN : 2-7021-3620-6

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (11 réponses)

Et soudain, de manière inexpliquée, un adolescent américain se réveille dans un monde étrange, d’inspiration médiévale et nordique à la fois : Mythgarthr.



Tel est le point de départ de « Le Chevalier », roman de Fantasy de Gene

Wolfe

. Un instant, les ingrédients font craindre le pire. Un chevalier, une quête, un monde médiéval, des dragons, des géants et des ogres ; difficile de renouveler un champ littéraire avec un tel passif.
L’ami Gene se passe-t-il donc la corde autour du cou ? C’est mal le connaître. Effectivement, passée quelques pages l’alchimie opère. Sous la plume de l’auteur états-unien, la transmutation, de ce qui pourrait être un banal récit d’aventures de plus, en une quête (au sens véritablement chevaleresque) est réalisée pleinement.
Néanmoins, attention ! Quelques précautions s’imposent avant de poursuivre.
La narration de Gene

Wolfe

est pleine de trous laissés à dessein. Le procédé qui a déjà été utilisé par l’auteur dans la saga de Latro (« Soldat des brumes » et « Soldat d’Aretê ». Dans ces deux romans, Latro oublie irrémédiablement la nuit ce qu’il a vécu le jour, ce qui le conduit à écrire quotidiennement les aventures qu’il vit et impressions qu’il ressent), intrigue autant qu’il peut énerver. Les ellipses sont nombreuses, les raccourcis foisonnent et ça digresse à tout va. Pourtant, le charme agit et le récit se pare d’un aspect onirique qui n’est pas déplaisant pour qui ne cherche pas à comprendre absolument tout. D’autant plus, que Gene

Wolfe

prend un plaisir malin à brouiller davantage les pistes en introduisant le récit à la manière d’un journal (avec un index des noms de personne, de race et de lieu) raconté par un narrateur qui se souvient difficilement de ses actions passées incroyables en Mythgarthr et les relate pour son frère qui se trouve à la fois en Amérique et en Mythgarthr. Suivez-vous encore ?

Ceci étant précisé, attaquons-nous au récit.

« Le chevalier » est, comme précédemment annoncé une quête. Roman d’apprentissage au sens premier du terme en conséquence, et non succession de combats épiques éreintants.
Au commencement, un jeune américain se réveille dans un monde qui lui est étranger. Au lieu d’être désorienté, à l’instar de n’importe quel quidam élevé dans une civilisation d’abondance, il s’adapte à ce monde et à ses habitants. Grande trouvaille que ce monde d’ailleurs dont Gene

Wolfe

nous distille par touches successives l’organisation (imaginez une série de couches superposées habitées par des populations différentes et respectant des règles spécifiques). En fait, Able tel qu’il se présente en Mythgarthr, est un chevalier au plus profond de son être. Anachronique dans son propre univers mais évoluant comme un poisson dans l’eau en Mythgarthr. Able est surtout un adolescent dont les goûts le portent vers les prouesses romantiques, la courtoisie naïve et qui a beaucoup à apprendre. Ses premières rencontres ne tardent pas à déterminer son destin : il sera chevalier, le meilleur si possible. A lui d’adopter la conduite irréprochable correspondant à son idéal. Tout à tour poignant, humoristique, mystérieux, « Le chevalier » déconstruit l’heroic fantasy pour en utiliser les éléments d’une manière subtile et exigeante. Gene

Wolfe

ressuscite l’art du conte en l’édulcorant de son aspect édifiant car, paradoxalement au cours de son périple, Able apprend autant d’autrui que les autres apprennent à son contact. Cependant, peut-être le paradoxe n’est-il qu’apparent…
Able rencontre les êtres magiques ou non qui peuplent Mythgarthr et les autres mondes, car il jouit du don de se déplacer d’un territoire à l’autre. Il promet beaucoup et se trouve confronté à ses promesses contradictoires.
Bref, ce roman magique, difficilement résumable à son histoire, constitue le premier volet d’un diptyque dont j’attends désormais le dénouement avec une curiosité que je maîtrise difficilement.

Aparté : Le roman de Gene

Wolfe

est dédié à Yves Meynard, auteur de « Le Livre des chevaliers ».
Disponible en français aux éditions ALIRE
http://www.alire.com/Romans/LivreChevaliers.html




Après s'être égaré dans une forêt, un jeune Américain se retrouve projeté sans raison apparente en Mythgarthr, un monde médiéval aux frontières de notre réalité où cohabitent tant bien que mal humains, ogres, dragons, elfes et autres créatures magiques.
Bien vite transféré dans un corps d'adulte par Disiri, la reines des AElfes, celui qui en son for intérieur reste un adolescent va prendre le nom d'Able du Grand Coeur et se mettre en quête de l'épée fabuleuse qui lui a été promise, subissant maintes épreuves et relevant mille défis pour enfin s'éveiller à sa nature profonde : celle de chevalier.

S'attaquant de front à l'heroic fantasy pour mieux la reconstruire à sa guise, imposant sur la forme comme sur le fond un modèle inédit de mythologie qui puiserait davantage son inspiration dans "Les Chroniques de Narnia" de C.S. Lewis que dans "Le Seigneur des anneaux", l'immense Gene Wolfe a tout simplement signé avec le diptyque du Chevalier-mage une des oeuvres majeures du genre.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (11 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La cinquième tête de Cerbère / les chroniques martiennes   

La cinquième tête de Cerbère / les chroniques martiennes

    

Ray Bradbury, Gene Wolfe



Cette critique est signée oman
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/08/2017 à 15h46 par Jim

L'ombre du bourreau   

L'ombre du bourreau

    

Gene Wolfe



Cette critique est signée vda
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 04/09/2006 à 18h12 par K2R2

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire