Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Comte zéro

William Gibson


Comte zéro
Traduction : Jean Bonnefoy
Illustration : Jean-Michel Ponzio
Titre original : count zero
Première parution : 09 avril 2001

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
ISBN : 229031126X

La critique du livre
Soyez le premier à donner votre avis !

Entrée en matière :

"Ils flanquèrent un pistard aux trousses de Turner, dans les vieilles rues de Delhi, câlé sur ses phéromones et sa couleur de cheveux. Il le rattrapa dans une rue nommée Chandni Chauk et se précipita vers sa BMW de location à travers une forêt de jambes nues et brunes et de pneus de vélos-pousse. En son coeur : un kilo d'hexogène recristallisé et de TNT en pailettes..."

L'histoire :

Turner est mercenaire et spécialisé dans les opérations comme l'exfiltration et il est embauché par un certain Conroy pour débaucher un ingénieur du nom de Mitchell de la tres fameuse société Maas Biolabs, dont l'importance économique prend des dimensions titanesques. Il est prévu que Mitchell s'enfuit de son employeur dans l'Arizona, où l'attend Turner et son équipe.
A Paris, Marly est galeriste, dont la dernière galerie a fait un flop, et se voit confier une mystérieuse mission par le mécène richissime Virek : retrouver l'artiste qui a conçu une des boîtes "poétiques" responsable de sa faillite et qui fascine tant le multimilliardaire.
Bobby, jeune hackeur, un "Wilson", à proximité de New York, teste un nouveau biogiciel, en vue de craquer un système, et manque de se faire cramer le cerveau.
Trois vie, trois lieux sans rapport en apparence, et pourtant...

Crash.
Comte zéro est un roman étonnant non seulement par la narration mais aussi par par son contenu, lesquels y sont intimement liés. Ici, on atterrit en plein dans le milieu des hackers purs et durs. En général, il s'agit des quartiers mal famés, sordides, dont la faune est presqu'exclusivement composées de zonards, de gangs et de laissés-pour-compte.

Contre-culture.
Certaines "sub-cultures" y sont décrites comme si l'auteur avait une presqu'une fascination. Ici le monde des Gothics, par exemple. Dans un background tres vaudou.
D'autres personnages sont présents, plus dans la lignée de nombreux anti-héros chers à

Gibson

tel le mercenaire qu'est Turner dans ce roman. Un rôle de mercenaire qu'on retrouve dans un certain nombre de ses oeuvres : d'apparence froide, efficace, mais qui au fond est profondément humain. Et une flopée de hackers, les uns plus dingues que les autres, à croire que ce milieu n'accouche que de barjots, qui apres 5 ou 10 de service se sont suffisamment cramé les neurones pour enfin profiter d'une bonne retraite à 30-35 ans !

Culture.
Non seulement le milieu est si bien détaillé que l'on se sent dans ces quartiers miteux, mais la langue elle-même laisse son empreinte et donne toute sa force à l'action des différents personnages.

Virtuel.
Evidemment virtuel, le cyberspace est dans une large mesure décrit, senti comme un nouveau monde, où l'argent permet de s'y construire un beau paysage pour s'y promener. Ce qui m'a vraiment étonné a été de décrire les IA comme des dieux vaudous, dans la mesure où cette superstition/religion est plus pour moi quelque chose d'irrationnel, et que qu'une IA est pour moi, quelque chose de bien rationnel.

Bref, un roman vraiment étonnant et passionant, mais parfois dont l'intrigue volontairement floue manque de nous crâmer le cerveau. Je me suis vraiment demandé quel était le lien entre ces trois destins jusqu'au bout.

Extraits :

"Enfin, vingt gothiks se pointèrent dans la salle principale, comme un troupeau de bébés dinosaures, avec leur crète de cheveux laqués qui ondulait et se tortillait. La majorité d'entre eux approchait l'idéal gothik : grands, minces, musclés, mais avec une vague touche d'émaciation crispée : de jeune athlètes au premier stade de l'épuisement. La pâleur cadavérique était de obligatoire et le cheveu noir par définition"

" [...] Son truc, vois-tu, c'est de farfouiller partout à la recherche d'une bonne paire d'oungans de la Conurb, des gros calibres. Bobby hocha la tête sans comprendre.
- Des totos qui servent des deux mains.
- Là, j'suis largué.
- On cause de prêtrise professionnelle, là, si tu veux mettre un nom. Sinon, t'as qu'à t'imaginer un duo de totos, des clients serieux - des pirates du clavier, entre autres - qui font leur boulot de servir d'intermédiaire aux gens, de faire les choses pour eux. " Servir des deux mains", c'est une expression à nous, pour dire qu'ils bossent des deux côtés. Blanc et noir, pigé ?"

"Alors il se leva, grincement de la vieille chaîne de balancelle contre la manille dont les boulons à oreilles se vissaient dans l'épaisseur du toit du porche, des boulons que son père avait dû serrer quarante ans plus tôt, et il lui baisait la bouche lorsqu'elle s'ouvrit, détaché du temps par la conversation, les lucioles et les déclencheurs subliminaux de sa mémoire, si bien qu'il lui sembla, tandis que ses paumes remontaient le long de son dos nu et chaud, sous la marinière blanche, que les gens dans sa vie n'étaient plus des perles alignées sur un cordon séquentiel, mais qu'ils étaient regroupés en amas comme des quanta, de sorte qu'il la connaissait aussi bien qu'il avait pu connaître Rudy, ou Allison, ou Conroy, aussi bien que l'adolescente qui était la fille de Mitchell."




Turner, mercenaire, "aide" les transfuges des multinationales à déserter leur poste. Cette fois, il a pour mission de récupérer le cerveau de la biotechnologie de Mass-Neotek.
Marly, acheteuse d'art à Paris, est engagée par un milliardaire excentrique afin de retrouver l'origine de mystérieuses et fascinantes créations apparues subitement sur le marché.
Bobby, ou Comte Zéro, jeune et intrépide pirate de logiciel, opère dans les faubourgs de la Conurb. Il va se laisser entraîner par sa curiosité dans les dédales du cyberspace.
Le cyberspace, c'est l'univers artificiel des réseaux informatiques, le monde qui était déjà celui de Neuromancien. Et c'est là que leurs destins vont se croiser. Mais ils ne seront pas les seuls.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Soyez le premier à donner votre avis !

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Identification des schémas   

Identification des schémas

    

William Gibson



Cette critique est signée Gracie
4 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/12/2007 à 17h32 par looper

Lumière virtuelle   

Lumière virtuelle

    

William Gibson



Cette critique est signée oman
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 28/11/2005 à 14h36 par Cyril

Idoru   

Idoru

    

William Gibson



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

Tomorrow's parties   

Tomorrow's parties

    

William Gibson



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

Neuromancien   

Neuromancien

    

William Gibson



Cette critique est signée oman
6 réponses y ont été apportées. Dernier message le 27/08/2007 à 00h29 par looper

Mona Lisa s'éclate   

Mona Lisa s'éclate

    

William Gibson



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

Gravé sur chrome   

Gravé sur chrome

    

William Gibson



Cette critique est signée Gui
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 29/09/2011 à 22h57 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire