Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Lisbei

Inscrit le :
23/05/2005
20 critiques
2802 messages
Consulter le profil de Lisbei
Envoyer un message privé à Lisbei

La ville au fond de l'oeil

Francis Berthelot


La ville au fond de l'oeil
Illustration : Jean-Denys Philipe
Première parution : 1986

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
ISBN : 2.207.30429.9

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Moi, Alexis, le soir tombe à nouveau, et je voudrais comprendre. Jour après jour, je vois grandir la fêlure qui me sépare du monde, tandis que la vie se retire de mes marionnettes.
Piégeux dès le début, ainsi se présente ce roman, que je serais bien en peine de classer autrement qu'en catégorie OLNI. Enfin, disons SF, puisqu'on ne sait vraiment pas où le mettre ailleurs...

Si je devais le résumer en 2 mots, je dirais qu'il décrit une psychothérapie (personnelle et de groupe) pas si mal réussie, mais j'ai un peu peur, ce disant, de faire fuir ceux d'entre vous qui auraient vaillamment résisté jusqu'à maintenant. Et pourtant qu'en dire d'autre ?
comment ne pas tomber quand c'est à l'intérieur que l'on tombe, comment ne pas perdre conscience quand le sourire des ténèbres est tellement beau ?
Il nous faut une arme [...]puissante. Un spectacle qui montre aux gens comment théâtraliser leurs fantasmes, de manière à ne plus leur donner prise.

Ca pourrait aussi décrire une désintoxication. Par certains aspects, ce roman m'évoque Les chevaliers de la Table Ronde, de Jean Cocteau, pièce à la fin de laquelle un personnage dit
Citation :

Je préfère de vrais morts à une fausse vie
Et cette phrase résume assez bien, aussi, le trajet intérieur (et, pour certains, extérieur) accompli par certains des personnages de La ville au fond de l'oeil.

Peut-être que c'est une pépinière. En tout cas, j'y trouve préfigurées les oeuvres ultérieures de l'auteur, et notamment les romans du cycle Le rêve du démiurge : ce "bleu" inquiétant, mortel, qui imprègne Le jeu du cormoran, cette "glaciation" (ici décrite comme une cristallisation) que l'on trouve à la fin de Nuit de colère... Mais aussi, chacun se délite, puis se transmute ou meurt à sa façon toute personnelle, comme dans Rivage des intouchables... On retrouve, comme très souvent dans les romans de

Berthelot

, l'alliance de l'artiste physiquement fragile et du bandit baraqué et ambivalent, la mère dévorante ou impuissante (dans ce roman représentées toutes deux, par Setha et Irène Kereg, la fausse et la vraie mère de Sonia Setha vaut cent propagateurs à elle seule. C'est l'essence même du Cloaque, une de ses pires incarnations.), le père pour le moins ambivalent, et qui de toute façon ne peut rien pour ses propres fils : l'Archonte de Krizkern préfigure le psychanalyste de Nuit de colère.

Bon pour ceux qui ne sont pas encore fans de l'auteur, ça n'aidera pas beaucoup... A ceux-là, je dirai que ce n'est sans doute pas le roman le plus abordable de l'auteur, et qu'il serait sans doute plus facile de commencer par Rivage des Intouchables. Si vous insistez, je dirai quand même que, malgré tout ce que je viens de dire, et contre l'avis d'Olivier lui-même, je considère que ce roman est un chef-d'oeuvre absolu, de style et d'originalité.

Au premier abord, Krizkern apparaît come une station balnéaire tranquille[...]. Pourtant son étrangeté ne tarde guère à se trahir. L'architecture autant que les modes de vie y sont essentiellement régis par trois principes : diversité, solitude, métamorphose. [...]. Elle distille des faubourgs contradictoires à travers le relief de la péninsule. Les recenseurs locaux estiment la population à trente mille habitants. Mais un tel chiffre ne veut pas dire grand-chose, car le Cloaque dédouble les uns, décime les autres, et l'immigration se poursuit au goutte à goutte.




Un jour, quelque chose se casse, on ne sait où : une crevasse ouverte en travers du chemin, au sein de la mémoire ou dans le regard qu'on porte sur le monde. Ainsi le marionnettiste Alexis voit mourir ses pantins à la suite d'un message, sitôt reçu, sitôt oublié. Un seul refuge pour lui désormais : Krizkern, la Ville au Fond de l'Oeil, ville étrange, évolutive, en partie organique, et dont les habitants côtoient les figures nées de leur délire. Entre deux crépuscules le vrai et le faux s'affrontent sans règle. Comment distingue-t'on un être réel d'un propagateur du Cloaque ? Le couteau du tueur est-il meurtrier ou salutaire ? Ballerine fêlée, peintre muré en son puits, Enfants Chrysalides, quel théâtre né des failles de chacun peut restaurer l'unité perdue ?
Une séduction insolite se dégage de ce roman harmonieux et subtil, à la fois allégorie lumineuse et histoire presque familière, tout se jouant dans ce "presque".


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Hadès palace   

Hadès palace

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/04/2008 à 09h51 par JC

Forêts Secrètes   

Forêts Secrètes

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée ARNm
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/12/2005 à 16h15 par ARNm

L'ombre d'un soldat   

L'ombre d'un soldat

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Gracie
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 11/03/2006 à 00h11 par Lisbei

Le jongleur interrompu   

Le jongleur interrompu

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Gracie
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/05/2006 à 15h36 par Olivier

Mélusath   

Mélusath

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Gracie
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/04/2008 à 07h56 par Maralan

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire