Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
7 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Lisbei

Inscrit le :
23/05/2005
20 critiques
2802 messages
Consulter le profil de Lisbei
Envoyer un message privé à Lisbei

La saison des singes

Sylvie Denis


La saison des singes
Illustration : Jean-Marie Michaud
Première parution : 2007

 Pour la présente édition :

Editeur : L'Atalante
ISBN : 978-2-84172-362-1

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (14 réponses)

Le scénario est d'un grand classicisme : une civilisation galactique qui pourrait faire penser au cycle de la Culture, de Banks, ou à McCaffrey avec ses vaisseaux T & J, et puis une méchante en fuite avec agents et privé à ses trousses, et tout ce monde se retrouve sur une planète perdue aux confins de nulle part. Sur cette planète, des humains qu'on croirait échappés de Pratchett, au sens où ils s'imaginent encore vivre sur une terre plate et être sortis d'un oeuf édénique à la fracture récente, et des êtres arboricoles nocturnes à la civilisation élaborée. Les humains ont bien sûr totalement oublié qu'ils viennent des étoiles... et que certains d'entre eux avaient des buts très opposés à ceux de certains autres.

C'est Raymond Radiguet qui disait que qui voulait faire oeuvre originale ne devait surtout pas chercher à être original, mais à imiter les classiques, et que c'était dans la mesure où il n'y arrivait pas parfaitement qu'il faisait oeuvre originale. Avec Sylvie

Denis

, on est toujours sur un fil entre le déjà vu et le nouveau. Un exemple, qui je pense sera particulièrement flagrant pour Franz et autres dunomaniaques : [...]elle rêva qu'elle se réveillait couchée sur un lit de serpents. Dans ce rêve, [...] elle tendait le bras pour caresser l'un d'eux. Doux comme du velours, il s'enroula autour de son bras avec la souplesse d'une étoffe et la tiédeur d'une peau d'andromère. Lorsqu'elle pensa qu'on aurait pu coudre une jolie manche dans ce tissu, il fut rejoint par un compagnon de même couleur. Ils glissèrent sur son bras, l'un dessus et l'autre dessous, et se disposèrent de manière à ce que leurs corps plats se pressent bord à bord au point d'en devenir invisibles. A partir de cet instant, elle put leur communiquer tous ses désirs et leur faire faire tout ce qu'elle voulait. C'est comme ça souvent : l'auteure prend une image connue, en fait un clin d'oeil à ses lecteurs culturés, et la ré-utilise de façon méconnaissable, voire la renverse. Dans l'exemple que je viens de citer, la "peau de serpents" ne protègera pas du tout l'enfant, et ce n'est qu'une incidente dans l'histoire.

La dimension politique, pour être parfois discrète, n'en est pas moins omniprésente : Les enfants souffraient et devenaient des adultes obtus, de petits singes mesquins et cruels dont l'ingéniosité ne savait plus s'appliquer qu'à une chose : leur survie, âpre, quotidienne et d'une stupidité infinie.
Quel gâchis.
Disposer d'individus et en faire des zombies parce que, pour exécuter leur travail, il aurait fallu construire des machines aussi intelligentes, aussi complexes qu'eux. Trop cher.
A ce propos, je vous recommande les extraits de la "Déclaration des droits des hommes libres et singuliers", en fin de volume.

Ce roman est foisonnant, mais l'une des questions qui le sous-tend est celle des "améliorations" apporté au "kit de base" humain, puisqu'il y a visiblement des bugs dans le gène du grand sommeil, avec endormissement aléatoire, difficulté à se réveiller... L'une des façons de vivre sa vie, si l'on veut, pourrait consister à dormir en se réveillant de loin en loin. C'est ce que font Kiris T. Kiris, la criminelle folle, et celui qui la poursuit, Gabriel Burke. Mais là où l'un a renoncé à sa vie, à force de se reposer sur les machines qui le servent, l'autre cherche frénétiquement comment elle pourrait vivre éternellement.

Roman sur l'usage de la science et de la technique, et sur la mort, thèmes qui étaient déjà abordés, de manière forcément très différente dans Haute Ecole, c'est une oeuvre fascinante, et on attend avec une grande impatience le deuxième volet !




Une civilisation humaine extrêmement avancée a fédéré des dizaines de mondes au sein de la Charte des amis de l'humanité.
3976 : Gabriel Burke, enquêteur privé, monte à bord de l'Abondant, un gigantesque vaisseau chartiste. Mais la criminelle qu'il poursuit, Kiris T. Kiris, s'attaque à l'Abondant et le conduit au naufrage... Gabriel Burke se retrouve sur une planète inconnue où il va entamer une planque de plus de mille ans.
Au fil des siècles, les autochtones, les Ninhsis, entrent timidement en contact avec une communauté humaine obscurantiste, tandis que d'autres survivants du naufrage réapparaissent. Or aucun d'entre eux n'a renoncé à ses projets d'origine...
Et l'ombre des Grands Modifiés plane sur la diaspora de l'humanité.

Après "Haute-École", roman de fantasy, Sylvie Denis revient à la science-fiction.
"La saison des singes" est le premier tome d'un diptyque à la fois roman d'aventure et de suspense, et réflexion sur le rôle de la technoscience.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (14 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Jardins virtuels   

Jardins virtuels

    

Sylvie Denis



Cette critique est signée vda
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/01/2010 à 18h27 par LeGaidol

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014