Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
8 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
  

La poésie SF


  Sujet proposé le 13/11/2006 à 15h16 par E-Traym
  Ajouter ce sujet à mes favoris Culture SF
   Répondre   |   page 3 / 4   |   aller en page :      1  2  3  4     
oman

Inscrit le :
11/02/2005
994 messages
RE : La poésie SF 24/11/2006 à 16h37  
oui, oui, zomver, ce thread part en sucette ^^
   Consulter le profil de oman  Envoyer un message privé à oman  
E-Traym

Inscrit le :
12/10/2006
277 messages
RE : La poésie SF 24/11/2006 à 16h41  
Non Zomver, claires tes idées sont.
Et point de méprise.
Ce fil, en couille s’en fut.

--------> [ Pareil]
     
zomver

Inscrit le :
28/12/2004
1523 messages
RE : La poésie SF 24/11/2006 à 17h15  
Ph. K Dick a mis en exergue de chacune des parties de son roman Coulez mes larmes, dit le policier (un de mes préférés), des extraits d’une chanson de John Dowland (musicien du XVI-XVII ème siècle) : Coulez mes larmes (Flow my tears)

En exergue de la partie 1, on peut lire :

Coulez mes larmes, jaillissez de vos sources !
Banni à jamais, laissez-moi m’affliger.
Là où le noir oiseau de la nuit chante sa triste infamie,
Laissez-moi vivre, délaissé.


C'est beaucoup plus musical en anglais, je trouve:

Flow, my tears, fall from your springs!
Exiled for ever, let me mourn;
Where night's black bird her sad infamy sings,
There let me live forlorn.

Signature de zomver "Mes doigts sont verts et quelquefois ils tombent." (Le troupeau aveugle – John Brunner)
dernière édition : 24/11/2006 à 17h26   Consulter le profil de zomver  Envoyer un message privé à zomver  
mijo

Inscrit le :
20/08/2006
583 messages
RE : La poésie SF 24/11/2006 à 18h32  


ah ! lire en version originale ...
la langue anglaise EST musique et poésie...
j'en profite pour encourager tous ceux qui hésitent à s'y remettre : même les traductions de bonne qualité sont encore et malgré tout, de faibles copies tronquées de l'original
   Consulter le profil de mijo  Envoyer un message privé à mijo  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5734 messages
RE : La poésie SF 29/11/2006 à 02h43  
Maiakovski - 1925 - petit (et oui !) extrait de "Le prolétaire volant"

----------------II. LE MODE DE VIE DE L'AVENIR

AUJOURD'HUI

(...)
Et pour ce
----------------nid
------------------------entre des cages
et des salaisons
----------------où il n'y a pas
------------------------même
la place de poser un coin de lèvres
----------------il faut s'agiter
------------------------des jours entiers
et se défendre
----------------contre les expulsions
------------------------avec un ordre du syndicat
--------ou un papier de la CACVS.
On rentre
--------à la nuit
----------------épuisé par la ville.
Le mufle tout écumeux
--------on voudrait bien le laver.

(...)

je tends le museau
--------vers le vasistas.
Je vois
--------dans les cieux
----------------l'affairement des aéroplanes.
Voilà qui
----------------doit
----------------transformer à neuf
notre vie
-------- morose
----------------de sardines !

CE QUI SERA

Une année
--------avec des zéros à l'infini
Les derniers
--------tonnerres des batailles
----------------auront fini de tonner.
A Moscou
--------il n'y aura plus
----------------ni ruelles
------------------------ni rues
rien que des aérodromes
--------et des maisons.
Les jours futurs
--------nous sont obscurs
----------------et indistincts.
Mais
--------en manière de plaisanterie,
je vais représenter
--------un citoyen de l'avenir
pendant
--------un jour et une nuit.

LE MATIN


Huit heures.
--------Le radio-réveil poli
----------------crie :
"Camarade -
--------levez-vous
----------------si vous ne dormez plus !
L'usine
--------appelle.
Pour le moment
--------rien à commander
----------------au réveil ?
Au revoir !
--------Salut !"
Surgissant de son sommeil
--------mais déjà tout
----------------à son ardeur active
le citoyen a branché
--------l'autoraseur électrique.
Une minute
--------et le voilà peigné
----------------ses joues
------------------------sont plus lisses
que la citoyenne Vénus
--------de Milo elle-même.
Il a planté la fiche dans la prise
--------ouvert la bouche
et l'electrobrosse
--------hop !
----------------fait briller les dents.
Plus besoin de personnel !
--------Appelée par un bouton
la baignoire elle-même
--------vient clapoter
----------------sous lui.
D'abord
--------elle le savonne
puis se met
--------à le gratter et à le frotter.
Un coup de sonnette
--------et le plateau à thé
----------------de lui-même
se présente
--------sous le nez
----------------du citoyen.
Pour le vêtement
--------il n'y a plus ni vestes
----------------ni pantalons
la chemise
--------ne serre plus
----------------de ses mesures trop étroites.
D'un coup
--------il s'enveloppe
----------------des talons jusqu'aux mains
dans la soie
--------d'une pièce génialement taillée.
Il glisse sa paire de pieds
--------dans des chaussures.

(...)
EN ALLANT AU TRAVAIL
Un ascenceur traverse la pièce.
--------Il y monte
----------------et sort
sur la surface lisse
--------d'un toit fleuri.
Un dirigeable
--------qui se dirige
----------------vers son lieu de travail
s'approche
--------jusqu'à la corniche.

(...)

AU TRAVAIL

L'usine.
--------La Centrale de l'air.
----------------On fait ici
de l'air
--------pressé
----------------pour les communications interplanétaires.
Un petit cube
--------pour une cabine de n'importe quelle dimension
et pendant vingt-quatre heures
--------on respire l'odeur des pins.
(...)
De la même façon
--------avec des nuages
----------------on fabrique
de la crème
--------et du lait artificiel.
Bientôt
--------on oubliera
----------------jusqu'au nom des vaches.
(...)
L'ascenceur
--------en dépose un par étage.
Et là ni bruit
--------ni foule !
Simplement un clavier
--------dans le genre des "Underwood".
Il fait bon travailler.
--------C'est déjà facile.
De plus
--------la radio diffuse
----------------une musique qui donne la mesure.
Il suffit de frapper
--------sur les lettres qu'il faut
et tout
--------le reste
----------------est fait par des machines.
Quatre heures.
--------Elles ont passé comme un rien.
(...)

LE DEJEUNER

(...)
La vaiselle
--------s'auto-dessert.
Tu manges
--------et tu t'en vas !
Le citoyen
--------porte le radiophone
----------------à son oreille.
Il y lance simplement
--------tout en calinant ses petits :
----------------"Donnez-moi Tchoukhlomskaïa !"

(....................................)

LA SOIREE
(...)

Sur les voies lactées
--------suivant les zigs-zags des comètes
----------------avec derrière eux
un aéroplane attaché
--------comme un poulain.
----------------Ca c'est l'espace !
Rien à voir
--------avec le Parc Pétrovski
où tout est usé
--------par les derrières des couples.
En marchant
--------il raconte
----------------comment c'était en vingt-cinq.
- Aujourd'hui
--------j'ai entendu des radio-livres.
Oui...
(...)
il y avait aussi
--------ce qu'on appelait
----------------des automobiles.
C'était vraiment
--------,qu'on me pardonne,
----------------un drôle de moyen de déplacement !
Ca n'allait pas dans l'air
--------ni
----------------dans l'eau,
Ca ne pouvait
--------traverser
ni les forêts
--------ni les maisons.
Vous imaginez un peu
--------ce que c'était !
(.......)

Il descend de l'avion.
--------Un bouton,
----------------tu touches.
L'avion se replie
--------et se met dans un coin
----------------comme un parapluie.
Il s'est déshabillé.
--------Trois mots
----------------dans le micro :
- Demain
--------me réveiller
----------------à sept heures et demie ! -
le citoyen satisfait
--------se tourne
----------------sur le côfé
baîlle
--------et ferme les paupières.
C'est ainsi
--------que passe
----------------ses journées,
le citoyen
--------au XXX° siècle.
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
zomver

Inscrit le :
28/12/2004
1523 messages
RE : La poésie SF 29/11/2006 à 11h19  
Arf ! Merci morca ! Que dire ? La futuriste attitude, hein ? Il y croyait le mec. Je crois que c’est Pasternak (à vérifier) qui disait de lui : "La nouveauté des temps était le climat même de son sang".

Les couchers de soleil romantiques, le tapis d’ooor des feuilles en automne, la vieille lune inutile et sénile, tout ça, poubelle ! Il faut foutre en l’air toutes ces vieilleries. Le nouveau est dans la ville, ses ascenseurs, ses cheminées d’usine et ses tramways ! Au diable la contemplation passive ! L’avenir est dans l’action !

Camarade la vie
..............................allons
.........................................presse le pas

Pouvait-on à cette époque être futuriste sans devenir propagandiste ? Etait-ce possible et d’ailleurs avait-on envie de ne pas être propagandiste si on était futuriste ?

Tu dis que c’est en 1925 que Maïakovski écrivait le poème que tu cites? On remarquera qu'en 1920, Zamiatine avait déjà écrit Nous autres...

Maïakovski n’a pas pu subir la Grande Opération à l’instar de D503, c'est sans doute une des raisons pour lesquelles il a fini par se suicider.
Signature de zomver "Mes doigts sont verts et quelquefois ils tombent." (Le troupeau aveugle – John Brunner)
dernière édition : 29/11/2006 à 11h24   Consulter le profil de zomver  Envoyer un message privé à zomver  
Lisbei

Inscrit le :
23/05/2005
2802 messages
RE : La poésie SF 29/11/2006 à 11h35  
Si je puis sortir du Hors Sujet généralisé, cela me permettra de reparler de Babel 17, de Delany, dont la protagoniste principale est une poétesse et dont les chapitres portent souvent en exergue des vers de la compagne de l'auteur.

A part ça, morca, mdr : c'est ce qu'on appelle les lendemains qui chantent, mmm ;-/) !
   Consulter le profil de Lisbei  Envoyer un message privé à Lisbei  
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
8078 messages
RE : La poésie SF 29/11/2006 à 12h01  

Citation :

Tu dis que c’est en 1925 que Maïakovski écrivait le poème que tu cites? On remarquera qu'en 1920, Zamiatine avait déjà écrit Nous autres...

Ce qui montre à quel point le livre de Zamiatine était prophétique !
C'est en effet dès 1917 que Lénine créait la sinistre Tchéka, et l'année suivante qu'il ouvre le premier goulag.

Il existe plusieurs livres fort passionnants sur cette période : La terreur sous Lénine de Jacques Baynac, La révolution inconnue de Voline, et pour les fans de romans, une bonne partie de La mémoire des vaincus de Michel Ragon traite de cette sinistre période.
Signature de Olivier "Un monde nouveau va naître, un monde dans lequel il n'aura pas sa place. Il est trop clairvoyant pour lutter contre lui ; mais il ne feindra pas de l'aimer." George Orwell
   Consulter le profil de Olivier  Envoyer un message privé à Olivier  Visiter le site de Olivier  
morca

Inscrit le :
27/04/2004
5734 messages
RE : La poésie SF 29/11/2006 à 13h01  

Citation :

Il y croyait le mec.

Bah, ça devait dépendre des jours, tant ses écrits semblent passer de l'optimisme au plus noir, (mais toujours avec lyrisme)...

Je ne veux nullement prétendre que Maïakovski a inventé la sf russe, loin de là, mais je note simplement qu'il s'agit d'un de ces "derniers" poèmes (il se suicide en 1930), et que, dans les précédents, on trouve parfois des passages de veine science-fictionnelle.
J'aurais aimé retrouver le passage d'un poème où il en appelle au scientifique du futur afin qu'il le ressuscite.
"Le prolétaire volant" n'est pas pour moi des meilleurs. Il s'agit d'ailleurs d'un texte de commande.

On trouve tout de même dans ce texte des préfigurations du rasoir électrique, de la brosse à dents électrique, de la voiture volante (comme incontournable de la sf), et j'en passe, et des plus surréalistes.
D'ailleurs, Lisbei, avec ce lendemain qui chante :
Maintenant / on met / une aile et des roues / et on s'en va / avec sa maison. / Et si tu veux / tu peux t'arrêter, / et te voilà à Vinnitsa / ou à Nice.

;))

et bon, je le redis, j'aime Maiakovski...
Signature de morca C'est pas vrai, je ne suis pas misanthrope. La preuve, j'ai des amis humains.
dernière édition : 29/11/2006 à 13h06   Consulter le profil de morca  Envoyer un message privé à morca  Visiter le site de morca  
Lisbei

Inscrit le :
23/05/2005
2802 messages
RE : La poésie SF 29/11/2006 à 13h35  

Un clin d'oeil de morca avec une belle citation de Maïakovski :

Maintenant / on met / une aile et des roues / et on s'en va / avec sa maison. / Et si tu veux / tu peux t'arrêter, / et te voilà à Vinnitsa / ou à Nice.

Hélas, je savais bien que la réputation touristique de la Côte d'Azur (et les invasions conséquentes... dans tous les sens du terme !!) ne dataient pas d'hier ;-/ ! Et Nice n'était pas encore le 2e aéroport de France à l'époque !! Voilà de la SF qu'elle est bonne !
   Consulter le profil de Lisbei  Envoyer un message privé à Lisbei  
   Répondre  |   page 3 / 4   |  aller en page :      1  2  3  4     

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire