Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
19 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
115 critiques
7155 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Les particules élémentaires

Michel Houellebecq


Les particules élémentaires
Première parution : 1998

 Pour la présente édition :

Editeur : Flammarion

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (62 réponses)

Ce livre peut se résumer succinctement ainsi : les destins croisés de deux demi-frères, dont l’auteur nous raconte la vie, de l’enfance dans les années 50 à la fin du XXe siècle.
Puis dans les dernières pages, on bascule dans l'anticipation la plus ridicule, avec une mutation de l'humanité via la manipulation génétique, suite aux travaux de Michel, l'un des deux frangins.

Michel justement, célibataire et brillant chercheur en biologie moléculaire, qui n’a strictement aucune vie sexuelle, et le vit plutôt bien.

Bruno, prof de français, obsédé sexuel réduit le plus souvent à la masturbation et aux prostituées, dont la vie sexuelle particulièrement minable peut se résumer à un immense gâchis qu’il vit bien sûr très mal. Jusqu'à ce qu'il fasse une rencontre dans un camping new age libertin, qui le mènera dans les boites à partouzes.

L’essentiel du roman porte donc sur la vie sexuelle inexistante ou minable des deux protagonistes, occasion rêvée pour

HOUELLEBECQ

de nous asséner tous les poncifs du beauf franchouillard dans la plus pure tradition du Café du commerce. Au menu : misogynie, machisme, xénophobie frisant le racisme, homophobie et misère sexuelle. Il y déverse son fiel contre les femmes et le féminisme, les immigrés Noirs (tous lubriques avec leurs grosses bites) et Arabes (tous délinquants), les homosexuels (pardon, les pédés) et surtout mai 68, la racine du mal qui ronge l’Occident.
Ajoutez à cela une profusion de scène de sexe à peu près aussi palpitantes que si elles étaient décrites par Edouard BALLADUR.



Soit. C’est le droit le plus strict de chacun d’être un réactionnaire. D’estimer que la femme n’est qu’un vagin sur pattes, surmonté d’une bouche à pipes, qui n’est là que pour assurer le plaisir sexuel de l’homme, puisque Monoprix vend des plats tous cuisinés qui libèrent la femme des contingences domestiques. Mais encore faut-il avoir du talent, y compris quand on est réac, car nous sommes bien loin des grands auteurs, et beaucoup plus proches du pire de la littérature de gare, façon SAS de Gérard de VILLIERS ou OSS 117 de Jean BRUCE que de Louis-Ferdinand CELINE et d’Arthur SCHOPENHAUER. L’incroyable insipidité du style se conjugue ici à merveille avec la vulgarité la plus sommaire. Sans parler de la lourdeur des personnages, à peu près aussi subtils qu'une blague des Grosses têtes, grande référence du livre, tant sur le fond que sur la forme.

Ses défenseurs prétendent que

HOUELLEBECQ

a su saisir les mœurs de son époque, véritable moraliste contemporain. Qu’il est à notre époque ce que fut LA BRUYERE au XVIIe siècle. Pour être honnête, il faut au moins reconnaitre à

HOUELLEBECQ

d’avoir retenu un aphorisme du grand moraliste du XVIIe siècle : « Il n'y a au monde que deux manières de s'élever, ou par sa propre industrie, ou par l'imbécillité des autres ».

Oubliez donc ce livre, et lisez plutôt « Festins secrets » de Pierre JOURDE, qui réussit à saisir son époque et à s’élever, lui, « par sa propre industrie ».




Michel, chercheur en biologie rigoureusement déterministe, incapable d'aimer, gère le déclin de sa sexualité en se consacrant au travail, à son Monoprix et aux tranquillisants. Une année sabbatique donne à ses découvertes un tour qui bouleversera la face du monde.
Bruno, de son côté, s'acharne en une quête désespérée du plaisir sexuel. Un séjour au Lieu du Changement, camping post-soixante-huitard tendance newage, changera-t-il sa vie ? Un soir, dans le jacuzzi, une inconnue à la bouche hardie lui fait entrevoir la possibilité pratique du bonheur.
Par leur parcours familial et sentimental chaotique, les deux demi-frères illustrent de manière exemplaire le suicide occidental - à moins qu'ils n'annoncent l'imminence d'une mutation.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (62 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
H. P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie   

H. P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie

    

Michel Houellebecq



Cette critique est signée Olivier
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/08/2007 à 09h53 par Jim

La possibilité d'une île   

La possibilité d'une île

    

Michel Houellebecq



Cette critique est signée zomver
29 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/03/2007 à 17h28 par Jim

La carte et le territoire   

La carte et le territoire

    

Michel Houellebecq



Cette critique est signée zomver
11 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/06/2011 à 09h21 par morca

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire