Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
22 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Lisbei

Inscrit le :
23/05/2005
20 critiques
2802 messages
Consulter le profil de Lisbei
Envoyer un message privé à Lisbei

Tyranaël

Elisabeth Vonarburg


Tyranaël
Première parution : 1996 ème trimestre 1997

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Les cinq tomes de ce cycle composent une vaste fresque historique s'étendant sur un (petit) millénaire, mais avec des citations d'anciennes légendes, ou de textes historiques, plus anciens. J'ai choisi de vous en parler comme d'un tout, car à mon avis il est sinon difficile, du moins dommageable de lire chaque tome séparément.

Le thème d'ensemble est assez simple : les humains à l'étroit sur une planète rétrécie (par la montée des eaux et les catastrophes + ou - naturelles) et polluée s'installent sur une planète éloignée, dont les habitants ont disparu. Premier mystère : pourquoi les seules traces de ces anciens occupants sont-elles leurs bâtiments, routes et autres canaux ou fontaines, et pas un seul squelette ou meuble ? Deuxième mystère, qui va mettre à mal la 1ère expédition terrienne : un phénomène de couleur bleue recouvre l'ensemble de la planète sur 1000 mètres de hauteur en supprimant toute vie organique, et interdit l'usage de l'électricité sur 1000 m de +, puis disparaît, pour revenir, à intervalles réguliers. Dès le 1er tome, intitulé Les rêves de la Mer, l'auteure présente en parallèle l'histoire des Anciens (habitants), et celle des Terriens, et l'on apprend que les Anciens sont partis car ils avaient Rêvé la future arrivée des Terriens.

Avec le passage du temps, les clivages, présents dès le début, entre Terriens conquérants et colonisateurs, et colons essayant de s'intégrer dans une niche écologique sans y faire de dommages, s'exaspèrent, et le deuxième tome, Le jeu de la perfection, est consacré à la lutte pour l'indépendance de la planète, baptisée Virginia par les colons. Ceci pour l'histoire officielle, celle que connaîtra la Terre. Car discrètement, s'installent d'autres différences : certains colons semblent pourvus de facultés dont ne bénéficie pas le commun des mortels (empathie, télékinésie, voire même télépathie).
"Lanàn, aràn... un 'pouvoir' et un 'don', ce n'était peut-etre vraiment pas la même chose ?"
"29 novembre 2183, temps terrestre, ou 70e jour du 12e Mois de l'An 10, temps virginien. Devrais-je rédiger deux versions ? Ma prose est destinée aussi bien à la Terrre qu'à Virginia. Toujours indiquer les deux dates ? Hum. Et si une seule
des deux, laquelle ? Pas même commencé et déjà des décisions politiques à prendre !"
"Pris entre le fer et l'enclume, Simon, damné si tu agis, damné si tu n'agis pas. Tu ne t'en sortiras pas indemne, ni dans un cas ni dans l'autre. Dans les deux cas, ça meurt, ça vit, tu ne peux décider lesquels vivent ni lesquels meurent."


De là, d'autres clivages, sur l'usage de ces dons, ou pouvoirs, qui feront l'objet du tome suivant Mon frère l'ombre, dont la fin verra apparaître un don particulièrement surprenant, puisque le héros de l'histoire, Mathieu, sera emporté par la Mer (le phénomène bleu) sur une autre planète, où il sera accueilli par les Anciens habitants de Tyranael.
"dans la langue des Anciens [...] parfois, les gens ont un sexe, parfois ils n'en ont pas. Les mêmes personnes ! Et quand ils n'en ont pas, on utilise des pronoms et des suffixes spéciaux. Mais ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas de sexe, c'est parce qu'on veut parler d'eux... en général. En dehors de leur sexe. C'est vraiment bizarre. On est toujours un garçon ou une fille, non ?"
"La seconde indépendance et les Gris sont les conséquences d'une scission dans cette proto-organisation, d'opinions et de politiques divergentes quant à la mutation, lesquelles se sont exaspérées jusqu'au conflit ouvert. Si la première indépendance a été conquise par les mutants unis - à l'insu du
reste de la population - sa fin tragique a été orchestrée par les mutants dissidents, tout comme la seconde indépendance. La seule constante, c'est le secret..."

C'est l'un de ses descendants sur cette autre planète, nommée Atyrkelsao, qui trouvera le chemin de L'autre rivage, Virginia, où l'on suivra ses pérégrinations en pleine guerre civile. Toute une interrogation sur vérité/réalité et vérité/mensonge, qui fait de ce tome l'un de mes préférés...

C'est grâce à lui, entre autres, que la paix finira enfin par venir sur Virginia, et que pourront s'établir des échanges entre les deux mondes. Et c'est dans le dernier tome, La Mer allée avec le soleil, que seront enfin expliqués les mystères de Tyranael.
"La seule vérité qui compte, c'est celle qu'on a trouvée soi-même, pas celle qu'on vous force à voir."
"Pas beaucoup de positions possibles pour un être humain [...]. Solitaire, solidaire, et le balancement entre les deux."

"Comme elle, bien plus qu'elle, il n'a rien dit parce qu'il avait trop à dire. Parce qu'il s'était tu trop longtemps. Et aussi parce qu'il n'était plus capable de faire la différence entre protéger Simon et se protéger lui-même."

Bon, j'ai simplifié au maximum, mais c'est vraiment un exercice difficile et je n'ai évidemment pas rendu justice à un style dense, aussi faussement facile à lire que d'habitude avec

Vonarburg

, qui pratique l'allusion en experte. Chaque tome comporte des légendes, en plusieurs versions, et donc des effets de miroir pas toujours évidents avec l'histoire en cours. Mais vraiment, c'est fascinant comme elle a réussi à créer et rendre crédibles un monde, une société, et même plus d'un, d'ailleurs !




Eïla Liannon Klaïdaru était encore enfant lorsqu'elle a "rêvé" pour la première fois des Etrangers. Elle ne se doutait pas alors qu'ils changeraient le destin de sa planète, Tyranaël.

La Terre surpeuplée va enfin essaimer : Virginia, dans la constellation de l'Aigle, est ouverte à la colonisation. Mais qui sont les constructeurs des singulières villes qui la parsèment ? Et pourquoi ont-ils disparu ?

Au soir de sa vie, Eïla a rassemblé toutes les plaques mémorielles racontant la dramatique arrivée des Etrangers. Hélas, aucune ne dit clairement dans combien de temps elle aura lieu.

Et voilà le Nostros qui se place en orbite, et le premier drame : qu'est-ce que cette "Mer" qui surgit de nulle part, annihile toute énergie dès qu'on l'approche...et toute vie à son contact ?

(synopsys du premier volume, "Les Rêves de la mer")


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (10 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Chroniques du Pays des Mères   

Chroniques du Pays des Mères

    

Elisabeth Vonarburg



Cette critique est signée Lisbei
15 réponses y ont été apportées. Dernier message le 06/06/2006 à 11h31 par Lisbei

La maison au bord de la mer   

La maison au bord de la mer

    

Elisabeth Vonarburg



Cette critique est signée Lisbei
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire