Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
8 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1514 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

L'ombre du bourreau

Gene Wolfe


L'ombre du bourreau
Traduction : William Olivier Desmond
Illustration : Stéphane Dumont
Titre original : The shadow of the torturer
Première parution : 1980

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Sévérian a été élevé par la guilde des Enquêteurs de Vérité et des Exécuteurs de Pénitences, autrement dit la guilde des bourreaux. Arrivé à l’âge adulte, il choisi de devenir compgnon, et par amour de la Châtelaine Thecla, il trahi les siens et est exilé.

Pour rejoindre la ville aux murs sans fenêtres, Thrax, Sévérian doit quitter la Citadelle sise dans la ville tentaculaire de Nessus.
Dans son habit de fuligine, d’un noir si profond qu’on n’y distingue pas même les plis, armé de l’épée Terminus Est que lui a donné maître Palaemon, le jeune homme va de rencontres en découvertes, d’attirances en fascinations.

Si savant dans l’art de torturer et de tuer, il est innocent comparé aux habitants de la cité qu’il rencontre : Aghia, jeune femme qui après qu’il ait été défié par un septentrion, va l’accompagner à travers une partie de la ville et ses dangers pour atteindre les jardins botaniques de l’autarque et y cueillir l’averne, cette fleur étrangère qui sera l’arme des duellistes.
A la nuit tombé, à Sévérian et Aghia, s’est jointe la jeune Dorcas laquelle, bien que sans mémoire, a sauvé le jeune bourreau de la noyade. Ensemble, ils rejoignent les Champs sanglants où se déroulent à la tombée de la nuit les duels.

Deux personnages principaux se partagent à égalité ce premier volume du Livre du second soleil de Teur : Sévérian et Nessus.

Découvrant le monde de Teur par la relation de Sévérian, le lecteur est promené des méandres crépusculaires de la nécropole aux profondeurs douloureuses des geôles de la tour Matachine où résident et oeuvrent les membres de la guilde des bourreaux, des différentes tours de la Citadelle où se situe la tour à la cité antique et tentaculaire de Nessus si étendue que son gigantesque mur d’enceinte n’est depuis la Citadelle qu’une ligne noire indistincte.

Accompagnant Sévérian dans ses pensées, ses réflexions et ses déambulations, le lecteur est le captif volontaire du jeune bourreau, charmé qu’il est par la sensibilité et l’innocence de Sévérian. Malheureusement, Gene

Wolfe

emploie la même technique littéraire pour l'ensemble du cycle, lassant avec un récit plein de méandres. Les péripéties de l'histoire se trouvent noyées dans l'excès de détails. Avoir une mémoire parfaite, et décrire en détail alourdit la structure du récit qui, bien qu'aidé d'une écriture imagée émaillée de termes antiques et décallés, ne pallie pas à l'absence d'une structure affûtée.

Deux rencontres sont fondatrices de l’évolution du jeune bourreau dans ce volume : dans la nécropole, nocturne et fantomatique, il percute un petit groupe en fuite, mené par le hors-la-loi Vodalus ; dans le confort familier des cellules de la tour Matachine, il fréquente la Châtelaine Thecla, ancienne résidente du Manoir absolu.

Divers éléments, épars, rapides, éclairent le monde de Teur d’où la technologie est étrangement absente malgré l’évocation de pistolets, de lasers et d'atmoptères, sans parler de la Citadelle dont les étages font penser à un immense vaisseau échoué depuis des temps immémoriaux, ni des jardins botaniques qui semblent pour certains être ouverts sur d’autres espaces-temps. Ces lumières ouvrant le récit sur l’espace et le temps donnent à ce premier volume d’apprentissage, un peu lent, ampleur et densité, inaugurant le cycle du Second soleil de Teur.




Une autre civilisation, aux mœurs étranges, très loin dans l’avenir. Elevé depuis toujours dans la Guilde des Bourreaux, Sévérian est nommé Exécuteur dans une cité lointaine qu’il doit rejoindre à pied, par villes, monts et vaux, alors qu’il ignore tout des usages du mondes. Voyage pittoresque dans l’espace et le temps, mais aussi voyage initiatique qui le confronte aux situations les plus étranges, dans un univers qui ne dévoile jamais complètement ses mystères. Premier volume d’une saga en passe de devenir l’une des plus belles de la SF, L’Ombre du bourreau réconcilie avec une subtile audace le lyrisme de l’héroïc fantasy et la vérité aiguë de la science-fiction dans un futur si lointain qu’il ressemble à un passé très ancien.

L’auteur : Gene Wolfe est né à New York en 1931. Son premier texte de SF paraît en 1967, et il obtient , en 1973, le Nébula de la meilleur novella pour La Mort du Dr Ile (Ed. Seghers). Auteur d’une centaine de nouvelles et d’un remarquable roman La Cinquième tête de Cerbère (ED. Laffont), Gene Wolfe s’affirme comme l’un des plus talentueux écrivains de sciencs-fiction.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Le chevalier, Le chevalier-Mage, T I   

Le chevalier, Le chevalier-Mage, T I

    

Gene Wolfe



Cette critique est signée LeGaidol
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/09/2006 à 16h01 par Lisbei

La cinquième tête de Cerbère / les chroniques martiennes   

La cinquième tête de Cerbère / les chroniques martiennes

    

Ray Bradbury, Gene Wolfe



Cette critique est signée oman
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/08/2017 à 15h46 par Jim

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire