Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
23 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

En terre étrangère

Robert Heinlein


En terre étrangère
Traduction : Frank Straschitz
Titre original : Stranger in a Strange Land
Première parution : 01 février 1970

 Pour la présente édition :

Editeur : Robert Laffont
ISBN : 2221025954

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (1 réponses)

Entrée en matière :

« Il etait une fois un Martien du nom de Valentin Michael Smith.
Les membres de la première expédition humaine vers Mars furent choisis selon la théorie que le plus grand danger pour l’homme, c’est l’homme lui-même. En ce temps-là, huit années après l’établissement de la première colonie sur Luna, les voyages interplanétaires humains dépendaient encore de trajectoires orbitales – deux cents cinquante-huit jours terrestres de Terra à Mars et autant pour le retour, sans compter quatre cent cinquante-cinq jours d’attente sur Mars pour que les planètes se retrouvent dans une position réciproque favorable à la trajectoire… »


L’histoire :

Une expédition composée des meilleurs scientifiques humains est lancée sur Mars. Et puis ce fut le silence. Une autre expédition est envoyée et l’équipage revient sur Terre avec le seul survivant : Valentin Michael Smith, l’Homme de Mars. Celui-ci est faible à cause de la différence de gravité de Mars et on le maintien sous très haute surveillance dans une clinique où l’infirmière Gillian réussit à le voir, malgré la sécurité. En effet, cet homme, d’après les lois régies, est le propriétaire de Mars et l’héritier d’une colossale fortune! Mais le garçon ne peut se rendre compte de notion comme la propriété privée et est source de toute les convoitises, en particulier de la Fédération des états unis…

Le mouvement hippie.
Historiquement, le mouvement hippie vient du malaise des jeunes, principalement des jeunes bourgeois qui ont voulu se révolter contre le système en place. Ils considéraient que le monde matérialiste dans lequel ils vivaient (bien d’ailleurs, puisque les parents sortis de la guerre leur donnaient ce qu’ils voulaient) les privait de la seule chose qu’ils voulaient : la liberté.
Une des façons de se rebeller a aussi été leur « religion » sous forme de paix et amour, le fameux « peace & love ». Le but étant de choquer le puritanisme américain, par exemple. Le « flower flower » symbolisait l’amour de son prochain, de la paix et de la nature. Le concept de non-violence était né pour combattre les guerres. Cette notion rejoint le christianisme, mais en fait englobe toutes les religions. Ces dernières repoussèrent en masse ce mouvement hippie. La particularité hippie aussi était le fait de rejeter la société de consommation en fondant des communautés, généralement à la campagne pour être plus proche de la nature et pour vivre de la nature. Ces communautés vivaient d’amour libre et de marijuana. La drogue étant la façon pour eux de pouvoir plus facilement communiquer les uns avec les autres. Malheureusement, ces communautés ne duraient pas le temps, pour incompatibilité des uns et des autres au bout d’un certain temps, et il n’est pas facile de s’affranchir de l’argent…

Le roman comme référence.
On peut comprendre dès lors que bon nombre de hippies aient eu ce roman comme référence pour leurs communautés : il y est question de communauté basée sur l’amour libre, le partage de l’eau, l’amour et surtout la religion.
En effet,

Heinlein

dresse dans ce roman une critique acerbe des religions dites de consommation : les télévangélistes et leurs miracles en échange de quelques (souvent plus) deniers, le show de ces derniers permettant de mettre en trance les éclairés. Mais

Heinlein

y met la thèse et l’antithèse. Par son cynisme, Harshaw permet de mettre un contrepoids dans la balance, et c’est ce que les hippies n’ont pas compris.

Heinlein

critique un certain type de religion, mais pas la religion elle-même.
Globalement, ce roman est un constat de la société actuelle, critiquant certains aspects de notre société de consommation en y montrant un modèle de société anarchique qui fonctionne mais grâce à l’argent. Etonnant paradoxe !

Pour la lecture, il s’agit de longs débats, et je n’y ai pas trouvé grand plaisir à lire ces 480 pages. Certains passages sont ridicules lors des miracles de Michael, mais c’est un livre classique et intéressant dans la mesure où il reflète un certain esprit des années 60. Une curiosité.

Extraits :

« Tandis que Mrs Douglas parlait d’abondance sur un sujet dont elle ignorait presque tout, Jubal E. Harshaw, docteur ès lettres, docteur en médecine et docteur en droit, bon vivant, gourmet, sybarite, auteur populaire d’exception et philosophe néo-pessimiste, était assis sur le bord de sa propriété des Poconos. Il grattait la toison grise qui couvrait sa poitrine en regardant ses trois secrétaires s’ébattre dans l’eau. Leur beauté n’avait d’égale que leurs talents de secrétaires. Dans l’opinion de Harshaw, le principe du moindre effort exigeait que le beau se joignit à l’utile.
[…]
Il disait à qui voulait l’entendre que, pour écrire, il mettait ses gonades en parallèle avec son thalamus et débranchait son cerveau. »




Les membres de la première expédition vers Mars périrent tous. Sauf un : Valentine Michael Smith, né sur Mars, élevé par les Martiens, recueilli et ramené sur Terre, à l'âge de vingt ans par la deuxième éxpédition vers Mars, au début du XXIe siècle.
Physiquement Valentine Michael Smith était humain.
Mentalement, il était martien.
La seule analogie qui convînt pour le définir était celle des enfants-loups, des enfants élevés par des loups. Mais les martiens n'étaient pas des loups. Leur culture était plus complexe que celle de la terre.
Le premier problème de Mike : survivre sur la Terre ! Tout lui était agression : la pesanteur, la pression atmosphérique, et surtout les hommes...
Le second problème fut pour lui de comprendre en quoi et pourquoi les hommes différaient des martiens et pourquoi ils étaient malheureux...


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (1 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Double étoile   

Double étoile

    

Robert Heinlein



Cette critique est signée oman
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/09/2015 à 15h30 par Butch

Une porte sur l'été   

Une porte sur l'été

    

Robert Heinlein



Cette critique est signée vda
21 réponses y ont été apportées. Dernier message le 07/09/2015 à 15h20 par Butch

Révolte sur la Lune   

Révolte sur la Lune

    

Robert Heinlein



Cette critique est signée Gui
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/07/2017 à 21h15 par Butch

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire