Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
40 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Jekub

Inscrit le :
25/04/2008
7 critiques
942 messages
Consulter le profil de Jekub
Envoyer un message privé à Jekub

Lilliputia

Xavier Mauméjean


Lilliputia
Illustration : Néjib Belhadj-Kacem
 Pour la présente édition :

Editeur : Calmann-Lévy
Collection : Intestices

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Elcana est un petit. Non un chérubin gorgé d'amour, mais il appartient à ceux chez qui le destin s'est trouvé las de l'échelle habituelle. Dans sa campagne reculée, la commode prophétique a murmuré son chemin entre les linges : Un jour, il sera Roi. Alors il grandit, aussi haut qu'il le peut, puis s'exile et sera recruter par Dreamland, le parc de Coney Island, jadis dominé par les gangs, afin de compléter la grande oeuvre de Sébastian, Lilluputia, une ville attraction, la cité des Nains.



Xavier Mauméjean nous livre un bouquin stupéfiant, qui brasse de nombreuses qualités tout en étant également un livre étrange, oscillant entre roman fantastique et conte moderne.
Le style est incroyable, les phrases sont bourrées de jeux de mots et/ou dotées d'une double signification, si bien qu'on souhaite sans cesse refaire un tour de manège sur ces tournures d'esprit, tant elles semblent être l'appendice logique de Dreamland. Les dialogues sont eux même des spectacles, trop bien tournés pour constituer la réalité, magnifiés, ou relevant de vers antiques, comme l'indique Mauméjean dans la Postface. Alors, on se prend rapidement à la fête, ou plutôt à la Tragédie, car dès les premières foulées à Dreamland, au Royaume sans couleurs, on se souvient qu'Elcana a un destin à accomplir, et non des moindres.

On pourrait sans doute trouver de nombreuses significations à cette revisite moderne du mythe de Prométhée à travers l'univers factice de Dreamland. Bonheur illusoire, Société du spectacle, ect, j'en passe et des meilleurs.
Le futur monarque haut comme trois pommes voit surtout dans sa nouvelle ville un monde où le hasard, c'est à dire les destinées modernes, a été écarté. Sébastian et ses deux compères supervisent tout, et les petits n'ont qu'à se contenter d'un bonheur calculé, déterminé par des plans précis où tout écart est sévèrement réprimé. Ils ne sont que les pantins vivants destinés à l'amusement des grands, les vrais enfants.
(Métaphore du fatalisme social qui pèse sur notre propre destin? Nos possibilités se sont réduites en peau de chagrin si bien que nos mobiles intérieurs ne pèsent plus rien? Peut être, faites vos propres (sur)intréprétations, on a à nouveau le choix ici.)

Une aubaine pour Elcana, puisque cette coercition des destins va lui permettre de vivre le sien pleinement. Il va ainsi apprendre à maîtriser les flammes, en devenant, par le plus grand des hasards, pompier.

Il découvre alors que le Feu n'est plus l'apanage des Lilliputiens, mais bien celui de Sébastian, qui fixe les incendies ainsi que leurs extinctions. Dieu a repris le Feu, et Elcana compte bien le restituer aux nains.

"Elcana étudierait les flammes avec ardeur, absorberait leur force jusqu'à ce qu'elle lui brûle le ventre afin qu'il devienne, à son tour, incendie."

Devenir Incendie, ça sera donc sa vocation; et si son foie en pâti, il ne pourra pas dire qu'il n'avait pas été prévenu.

Il va s'ensuivre un déroulement mythologique croisé avec l'histoire des Gangs de Coney Island puis à celle de la fondation du Steeple Chase, fosse aux monstres, créatures esseulées chez qui Elcana verra ses compagnons prophètes, avec qui il annoncera la mort de Zeus, Sebastian.
C'est beau, riche en couleurs dans un royaume qui en est dépourvues : l' Ancien Narioch, le lieu sans ombres. Beaucoup de scènes et de personnages truculents viennent rendre vivant un décor sans âme et une servitude camouflée, c'est un régal à chaque convulsion enchaînée du pompier. On s'attendrait alors naturellement à une fin en apothéose, et pourtant....

...et pourtant, que penser de cette fin? À vrai dire, je me pose encore la question.
Sans vous la dévoiler, elle m'apparaît troublée. Il faut, je crois, réfuter la thèse du pessimisme. Si le mythe prend son propre chemin, c'est à mon sens, que se retrouver parachuter dans un monde délivré de Dieu est une chose dure à avaler, et une nouvelle épreuve commence à la dernière page, peut être plus délicate que la précédente. Le scepticisme peut commencer, et le propre feu créateur doit trouver son nouveau combustible.

Un roman, qui pris au premier degré, serait certes intéressant, mais dont le héros serait décevant, distant et où la fin nous frustrerait sincèrement. Mais avec la richesse de la symbolique, Xavier Mauméjean réussit un tour de force, celui de mettre en scène une vaste allégorie - à nous d'y voir ce que l'on souhaite-, délicate, touchante, sérieuse mais décontractée, où le divertissement n'est jamais absent car au contraire, on ne peut s'empêcher, à chaque jeu de langue, de sourire.




Bonnes gens, bienvenue à Dreamland ! Érigé sur l’île de Coney Island au début du xxe siècle, ce parc d’attractions d’un nouveau genre abrite en son sein le plus phénoménal des divertissements : Lilliputia, la Cité des Nains, qui accueille pour votre plus grand bonheur trois cents petites personnes venues du monde entier. Construite sur le modèle du Nuremberg du xve siècle, mais en réduction, cette exemplaire cité possède un parlement, un théâtre, des bas-fonds et même une compagnie de pompiers qui va jusqu’à déclencher ses propres feux pour divertir les visiteurs du parc !
Venez écouter l’histoire édifiante d’Elcana, ce courageux jeune homme de petite taille conduit depuis son Europe de l’Est natale jusqu’à Lilliputia. Là, il comprendra bien vite qu’il lui revient de libérer ses semblables de la servitude dans laquelle on les a placés, pour leur « apporter le feu ». Avec l’aide de la monstrueuse parade des Freaks, il mènera la révolte contre son propre Zeus – le mystérieux et richissime démiurge, propriétaire de Dreamland – et conduira Lilliputia jusqu’à l’embrasement final…
Quand la tragédie grecque rencontre la mythologie américaine naissante, celle du Gangs of New York de Scorsese, pour une magistrale réinvention de la figure de Prométhée, c’est un feu d’artifice(s) littéraire d’une hauteur inversement proportionnelle à celle des protagonistes de Lilliputia qui se déploie sous nos yeux. Gentes dames, joyeux messieurs, bienvenue à Dreamland pour le plus grand des minuscules spectacles !


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Car je suis légion   

Car je suis légion

    

Xavier Mauméjean



Cette critique est signée Tank-Girl
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/06/2008 à 16h52 par Bull

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire