Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
2 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Gui

Inscrit le :
10/08/2006
46 critiques
2910 messages
Consulter le profil de Gui
Envoyer un message privé à Gui

Les Amants étrangers

Philip José Farmer


Les Amants étrangers
Traduction : Michel Deutsch
Illustration : Artiphyciel.com
Titre original : The Lovers
Première parution : 1961

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF
Date de parution : janvier 2007
ISBN : 978-2-07-032836-9

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Voici le roman qui introduisit le sexe dans la science-fiction – le jeu de mot étant aussi involontaire qu’approprié, je le garde. Au départ une novella parue en 1952 et qui valut à Philip José

Farmer

le prix Hugo du Nouvel auteur en 1953, Les Amants étrangers demeure le roman de science-fiction qui le premier aborda de front le concept de la sexualité dans le genre, c’est-à-dire qu’il utilisait ce sujet comme un thème central sans lequel le récit tout entier ne pouvait avoir lieu. Mais si son importance historique ne laisse aucun doute, son intérêt littéraire reste hélas plus sujet à caution : l’ouvrage, en effet, ne date pas d’hier…

Car ce qui s’avérait dérangeant il y a un demi-siècle ne peut plus forcément en dire autant de nos jours. À l’époque où

Farmer

écrivit la novella originale, le puritanisme battait son plein aux États-Unis, et accoucher d’un récit qui se montrait aussi ouvertement anticlérical, d’une part, et aussi érotique, d’autre part, prouvait une ambition littéraire ou du moins iconoclaste certaine – surtout au sein d’un genre considéré comme à peine bon pour un public adolescent : on imagine sans peine les réactions des associations vouées à la protection de la jeunesse si la science-fiction avait été plus populaire qu’elle l’était.

Mais c’était aussi le temps du maccarthisme, du moins à l’époque de la novella de départ, encore une fois, et afficher une relation amicale avec le représentant d’une civilisation aussi différente, car plus primitive et plus libertaire sous bien des aspects, relevait d’autant plus de l’impensable que la relation en question était aussi amoureuse. Mais seulement, voilà : le maccarthisme a vécu – il était déjà assez passé de mode à l’époque où la novella devint un roman d’ailleurs, même si des foyers importants restaient vivaces. Bref, l’intérêt en quelque sorte sociétal, voire politique, du récit a assez vite subi un sérieux coup dans l’aile lui aussi.

On peut dire aussi que Les Amants étrangers montrait également une civilisation terrienne vouée à la domination des étoiles – un truisme de l’époque devenu depuis un cliché assez encombrant – mais dont un des représentants au moins s’avérait réfractaire à cette idéologie impérialiste, au mieux, voire franchement belliciste, au pire – ce qui était assez nouveau, ou en tous cas entrait encore dans le registre de l’original. Hélas, ou plutôt tant mieux, la science-fiction a depuis longtemps reconsidéré un tel thème narratif et bien rares sont à présent les productions du genre qui s’articulent sérieusement autour d’une idée aussi réactionnaire.

Voilà pourquoi, cinquante ans après, il est devenu difficile de persister à voir dans ce livre un chef-d’œuvre de la science-fiction au lieu d’un ouvrage dont l’importance historique ne se discute plus, certes, mais qui au final en reste là. Si Les Amants étrangers ravira tous ceux d’entre vous qui ont une âme d’historien, les autres préfèreront probablement passer leur chemin…




En 3050, L'Amérique du Nord est dirigée par le Clergétat, un ordre religieux puritain impitoyable. En partant en mission, sur la planète Ozagen, Hal Yarrow pense avoir laissé cette société qu'il abhorre derrière lui. Mais le conditionnement subi depuis son plus jeune âge résiste à l'éloignement et rien ne semble pouvoir le briser. A moins que la belle Jeannette, mystérieuse étrangère, ne parvienne à faire tomber les derniers tabous de Yarrow ?

Les amants étrangers, principalement connu pour avoir été le premier texte à aborder de front le thème de la sexualité en SF, est avant tout un magnifique plaidoyer contre l'intégrisme religieux et pour l'acceptation de la différence.

Philip José Farmer naît aux Etats-Unis en 1918. Enfant, il dévore les œuvres d'Edgar Rice Burroughs, Henry Rider Haggard ou Jules Verne qu'il pastichera par la suite. Écrivain à l'imagination débordante et à la réputation sulfureuse, il est l'auteur de chefs-d'œuvre de la SF tels que La saga des hommes-dieux ou Le cycle du fleuve.





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Comme une bête + Gare à la bête   

Comme une bête + Gare à la bête

    

Philip José Farmer



Cette critique est signée Olivier
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 08/01/2005 à 10h17 par morca

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire