Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
33 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
112 critiques
6982 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Les maîtres-feu

Joëlle Wintrebert


Les maîtres-feu
 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (2 réponses)

Deuxième roman de Joëlle

Wintrebert

, Les maîtres-feu est une oeuvre beaucoup moins grave que Les olympiades truquées.
Placé sous le signe de Vance et de Wul, Les maîtres-feu est un formidable divertissement, qui n'en oublie pas pour autant de poser quelques questions sérieuses et dérangeantes.
Là encore, nous avons un roman aux personnages soigneusement fouillés, même pour les personnages secondaires.
Nous sommes sur Dante, planète volcanique où les humains cohabitent avec les Oï-tiki. Forte de sa maîtrise techonologique, l'humanité a essaimé à travers l'univers. Aussi éparpillée soit-elle, l'humanité vit sous le joug d'une théocratie tenue d'une main de fer par l'Eglise. Les Oï-tiki sont des sauriens bipèdes très évolués. Leur civilisation -à l'instar de la notre- mèle maîtrise technologique et cruauté. A ceci près que chez eux, la cruauté n'est pas volontaire : il n'y a aucun sadisme. Ils restent largement indifférents à l'humanité. La réciproque cependant, n'est pas vraie...
D'un coté donc, nous avons Jordane. Son dictateur de père vient de mourrir. Leurs relations furent très distantes, et le seul véritable mérite de ce dernier fut d'apprendre l'Oï-tiki à sa fille.
De l'autre, Bên-iî-iî (que l'on appellera Beni), jeune saurien parti surfer sur les torents de lave.
Jordane, lors d'une fugue, va se crasher en pleine jungle. Elle va faire la rencontre de Beni. Ce dernier compte bien faire de Jordane un succulent repas. Qu'elle n'est donc pas sa surprise de découvrir que la jeune humaine parle sa langue ! Nous voici donc partis pour de rocambolesques aventures, qui permettront à Jordane de découvrir, épatée, la civilisation Oï-tiki.
Les humains eux-aussi ont fait une découverte surprenante. En effet, un savant vient de découvrir l'origine de l'extraordinaire longévité des sauriens, qui vivent plusieurs siècles. La lutte va alors s'engager pour savoir qui, des humains ou des sauriens survivra. Car le secret de l'immortalité se trouve dans le foie des sauriens. Connaitront-ils le même sort que le Grand pingouin, le Dodo ou le Dauphin de Chine ?
Outre un roman d'aventure dans la grande tradition d'un Vance (Tschaï) ou de la jungle wulienne (Piège sur Zarkass), Les maîtres-feu posent de nombreuses questions.
Celle du colonialisme, bien entendu. Mais aussi l'éternel problème si bien posée par Machiavel : "La fin justifie les moyens".

Wintrebert

se situe d'emblée du coté de Camus, qui répondait "Quelle fin peut justifier de tels moyens ?". En effet, peut-on s'autoriser l'éradication d'une civilisation brillante, voire d'une espèce entière, pour ses seuls caprices ? Il suffit de se rappeler des Codex aztèques brûlés par l'Eglise, ou de toutes ces espèces volontairement exterminées par l'homme, pour se poser la question.
Certes, la longévité est tentante. Mais l'homme la mérite-t-il ?
La réponse -malicieuse- de Joëlle

Wintrebert

est l'un des points forts de ce livre.

Loin de signer un simple divertissement, Les maîtres-feu reste quand même un livre beaucoup plus léger, et surtout beaucoup moins sombre que Les olympiades truqués. Les questions qu'il pose et les réponses qu'il y apporte, avec une délicieuse pointe de sarcasme contre le racisme et le colonialisme en font un véritable petit enchantement dont il serait vraiment bien dommage de se priver.




Sur Dante, sa volcanique planète, un jeune saurien nommé Béni s'est mis en route à l'aube. Un séisme menace ? Qu'importe ! En bon Oï-tiki, il a sa planche télescopique pour voguer sur les torrents de lave...
Non loin, dans une enclave « humaine », Jordane apprend la mort de son père, un tyran dont le seul mérite fut de lui apprendre le oï-tikien. Dans l'espoir de rejoindre sa planète natale, Jordane fuit en orthoptère.
L'éruption est si violente cependant qu'elle bouleverse les trajectoires de l'un et de l'autre : précipités dans une clairière de la forêt, les voici face à face. Le saurien est tenté de ne faire qu'une bouchée de l'adolescente mais voici qu'elle s'adresse à lui dans sa langue. Une étonnante aventure commence...

Née à Toulon, Joëlle Wintrebert a dirigé la revue Horizon du fantastique puis Univers. Critique littéraire et cinématographique, elle mène aussi une carrière de romancière : Chromoville , Le Créateur chimérique (Grand Prix de la S-F française) ont également paru aux éditions J'ai lu.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (2 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Le créateur chimérique   

Le créateur chimérique

    

Joëlle Wintrebert



Cette critique est signée oman
Aucune réponse pour le moment...

La chambre de sable   

La chambre de sable

    

Joëlle Wintrebert



Cette critique est signée Olivier
Aucune réponse pour le moment...

Les olympiades truquées   

Les olympiades truquées

    

Joëlle Wintrebert



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/09/2008 à 01h02 par Cyril

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire