Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
6 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1504 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

Le Canal Ophite

John Varley


Le Canal Ophite
Traduction : Rémy Lobry
Illustration : David B. Mattingly
Titre original : The Ophiuchi hotline
Première parution : 1977

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (9 réponses)

Un petit aperçu de l’univers dans lequel se déroule Le Canal Ophite. Depuis plusieurs siècles, la Terre a été " envahie " par des Envahisseurs qui ont détruit les réalisations humaines provoquant la mort de milliards de Terriens. Les humains des Huit Mondes descendent de ceux qui résidaient au moment de l’ " invasion ", sur la Lune, sur Mars et les autres planètes ou satellites où étaient établies des colonies humaines. Ils ont réussi à survivre. A présent, ils vivent à côté de la Terre sans vraiment la revendiquer comme leur.

Depuis quatre cents ans, un faisceau déverse des informations sur les Huit Mondes. Ce Canal semble venir d’un monde à 70 années lumières, Ophicius. Les données décodées sont exploitées par les humains. Mais pas l’ensemble des données car sur les Huit Mondes, si on s’ingénie à modifier et adapter les corps pour des motifs utilitaires ou/et esthétiques, il est criminel de travailler sur le génome humain. Les travaux de Lilo-Alexandr-Calypso font d’elle une Ennemie de l’Humanité et la voilà condamnée à mort, et la voilà kidnappée, sauvée de l’exécution, par le Patron des Libres-Terriens.
Lilo évadée de prison devient un des pions de Tweed, cherche à s’enfuir de cette nouvelle captivité, meure, est clonée…

Varley

ne jongle pas seulement avec les planètes, astéroïdes et satellites, il joue avec ses personnages et avec son personnage principal, Lilo, démultipliée. Il entraîne le lecteur dans son tourbillon de Lilo, l’étourdissant sans tout à fait le perdre, ouf. Aux pas de son héroïne, il attache de multiples Cathay, professeur sans droit d’exercer, autre pions de Tweed, et Vaffa aux multiples clones au combien mortifères.

" Un chirurgien imaginatif pouvait faire faillite sur Luna. Les jambes supplémentaires aux endroits les plus inattendus, les têtes inversées, les nouvelles lignes pour le nez ou les queues préhensiles intéressaient peu de monde. Ils changeaient de sexe à peu près une fois tous les huit ans, bien moins souvent que dans l’ensemble du système. Dix pour cent seulement de la population recouraient à la chirurgie esthétique. La plupart des Lunariens qui désiraient changer de visage le faisaient chez eux, comme passe-temps. "

Moins abouti à mon avis sur le plan de la structure romanesque que Gens de la Lune et Le système Valentine, Le Canal Ophite est cependant remarquable quant à la mise en place de l’univers science-fictif. Tout y est ou presque en germes : la société des Huit Mondes, les Disneyland, la transformation corporelle en deux coups de bistouri.
Les aventures des Lilo ne manquent par ailleurs pas de cachet.




(édition Calmann-Lévy de 1979) Personne ne connaît l'origine du Canal Ophite : depuis quatre siècles, ce rayon laser pointé vers notre soleil transmet de précieuses informations scientifiques. Mais la communication est à sens unique : pour parler aux Ophites, il faudrait construire un laser similaire, et notre réponse mettrait dix-sept ans à leur parvenir. Ceci n'est pas dans les moyens d'une humanité chassée de Vieille Terre par de mystérieux Envahisseurs, et dispersée aux quatre coins de la galaxie.
Voici que le Canal livre un déroutant message en forme de note de téléphone... pour quatre cents ans de services, avec menace de « sanctions sévères » en cas de non-paiement.
Pendant ce temps, sur Aquarius 14, la jeune savante Lilo-Alexandr-Calypso, condamnée à mort pour certains travaux génétiques interdits, est exécutée. Mais Lilo survit, reproduite en plusieurs exemplaires, grâce à des clones illégaux. Et les incarnations multiples de Lilo convergent toutes vers l'énigme du Canal Ophite...
Dans ce premier roman, John Varley a su mêler des idées de science-fiction extrêmement originales et un art sophistiqué du suspense. Il est, déjà, un auteur important.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (9 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Champagne bleu   

Champagne bleu

    

John Varley



Cette critique est signée morca
17 réponses y ont été apportées. Dernier message le 30/08/2006 à 13h42 par Lisbei

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire