Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
24 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Au tréfonds du ciel

Vernor Vinge


Au tréfonds du ciel
Traduction : Bernard Sigaud
Illustration : Manchu
Titre original : A deepness in the sky
Première parution : 20 octobre 2004

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
ISBN : 2253108693

Ce livre est noté   (5/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (13 réponses)

Entrée en matière :

« La chasse à l’homme se prolongea sur plus d’une centaine d’années-lumières et sur huit siècles. Ç’avait été toujours été une quête secrète – certains de ses acteurs refusaient même d’en reconnaître l’existence. Les premières années, il s’agissait simplement de questions encryptées dissimulées dans des émissions radio. Les décennies, les siècles s’écoulèrent. Il y eut des indices, des entretiens avec des compagnons de voyage de l’Homme, des signes indiquant une demi-douzaine de directions contradictoires : l’Homme était à présent seul et continuait de s’éloigner ; l’Homme était mort avant même que les recherches commencent ; l’Homme possédait une escadre de guerre et se retournait contre eux… »

L’histoire :

Deux civilisations humaines, les Qeng Ho et les Emergents, se rencontrent au fin fond de l’espace pour assister à l’émergence d’une civilisation extra-terrestre sur Arachnia, autour de l’étoile Marche-Arrêt. Cette étoile a la particularité d’être un soleil d’intensité comparable à Sol pendant trente-cinq ans et puis s’éteint pendant deux cents quinze ans, de manière alternative: c’est une des plus grandes énigmes de la galaxie et c’est pourquoi les Qeng Ho, des commerçants très efficaces, et les Emergents, toujours en quête d’étendre leur influence sont à l’affut des progrès technologies des habitants de Arachnia, des araignées géantes intelligentes. Ils attendent que les araignées atteignent la technologie spatiale…

L’émergence d’un auteur à succès.
Après avoir raflé le Hugo en 1993 avec un feu sur l'abîme, Vernor

Vinge

réitère avec ce roman en 2000. Situé dans le même univers, il a lieu un millénaire avant l’action d’un feu sur l’abîme. Il a aussi eu deux fois le Hugo pour la meilleure nouvelle en 2002 et 2004, le locus pour la meilleure nouvelle en 2004, autant dire qu’il collectionne les récompenses.

Comme dans son précédent roman, cet auteur nous embarque dans un space opera avec une quantité non négligeables de trouvailles, notamment les ET qui apparaissent sous forme d’araignées mais dont la personnalité est toutefois comparable à celle de tout être humain. La description de cette civilisation est tout à fait crédible du fait que toute la société est organisée autour des caractéristiques des araignées : l’habitat, le gouvernement correspondent tout à fait aux mœurs des arachnéides. On regrettera néanmoins que les réactions de ces dernières soient trop humaines, une manière délibérée de l’auteur pour donner un côté attachant à ses personnages.
Cette civilisation est adaptée à ce cycle marche arrêt de l’étoile et doit agir vite. Pour survivre, il faut progresser pour ne pas retourner à zéro à chaque marche de l’étoile. Et c’est ce temps compté qui donne à ces araignées cette furieuse d’évoluer, de combattre les ténèbres qui sont pour elles synonyme d’hibernation.
C’est pourquoi

Vinge

va opposer les progressistes à des conservateurs religieux, de véritables intégristes réfractaires à tout changements technologiques permettant de s’affranchir de la Ténèbre.

Information.
Comme pour un feu sur l’abîme, la civilisation Et n’est qu’un background, un prétexte pour traiter du véritable enjeu de toute civilisation : la maîtrise de l’information. Les réseaux informatiques, les communications peuvent être tronqués, déformés et le véritable pouvoir se situe dans la gestion de celles-ci. Ainsi une civilisation, si elle se veut durable, doit toujours rester en contact avec le reste de la galaxie. L’édification d’empire ne passe que le contact. On se rappellera que Asimov nous avait déjà parlé de la déchéance de Trantor en ces termes : plus un système est éloigné plus il a de chances d’imploser si l’information ne passe pas à travers l’espace et le temps.
L’utilisation de la focalisation, la gestion des hommes en tant qu’esclaves loyaux permettra t-il une maîtrise complète d’un tel système ?
J’ai particulièrement apprécié la gestion des veilles, l’équivalent de quarts de sommeil cryo pour compléter le contrôle total.
On est quasiment à une édification d’un système informatique composé essentiellement humains.

De plus, le véritable héros du roman n’est pas celui auquel on s’attendait dans les premiers chapitres et on assiste à l’avènement d’une légende.

Vinge

est capable de nous réserver des surprises à chacun de ses romans.
Ce livre est le deuxième roman de

Vinge

que je lis, et il est AMA plus abouti, et en constitue un deuxième chef-d’œuvre.

Extraits :

« Quatre points lumineux flamboyèrent dans le ciel. La clarté ne cessa de s’amplifier, mille fois plus éblouissante que le disque terni du soleil. […] Quatre détonations en successions rapides, atrocement lumineuse – les sommets d’un tétraèdres parfait enserrant sa victime. L’image avait disparu mais elle brûlera à jamais dans sa mémoire.
- Jimmy ! hurla Vinh en se tournant vers l’avant de la cabine. Et le Pham Nuwen ? […]
Puis il entendit la vois Diem, rauque, sonore.
- Je …je crois qu’il… n’est plus là.
Grillé, atomisé – les périphrases étaient malvenues. »




Dans la Galaxie, l'étoile Marche-Arrêt représente une énigme : elle observe un cycle de deux cent cinquante ans, s'éteint pendant deux cent quinze puis se rallume pour trente-cinq ans. Son unique planète est habitée par des araignées intelligentes qui viennent d'inventer la radio.
Le système de Marche-Arrêt n'a jamais été exploré. Et voilà que deux expéditions, attirées par les signaux radio, s'y installent. L'une a été montée par les Qeng Ho, un peuple marchand qui parcourt l'espace en achetant et vendant des informations technologiques. L'autre par une civilisation violente et sadique, dite des Emergents, qui a fait de la lutte pour le pouvoir son mode de vie. Son chef, Tomas Nau, cherche à se rendre maître de la planète des Araignées pour exploiter ses ressources. Il lui faut d'abord détruire la flotte Qeng Ho ou s'en emparer.
Mais parmi les Qeng Ho se cache une figure mythique, Pham Nuwen, né mille ans plus tôt, qui connaît tous les tours...

Au tréfonds du ciel a reçu, en l'an 2000, le prix Hugo, tout comme le roman précédent de cet auteur, Un feu sur l'abîme, l'avait obtenu en 1993. Vernor Vinge décrit avec sa verve habituelle trois civilisations entièrement différentes sur fond galactique.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (13 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Un feu sur l'abîme   

Un feu sur l'abîme

    

Vernor Vinge



Cette critique est signée oman
21 réponses y ont été apportées. Dernier message le 18/10/2013 à 18h07 par Gui

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire