Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
9 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Barrière mentale

Poul Anderson


Barrière mentale
Traduction : Alain Dorémieux
Titre original : Brainwave
Première parution : 1974

 Pour la présente édition :

Editeur : Librairie des Champs-Elysées
Collection : Le masque SF
ISBN : 270243050

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

"Le soleil se couchait lorsque le piège s’était refermé sur le lapin. L’animal s’était débattu en se jetant contre les parois. Jusqu’à ce que la peur et l’engourdissement eussent triomphé de ses forces. Alors il était resté accroupi, le corps secoué par les battements de son cœur. Aucun autre mouvement ne l’agitait, tandis que tombait la nuit et que les étoiles se levaient. Mais quand la lune monta dans le ciel, sa lumière froide se refléta dans ses grands yeux et, par-delà les ombres, il regarda vers la forêt… "

L’histoire :

A une nuit comme une autre va succéder un jour pas comme les autres. Le matin de ce même jour qui aurait dû être un jour ordinaire, ici et là, les hommes ont subitement trouvé une idée géniale, résolu un problème, retrouvé ce qu’ils cherchaient depuis longtemps. Et même les animaux se comportent bizarrement : ils semblent mués par une intelligence toute nouvelle. Le monde est à l’aube d’une nouvelle ère, qui devrait être une ère de prospérité puisqu’il se sent habité d’une intelligence hors du commun. Le lapin s’échappe de son piège, l’homme retardé commence à comprendre les choses, le scientifique dans son laboratoire a des idées de technologie avancée. Comment va évoluer le monde dans ces conditions ?…

L’intelligence en question.
Vivrait-on mieux si l’on était plus intelligent ? Tel est le débat que propose Poul

Anderson

dans ce roman.
A priori, si l’on pose cette question à tout un chacun, la question serait sûrement oui, encore qu’elle soulèverait quelques interrogations: que veut-on dire par plus intelligent ? Comment quantifier la notion d’intelligence ? Qu’est ce que l’intelligence ?
Poul

Anderson

prend le parti de quantifier l’intelligence par le QI, ce quotient Intellectuel que la majorité du public considère encore comme le meilleur baromètre. Ce QI qui, en moyenne dans la population, est environ de 100, même s’il y a différents QI, est fondé sur une série de tests pour la plupart de logique, de langue et de bon sens.
Il existe néanmoins le QE, le quotient Emotionnel qui, d’après les derniers experts (Sociaux ? Psychologiques ?), serait le plus à même de caractériser l’intelligence.
Bref, finalement, l’intelligence est finalement difficile à quantifier dès lors qu’elle est synonyme d’astuce, d’ingéniosité, de logique, de capacité à réagir…

La raison ou le cœur.
Admettons donc le QI comme base. Ainsi donc, que se passerait-il si un individu voyait son QI doubler en quelques heures ? Comment emploierait-il ce regain d’ingéniosité ? Pour faire le bien ? Pour faire le mal ? Car là est vraiment le point du problème.

Anderson

nous montre dans ce roman que finalement, quel que soit ce niveau d’intelligence (quel que soit l’étalon qui le mesure), la nature même du sujet donnerait un sens à cette augmentation de ses capacités, en bien ou en mal.
De plus, il nous suggère que ces surcapacités, dans bien des cas, conduiraient les gens à faire table rase des sentiments. L’intelligence rendrait les gens plus froids et distants. Qu’en est-il vraiment ?
Que se passerait-il également si les gens retardés acquérait le niveau d’intelligence d’une personne normale ? Se rendrait-il compte de la façon dont les gens se conduisent avec lui ?
Et si tous les hommes acquéraient cette augmentation, la société exploserait dans un âge d’or, ou bien imploserait dans le chaos ? Que deviendrait la croyance ?

Comme dans ravage, Poul

Anderson

suggère également que le retour à la terre, l’esprit paysan dans le bon sens du terme, serait la chose pour stabiliser une telle civilisation.

En bref, un roman court et finalement contemporain qui donne à réfléchir sur le devenir d’une civilisation enfermée dans un développement galopant et qui est, par bien des aspects, la nôtre.

Extraits :

" - Vous ne comprenez donc pas ? demanda le Français. Toutes les gloires du passé de l’homme auront donc été acquises pour rien ? Que lui donnez-vous en échange de splendeurs de l’art et de la création ? Vous l’avez transformé en une machine à calculer. Son âme et son corps se flétrissent au milieu des équations qui composent son monde mental. Avant même qu’il ait trouvé Dieu, allez vous transformer Dieu en conte de bonne femme ?
- […] Mais croyez vous sincèrement que l’homme ne puisse pas bâtir une civilisation nouvelle avec sa propre beauté et ses propres rêves, maintenant qu’elle a émergé du vieux cocon ? "




Et soudain, presque en une seule nuit, voici que l'intelligence humaine avait explosé pour se trouver projetée vers des sommets fantastiques. Un monde entièrement nouveau s'était ouvert aux yeux de l'homme, rempli de visions, de concepts, de pensées qui bouillonnaient en lui de façon spontanée, il avait vu l'inanité de sa vie sans objet, la trivialité de son travail, l'étroitesse des croyances et des conventions régissant son existence — il avait abandonné tout cela.

Ecrit en 1954, et cela explique un cadre politique ancien, ce roman de Poul Anderson n'a cependant rien perdu de son intérêt. Un champ de forces cosmiques balaye notre Terre. Toutes les intelligences se trouvent multipliées : les demeurés deviennent des hommes normaux, les gens ordinaires des génies... On attend l'âge d'or... mais c'est l'écroulement de toute une civilisation qui se produit, maintenant que chacun est conscient de ce que sont les valeurs réelles de la vie. Et puis il y a les animaux devenus intelligents, les porcs qui tuent les fermiers, les gorilles qui, fusils en main, se joignent aux tribus noires qui vont chasser les blancs d'Afrique. Comment le monde retrouvera-t-il son équilibre ? Et à quel prix ?


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La patrouille du temps   

La patrouille du temps

    

Poul Anderson



Cette critique est signée oman
12 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/07/2010 à 01h52 par dragonet70

Les croisés du cosmos   

Les croisés du cosmos

    

Poul Anderson



Cette critique est signée kgb203
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 26/11/2008 à 19h39 par Nostromo

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire