Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
10 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Gracie

Inscrit le :
05/10/2004
37 critiques
1857 messages
Consulter le profil de Gracie
Envoyer un message privé à Gracie

L'ombre d'un soldat

Francis Berthelot


L'ombre d'un soldat
Première parution : mars 1994

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
ISBN : 2.207.241.48.3

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (2 réponses)

Pour ce premier volet du cycle "le rêve du démiurge", Francis

Berthelot

nous raconte la difficile et progressive entrée d'un enfant dans l'âge adulte, par sa prise de conscience du mensonge des adultes, qui ne sont pas vraiment ce qu'ils paraissent.
L'enfant part en quête de cette vérité que nous avons dès le début à peu près devinée.
Mais l'important ici est d'assister en spectateur à cette enquête, et de voir ce qu'elle apprend à cet enfant.
Le secret a son origine pendant l'occupation allemande, mais il ne s'agit pas d'un ouvrage sur l'horreur nazie ou le racisme etc. Ce contexte n'est qu'un prétexte qui se prête bien à cette idée du poids du passé, du secret et de la culpabilité.

L'enfant ne fera qu'approcher cette vérité puisqu’elle n'existe pas, et chacun va lui raconter la sienne.
Ainsi, il prend connaissance de quatre versions :
• La version d’une « spectatrice » plutôt neutre et indulgente.
• La version d’une martyre
• La version de la femme à l’amour coupable
• La version du bourreau
Chaque version est différente, puisque subjective, la "vérité" est appréhendée selon ce que le narrateur en sait, ce qu’il en a vu et ce qu’il en a vécu.
Il apprend le flou entre le bien et le mal, l’inconsistance de la vérité et la difficulté à juger les gens et les faits. Chaque personnage du roman a son côté sombre et haïssable et son côté émouvant.

Les personnages forts de ce roman sont essentiellement des femmes (les mères) et des enfants, et le soldat allemand.
Trois enfants :
• Olivier le personnage principal, fils de celle qui a sympathisé et couché avec l'ennemi et qui continue a subir la haine et les rancoeurs des autres.
• Muriel qui est l'enfant qui a ravivé les douleurs de la torture en naissant et pour laquelle sa mère n'arrivera jamais à avoir de tendresse.
• Laurent à qui sa mère a transmis sa haine et les rancoeurs du passé.

On a, à priori, une histoire plutôt austère mais souvent allégorique et écrite dans un style si agréable à lire et avec une telle sensibilité, que l’auteur nous fait aimer ces personnages déchirés, meurtris par des événements qui les dépassent, au point de ne pouvoir s’en libérer et d’en transmettre le fardeau à leurs enfants.
Que faire du « poids de l’histoire ? »




Que la neige tombe sur le passé ou le présent, elle a la classe des grandes mystificatrices. La semaine avant Noël, les nuages qui s'amoncelaient sur Montaiguière (1250 habitants) sont passés insensiblement du blanc à l'ocre sale. Puis, d'un coup, ils ont viré à une espèce de vert-de-gris, rappelant moins la feuille de l'olivier que la crasse des convois militaires. Dans ses profondeurs, on a vu se profiler le spectre des bombardiers et des chars. Mais au moment où leur ombre allait recouvrir la garrigue, le ciel a crevé en flocons diaphanes, comme pour tout lénifier, l'inquiétude des bêtes, la mémoire des hommes, et renvoyer dans les limbes les secrets malséants.

Les secrets malséants, ce sont ceux qu'Olivier va chercher à percer. Olivier qui n'aura de cesse de comprendre, à travers les mensonges des uns et le silence des autres, le jeu cruel qui s'est déroulé avant sa naissance : un épisode de l'occupation, sur lequel il ne recueille que des récits contradictoires ; un drame dont il continue d'être la victime alors même que le personnage clé lui en demeure inconnu. Et ce qui apparaît au fil de cette quête, c'est le prix que les enfants pour les fautes ancestrales qu'on leur cache : se retrouver, à mesure que les masques tombent, dans un paysage qui ressemble de plus en plus à la folie.

Francis Berthelot est né à Paris en 1946. Polytechnicien, docteur ès sciences, il poursuit au C.N.R.S. des recherches en narratologie. Il a déjà publié quatre romans dont le dernier, Rivages des intouchables (Denoël), a obtenu le Grand Prix de la science-fiction française 1991. L'ombre d'un soldat est son premier roman de littérature générale.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (2 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La ville au fond de l'oeil   

La ville au fond de l'oeil

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Lisbei
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 17/08/2005 à 15h23 par Lisbei

Hadès palace   

Hadès palace

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/04/2008 à 09h51 par JC

Forêts Secrètes   

Forêts Secrètes

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée ARNm
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/12/2005 à 16h15 par ARNm

Le jongleur interrompu   

Le jongleur interrompu

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Gracie
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/05/2006 à 15h36 par Olivier

Mélusath   

Mélusath

    

Francis Berthelot



Cette critique est signée Gracie
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/04/2008 à 07h56 par Maralan

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire