Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
8 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
115 critiques
7160 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Les îles du Soleil

Ian R. McLeod


Les îles du Soleil
Traduction : Michèle Charrier
Illustration : Eric Scala
Titre original : The Summer Isles
Première parution : 2005

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF
ISBN : 2-07-031369-7

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (61 réponses)

Chef-d'oeuvre ? Absolument !
Voici certainement l'un des livres les plus fins et les plus intelligents que j'ai lu depuis très très très longtemps.

Comme l'indique la 4e de couverture, l'Angleterre et la France ont perdu la Première Guerre mondiale. Si la France et l'Allemagne se sont réconciliées, l'Angleterre s'est enfoncé dans la crise.
Après une succession de coalitions farfelues et vouées à l'échec, elle a enfin trouvé son salut.
John Arthur, l'homme providentiel, fondateur du Modernisme et de la Très-Grande-Bretagne, qui a su redonner le courage et l'espoir à son peuple. Des grands travaux routiers à la télévision, d'un système de santé performant et accessible à tous, il a changé le visage du pays, et l'a relevé des crises successives, ainsi que de la perte de l'Irlande.
Bien sûr, cela ne s'est pas fait sans casse.
Les Irlandais, les Juifs, les Tziganes et les homosexuels sont devenus la cinquième colonne. Le parlement n'existe plus, mais la prospérité économique est là. Alors à quoi bon s'inquiéter quand on est un bon WASP hétérosexuel, avec une famille méritante ?

Ce long descriptif n'est en fait qu'un simple décor. Car la véritable histoire n'est pas là. L'histoire, c'est celle d'un universitaire, historien et homosexuel, sexagénaire et rongé par un cancer du poumon qui l'emportera. Mais le cancer n'emportera pas que notre universitaire, il emportera aussi le lourd secret qu'il détient sur John Arthur. Ce dernier prétend l'avoir eu pour professeur, quand il n'enseignait pas encore en université. Leurs âges respectifs semblent valider cette hypothèse, mais un peut-on seulement faire confiance à un dictateur ?
Chant du cygne d'un homme rongé par un mal incurable, ce roman est surtout une introspection et une incursion dans la vie du personnage et surtout dans son passé, où se trouve le fameux secret. Un homme se souvient, avant que la mort ne l'emporte.

Superbement écrit, ce livre est une oeuvre magistrale. Initialement paru en novella, il a obtenu le World Fantasy Award. La version roman du texte n'a été publiée qu'en France. Le style est brillant, britannique en toutes circonstances, et c'est un régal pour le lecteur.
Brillante réflexion sur les mécanismes de la tyrannie, il montre comment un dictateur peut-être aimé mais surtout désiré.
La réflexion sur l'Histoire est aussi passionnante, quoi que certains puissent la trouver un rien pessimiste.

Nous avons donc au final un livre superbement écrit, une histoire passionnante, et d'intéressantes réflexions sur la tyrannie et l'Histoire.
La traduction est excellente (Michelle Charrier traduit Priest).
Le tout est en poche, donc à prix modique.
Quelle raison avez-vous de passer à coté du livre ?
Aucune, tout simplement.




Sachez-le, la Grande-Bretagne a perdu la Première Guerre mondiale. La suite, on la devine : la dépression, le chômage, la honte, la révolte... et voilà l'ordre ancien renversé. Dans cette période trouble, un seul homme a pu sauver le pays du désastre : John Arthur, le héros de guerre aux origines modestes ; John Arthur, l'homme qui a fait de l'Angleterre sclérosée une puissance internationale : la Très-Grande-Bretagne.
Mais en 1940, alors que la terreur et les déportations font rage, un homme, Geoffroy Brook, professeur à Oxford, détient un terrible secret qui pourrait changer le cours de l'Histoire.

Uchronie dans la lignée du Maître du Haut Château de Philip K. Dick, Les Îles du Soleil, lauréat du World Fantasy Award dans sa version novella, dresse le portrait poignant d'un homme dans la tourmente de l'Histoire.
Né en 1956 en Grande-Bretagne, Ian R. MacLeod est une figure de proue de la nouvelle génération d'auteurs britanniques. On lui doit quatre romans et de nombreuses nouvelles récompensées par les plus prestigieux prix littéraires.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (61 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
L'âge des Lumières   

L'âge des Lumières

    

Ian R. McLeod



Cette critique est signée Gracie
28 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/03/2007 à 10h53 par Galvin

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire