Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
8 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
vda

Inscrit le :
16/02/2006
34 critiques
1514 messages
Consulter le profil de vda
Envoyer un message privé à vda

L'ère du satisfacteur

Frederik Pohl


L'ère du satisfacteur
Traduction : Maxime Barrière
Illustration : Atelier Pascal Vercken
Titre original : The age of pussyfoot
Première parution : 1969

 Pour la présente édition :

Editeur : Librairie des Champs-Elysées

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Charles D. Forrester est mort à trente-sept ans dans un incendie, en 1969. Aujourd’hui, en 2527 après JC, la mort n’est plus définitive, et Forrester après avoir reçu les soins nécessaires sort de l’hibernateur. Il est à la tête d’un quart de million de dollars, est en possession d’un satisfacteur, est totalement ignorant du monde qui est désormais le sien.

Ainsi, parce qu’il lui a marché sur le pied lors d’une party, le Martien Heinzlichen Jura de Syrtis Major, sexe masculin, dipara-zen, Utopiste, quatre-vingt-six ans passés, un mètre quatre-vingt-treize, travaille dans l’import-export, humain extra-terrestre, à pris contre lui un contrat de chasse avec garantie et assurance.

A l’occasion d’une exploration interstellaire, un vaisseau de la Terre à rencontré un vaisseau venant de Sirius, et l’a détruit, recueillant quatorze survivants. Depuis, des exercices d’alerte sont très régulièrement organisés et les Siriens, qui ne sont plus que onze, sont en résidence surveillée sur Terre.

Dans ce monde où les biens matériels sont disponibles à profusion, l’argent se dépense à des vitesses excessive. Forrester trouve, grâce à son satisfacteur, un travail pour neuf millions de dollars par an. Son employeur est le Sirien S Quatre. Il se fait virer. Son satisfacteur lui trouve aussitôt un autre job qu’il s’empresse de déserter (garder une centrale nucléaire peut être dangereux), et se retrouve fauché, et sans satisfacteur.

Puis, …

Compliqué, déjanté, jubilatoire et finalement précurseur sur la dépendance de l’homme vis-à-vis des machines, mais aussi sur le consumérisme.

Un extrait :

" - Oh ! oui, je veux vous parler ! Vous allez tout de suite me dire… - Il hésita, cherchant des mots qui n’étaient pas aussi évidents qu’il le croyait. – Enfin, ce que je veux savoir, c’est pourquoi vous voulez me tuer.
Le Martien parut déconcerté. Il lança un coup d’œil vers Adne avant de revenir à Forrester.
- Che ne sais pas, dit-il. A la soirée, fous m’afez marché sur le pied… Mais je pense surtout que fous ne me plaisez pas du tout. Pourquoi me posez-fous cette question ?
- Pourquoi ? Dites, c’est ma vie qui est en jeu !
Le Martien grommela :
- Che savais que c’était une maufaise idée. Chérie, che m’en fais. Plus che fois, ce type, plus il me déplaît. "




Il est impossible de vivre sans satisfacteur.
Le satisfacteur vous réveille le matin et vous aide à vous endormir le soir. Il vous procure nourriture et vêtements et vous délivre des messages. Il vous administre tranquillisants ou stimulants chaque fois qu’il le juge nécessaire : ainsi vous vaporise-t-il d’une infinie variété de sensations toutes plus délicieuses les unes que les autres.
Et quand vient le moment pour Forrester de trouver du travail, c’est encore le satisfacteur qui le conseille et le renseigne sur son employeur. Seulement… Forrester ne s’attendait pas du tout à ce que cet employeur ait une fourrure verte luisante… ni des tentacules… ni une couronne de tout petits yeux autour de la tête…

Pohl, encore peu connu en France, est un auteur de SF sociologique. Il imagine un univers où notre société de consommation se trouve poussée au paroxysme, où chacun peut posséder un satisfacteur.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La Grande Porte   

La Grande Porte

    

Frederik Pohl



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 28/05/2019 à 21h08 par Butch

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire