Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
7 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
122 critiques
7535 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

La forteresse de coton

Philippe Curval


La forteresse de coton
Première parution : 2006

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (12 réponses)

Après l'excellent "Congo Pantin", oeuvre majeure mêlant de grands thèmes de la sf (catastrophe, contacts humains-ET, interrogations sur la réalité...) folio sf récidive avec un nouveau

CURVAL

, "La forteresse de coton".
Recommandé par BERTHELOT parmi les 100 transfictions à lire, il s'agit donc d'un ouvrage entre-deux. Initialement publié en mainstream, il n'a été réédité que dans des collections sf. C'est donc peu dire qu'il faut s'attendre à un ouvrage étrange, plus proche de Christopher PRIEST que de Larry NIVEN. Voici donc un livre qui s'adresse à un lectorat bien précis, amateur d'une littérature audacieuse, qui ne vise surtout pas l'ancrage au coeur d'un genre bien délimité.
Un homme est en vacance à Venise, il nage dans la lagune à la poursuite d'une femme pour qui il vient d'avoir le coup de foudre. Elle s'appelle Sarah, et lui dit s'appeler Julien Cholle. Une passion dévorante va naître entre eux. Sauf que Julien n'est autre que Blaise Canehan, un archéologue qui doit partir en mission en Turquie. Il demande donc à un certain Grégoire de veiller sur Sarah, tandis que lui va d'abord partir dans les bras de Clarisse, prostituée de son état, avant d'aller en Turquie. Eloigné de sa bien aimée dans une zone déserte de la Turquie, ils échangent une correspondance fiévreuse et sulfureuse, elle lui avouant des liaisons, tandis qu'il lui raconte des souvenirs troublants. De miroirs en doubles, de parallèles en fausses similitudes, de douteux mensonges en souvenirs, c'est à un voyage troublant que Philippe

CURVAL

convie le lecteur, oscillant sans cesse entre les lieux, et surtout les identités qui sont autant de personnages et d'histoires dans l'histoire. Mais bien plus que l'histoire de deux êtres, c'est surtout un roman d'ambiance, d'une ambiance langoureuse, et le lecteur ne peut s'en remettre qu'aux incertitudes, à défaut de vérités établies.
Loin de toute confusion, les différents fils narratifs se nouent petit à petit, pour donner à ce livre une incroyable cohérence narrative, menant le lecteur à un fascinant vertige littéraire, dont la chute finale est l'apothéose. Voici un livre qui convaincra le lecteur d'au moins une chose : Philippe

CURVAL

est un auteur de grand talent, mais qu'il faut savoir apprécier. Je ne peux donc recommander ce livre qu'aux amateurs d'une littérature de l'entre-deux, littéraire et sensuelle, plus proche en définitive de « L'archipel du rêve » que d'une sf pure et dure. Si le voyage vous tente, n'hésitez pas. Vous risquerez de rester sur le quai, mais si vous arrivez à embarquer, vous ne pourrez le regretter.




Quand Julien Cholle se perd un jour dans la lagune, nageant à la poursuite de Sarah, sait-il réellement qu'il se nomme aussi Blaise Canehan, géologue, revenu d'une bizarre mission en Turquie ? Pourtant, des liens mystérieux semblent établis depuis longtemps entre Sarah et lui, une sorte d'envoûtement érotique qui les entraîne vers un ailleurs insoupçonné. Et tous les personnages de La Forteresse de coton paraissent contaminés par ce mal. Venise aussi dont le paysage se distord à travers leur regard.
La lente montée de l'exaspération érotique de Blaise Canehan est évoquée ici sous les dehors d'une enquête métaphysique à travers l'inconscient, jusqu'au terme de l'énigme, le moment où la personnalité éclate sous la pression des forces qu'elle a déchaînées. Il est des livres qui résistent à toute tentative de classification, ayant pour seule énergie cinétique une barbarie fondamentale, comme des bubons sur le corps de la littérature. La Forteresse de coton est de ceux-là.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (12 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Cette chère humanité   

Cette chère humanité

    

Philippe Curval



Cette critique est signée looper
Aucune réponse pour le moment...

Rasta solitude   

Rasta solitude

    

Philippe Curval



Cette critique est signée Olivier
5 réponses y ont été apportées. Dernier message le 26/06/2009 à 18h25 par Jekub

Regarde, fiston, s'il n'y a pas un extra-terrestre derrière la bouteille de vin   

Regarde, fiston, s'il n'y a pas un extra-terrestre derrière la bouteille de vin

    

Philippe Curval



Cette critique est signée Olivier
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 18/08/2020 à 11h55 par Jim

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire