Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
33 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Psychohistorien

Inscrit le :
16/10/2004
2 critiques
199 messages
Consulter le profil de Psychohistorien
Envoyer un message privé à Psychohistorien

Espoir-du-cerf

Orson Scott Card


Espoir-du-cerf
Traduction : Emmanuel Jouanne
Illustration : Jean-Yves Kervevan
Titre original : Harts Hope
Première parution : mars 1996

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël
ISBN : 2-207-50385-2

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

L'histoire:
Espoir-du-cerf ne semble pas faire parti de l'oeuvre majeur d'Orson Scott

Card

, mais merrite selon moi d'être lu.
Roman d' heroic fantasy un peu comparable au Silmarillion, il met en scène plusieurs personnages à des moment du récit differents. Ceci à la difference pret que ces personnages sont beaucoup moins nombreux et sont tous liés entre eux par le sang ou par l'histoire qui ne dépasse pas trois générations, même si cela représente en fait plus de 300 ans. A cette autre difference que l'on ne rencontre à aucun moment d'épopée et de batailles chevaleresques trés détaillées et au nombre de page concequent, et une trés faible quantité de dialogues tout autant chevaleresques (souvenez vous duseigneur des anneaux ou les hobbits paysans parle la même langue que les seigneurs). On est aussi moins orienté vers l'étude cartographique mise en parallèle même si elle existe un peu.
Pour en revenir à l'histoire elle-même, elle se déroule en Burland et la plus grande partie du temps dans sa capitale: Espoir-du-cerf. Les personnages principaux sont rois, reines à un moment ou à un autre soit parcequ'ils en ont fait leur quette, soit malgrés eux (lorsqu'ils sont manipués par les dieux) et parfois les deux en même temps. Ils ont toujour pour but, soit le pouvoir, soit l'honneur mais pas la richesse (tient donc). Je disais tout à l'heure que l'on ne rencontrait pas beaucoup de batailles, celles-ci sont en fait remplacés par l'utilisation de la magie dont l'auteur accorde beaucoup d'importance et d'imagination.

Mon avis: (comment je l'ait déjà donné)
L'interet que je porte à cette oeuvre est en grande partie due au fait que le narrateur est un personnage riche d'une certaine dualité, il est à la fois personnage en tant que tel(appelons-le A), et personnage narrateur : c'est à dire un personnage (le même en fait) qui raconte l'histoire aprés que celle-ci se soit déroulé (appelons_le B). Ce que je trouve extremement jouissif, c'est que B parle de A (de lui même mais jouans sont role dans l'histoire, à la troisieme personne ce qui fait qu'on ne connais pas et qu'on essaye de devnier l'identité du narrateur tout au long du récit, sauf bien sûr à la fin où le suspense étant à son comble Orson Scott

Card

ne manque pas de nous satisfaire.

Mes réticences :

Simplement les petites longueurs que ne peut s'empecher de contenir tout roman d'heroic fantasy.

Remarque :
Il s'agit de ma première chronique, je suis trés content d'avoir franchit le pas mais je me doute bien qu'elle ne peut qu'être loin d'être parfaite, merci Lone pour l'exemple.




Pour s'approprier le trône du royaume de Burland, Palicrovol a tué le tyran Nasilee et épousé sa fille en la violant publiquement sur la statue du grand Cerf, le dieu enchaîné aux racines du monde. Mais il a commis l'erreur d'épargner la vie de la princesse et de la confier à la garde d'un magicien qui, imprudent à son tour, laisse traîner ses grimoires... Devenue la reine de Beauté grâce à une magie sanglante, la jeune femme exercera sur son violeur une terrible vengeance... Inspirée des légendes anglo-saxonnes, cette fresque à la fois douce âpre, poétique et cruelle, est aussi une parabole d'une grande profondeur sur l'exercice du pouvoir.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La stratégie Ender   

La stratégie Ender

    

Orson Scott Card



Cette critique est signée Ione
39 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/04/2013 à 18h05 par Butch

La voix des morts   

La voix des morts

    

Orson Scott Card



Cette critique est signée Ione
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/06/2006 à 10h18 par morca

Sonates frelatées   

Sonates frelatées

    

Orson Scott Card



Cette critique est signée zomver
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 30/07/2018 à 14h52 par lisbeli

Sonate sans accompagnement   

Sonate sans accompagnement

    

Orson Scott Card



Cette critique est signée soleilvert
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 29/07/2018 à 21h10 par morca

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire