Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
32 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Un feu sur l'abîme

Vernor Vinge


Un feu sur l'abîme
Traduction : Guy Abadia
Illustration : Manchu
Titre original : A fire upon the deep
Première parution : 17 juin 1998

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
ISBN : 2253072087

Ce livre est noté   (4/5 pour 2 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (21 réponses)

Entrée en matière :

"Comment expliquer ? Comment décrire ? Même le point de vue omniscient défaille.
Une étoile solitaire, à l'éclat sombre et rougeâtre. Une confusion d'astéroïdes, avec une planète unique qui ressemble plutôt à une lune. En cette ère, l'étoile se trouvait au bord du plan galactique, à peine un peu plus loin que l'En-delà. Les structures de la surface, que les éons avaient réduites en régolite, n'étaient plus visibles de manière normale. Le trésor était bien en dessous de la surface, sous un dédale de tunnels, dans une pièce obscure. Les informations de densité quantiques étaient intactes. Cinq milliards d'années s'étaient peut-être écoulées depuis que cette archive était perdue pour les réseaux..."


L'histoire :

L'En-delà : au centre de la galaxie mais aussi au centre des communications. C'est là que se situe le Relais où Ravna, seule entité de type terrien vient d'être affectée, pour assister le responsable de la véritable table tournante des communications, pour alimenter le réseau. L'En delà, où l'on trouve une multitude d'espèces les plus complexes et variées que l'on puisse trouver. C'est là aussi que l'on trouve les Puissances, de vieilles entités provenant de races aujourd'hui transcendées dont la mémoire a été réveillée au cours de fouilles.
C'est à proche distance aussi qu'une entité datant de la nuit des temps, dont personne n'a le souvenir, même dans les plus vieilles archives, est réveillée par des humains dans les laboratoires de l'expédition de Straumali, piètres et pauvres créatures qui n'auront pas le temps de s'echapper de la station dont l'entité s'est appropriée. Sauf une navette, contenant un couple et ses enfants, dont le destin sera désormais lié à la Gale, l'entité qui menace de dévorer la galaxie entière...

D'abord le néant, puis elle se reveilla, sonda l'espace qui lui était donné, et elle s'insinua dans la station.
Puis elle se dit qu'elle voulait plus, toujours plus, et elle s'expansa, commençant à prendre des proportions gigantesques...
Bref, cette entité, vraiment terrifiante, d'autant plus qu'elle est d'un autre âge est le point de départ de ce chef-d'oeuvre qui vraiment renouvelle le genre du space opera. La Gale devient le background du récit, la cause de cette fuite éperdue à travers l'espace. Mais pas n'importe où : là où cette famille s'est réfugiée, la seule chance pour toute une galaxie. Une planète sous-évoluée, médiévale, aux moeurs archaïques, aux luttes intestines de tribus plus que de nations propres. Et c'est là qu'interviennent les meutes, véritable trouvaille de

Vinge

, un concept vraiment bien imaginé et mis sur le papier.
Et une autre intrigue vient donc se greffer à la première.
Et une autre encore, pendant que les sauveteurs essaient de venir en aide à cette famille.
Enfin, la cerise sur le gâteau, un deuxième background : le réseau, que l'on définit comme le lieu des mille mensonges. La preuve que tout réseau est source d'informations, mais surtout de désinformation, à mettre en parallèle avec notre propre réseau internet. On peut nous raconter n'importe quoi.

Un roman multicouche efficace, bien écrit.
Et une fin que j'ai trouvée titanesque, démesurée, cataclysmique, haletante, magique. C'est Armageddon !

Vous l'aurez compris, j'ai adoré ce roman. Jetez y un coup d'oeil ;)

Extraits :

"Malgré sa signification cosmique, le changement était infime. Pour les humains restés sur place, il y eut un moment d'horreur quand ils regardèrent leurs écrans et comprirent que leurs craintes s'étaient réalisées ( mais sans se rendre compte à quel point elles étaient dépassées par la situation).
Cinq secondes, dix secondes, plus de changement qu'en dix mille ans de civilisation humaine. Un milliard de billions de constructions, la moisissure recouvrant chaque mur, reconstruisant ce qui était surhumain. C'était aussi puissant qu'une floraison, sans en avoir la subtilité."

"Une heure de différence, dans un sens ou dans l'autre, et la vie de Peregrin Wickwrackrum eût été changée.
Les trois voyageurs se dirigeaientvers l'ouest, descendant les Crocs de Glace en direction du Château de Flenser le Dépeceur, dans l'Ile Câchée. "




Une expédition straumlienne, explorant une Archive dans la presque Transcendance, a déchaîné une Perversion sur la galaxie entière. Un unique navire est parvenu à fuir dans la nuit épouvantable. À travers l'espace, il fonce vers le centre de la galaxie, vers Les Lenteurs où l'on ne peut pas dépasser la vitesse de la lumière, où les systèmes informatiques les plus performants - même les si lentes intelligences biologiques - subissent une perte de leurs facultés. Il cherche un monde où se poser.
Les deux seuls survivants de l'expédition détiennent sans le savoir la clé du salut de millions de civilisations, dont certaines sont bien plus anciennes que l'humanité : ce sont deux enfants, Johanna et Jefri, abandonnés à eux-mêmes sur un monde médiéval, dont les conflits et les cruautés ne le cèdent en rien à ceux de la galaxie.
Et ceux qui voudraient les aider, et sauver du même coup la galaxie civilisée, se trouvent encore à des milliers d'années-lumière...

Un feu sur l'abîme, énorme à tous les sens du terme, renoue avec la grande tradition épique de la Science-Fiction, où l'extravagant est de rigueur et où l'impossible ne constitue qu'une difficulté passagère. Mais l'imagination effervescente de Vernor Vinge respecte toujours les lois de la logique et autant que possible celles de l'univers.
Ce quatrième roman de Vernor Vinge, qui renouvelle totalement le space opéra, a obtenu le Prix Hugo en 1993.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (21 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Au tréfonds du ciel   

Au tréfonds du ciel

    

Vernor Vinge



Cette critique est signée oman
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/12/2014 à 11h27 par Butch

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire