Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
4 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Génocides

Thomas Disch


Génocides
Traduction : Guy Abadia
Illustration : Tibor Csernus
Titre original : the genocides
Première parution : 30 juin 2002

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
ISBN : 2253052965

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Entrée en matière :

« Tandis que les étoiles, les plus faibles d’abord puis les plus brillantes, s’effaçaient pour faire place à la lumière de l’aube, la masse de maïs retint quelque temps encore l’obscurité compacte de la nuit. Une brise légère venue du lac faisait bruire les feuilles du jeune maïs, mais la forêt sombre n’exhalait aucun bruit… »

L'histoire :

Buddy Anderson est revenu sur sa terre natale, chez son père, agriculteur. Il est revenu chez les siens après que les villes se soient effondrées, tout comme le gouvernement et tout le reste d’ailleurs. Car il y a si peu de temps, la Plante est descendue des étoiles, recouvrant tout, étouffant tout et a obligé Buddy à revenir dans sa campagne natale, pour vivre ou plutôt pour survivre. Ce village, ces quelques centaines de personnes encore vivantes s’accrochent à l’espoir que leurs maigres plantations de maïs résisteront à la Plante, qui pompe toute l’eau des sols, qui culmine à des mètres et étouffe le reste de la végétation, qui grignote les mètres de champs de maïs. D’où vient-elle ? Est ce le châtiment de Dieu ? Vont-ils survivrent ?…

Les points communs avec la guerre des mondes.
Difficile de ne pas faire un rapprochement entre ce roman et la guerre des mondes. Génocides intègre des éléments du roman de Wells : une calamité descend des étoiles et décime les humains, sans qu’ils puissent ni comprendre ni résister à ce fléau. Cette calamité se matérialise sous forme d’un ensemencement, puis à la prolifération de la Plante. Et ce végétal va étouffer le reste de la vie, la faune, la flore et les hommes. De la même manière, les Martiens de la guerre des mondes éliminent la vermine humaine, faire table rase de la vie terrestre pour y installer la vie à la sauce martienne sur Terre.

Les divergences.
Ce qui différencie Les deux romans se trouve au niveau des causes.

Disch

choisit la vie à la campagne, de gens attachés à la terre, pour poser les causes d’une telle calamité. La plus probable raison est une colère divine : les hommes ont fauté et c’est dieu qui les punit. C’est aussi cette raison qui les pousse à survivre. La foi semble être à la fois une réponse et une raison de se rassembler et tenir. Même si cette foi est parfois une apparence. Encore une fois comme dans ravage (je ne sais pas si les années d’après guerre consistuent une forte période de rejet de la technologie), l’auteur insiste sur le bien fondé de la vie à la campagne, où les valeurs, le bon sens, permettent de survivre à la catastrophe bien mieux que les gens de la ville. C’est peut-être aussi cette autarcie, en quelque sorte.
Car on apprend que ce village était déjà bien isolé avant la chute des villes. Buddy, le héros, le fils du chef de village avait voulu s’en éloigner en partant à la ville, ce qui fut son plus grand crime aux yeux de son père.
Le père, chef de famille, chef du village, qui a plusieurs fils de femmes différentes entretient ce rôle de patriarche, aiguille le destin de sa progéniture, étant son influence comme une pieuvre.
Ce village garde les enfants qui se marient entre eux, on a parfois l’impression que certaines unions finissent par être consanguines, engendrant des dégénérés.
C’est pourquoi la comparaison avec ravage sur le bon sens rural est nuancée à ce stade.

La Plante.
Enfin, cette plante, dont on ne sait rien sauf qu’elle est quasiment indestructrice est un symbole d’échec de cette civilisation. Qui est derrière tout cela ? Pas ou peu d’indices.
Le rythme, très lent au début du roman s’accélère, l’horreur pointe son nez vers le milieu du roman. L’ambiance est très glauque : rivalités fraternelles et progression de la Plante vont précipiter les événements.

Ce roman n’est pas très connu mais mérite d’être lu car son écriture est très efficace. Un bon roman.

Extraits :

« Du dehors parvenaient des cris, aussi brefs que les sifflements d’un lapin égorgé. Les machines incendiaires se retournaient contre les spectateurs. Un homme entra en courant dans la salle, les vêtements en feu, et tomba mort sur le sol. La panique gagna tout le monde. Anderson, déjà près de la porte, imposait assez de respect, même au milieu de cette débandade, pour pouvoir faire sortir les siens parmi les premiers. »




Il y eut d'abord l'inexplicable désintégration des cités, les gratte-ciel qui s'effondraient, écrasant des centaines de milliers d'hommes.
Et les quelques survivants ont fui vers la campagne, encore paisible, "normale"... mais pour combien de temps ? Jusqu'au jour où, sous leurs yeux, jaillit la Plante, gigantesque monstre végétal qui prolifère, ravageant tout sur son passage.
Ils fuient encore, sous terre, où ils se trouvent piégés dans un labyrinthe de racines... celles de la Plante ! Se nourrissant de sa sève, ils essayeront de survivre. Qui "ils" ? Des hommes ? Des termites plutôt, ou des vers...


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Génocides   

Génocides

    

Thomas Disch



Cette critique est signée morca
23 réponses y ont été apportées. Dernier message le 31/01/2019 à 17h21 par Olivier

Brave petit grille-pain   

Brave petit grille-pain

    

Thomas Disch



Cette critique est signée Tsilla
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 25/02/2007 à 11h42 par caroline

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire