Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
4 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

Diamond dogs, Turquoise days

Alastair Reynolds


Diamond dogs, Turquoise days
Traduction : Sylvie Denis
Illustration : Alain Brion
Première parution : avril 2006

 Pour la présente édition :

Editeur : Presses Pocket
ISBN : 2266145371

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (8 réponses)

"J'ai rencontré Childe dans le monument aux Quatre-Vingts.
C'était par l'une de ces journées où le monument m'appartenait, pour ainsi dire, et où je pouvais parcourir ses allées sans rencontrer d'autre visiteur. Seul le bruit de mes pas troublait l'immobilité et le silence des lieux..."


Alastair

Reynolds

est un auteur qui monte, qui monte.
Son cycle composé de:
- l'espace de la révélation
- la cité du gouffre
- l'arche de la rédemption
- le gouffre de l'absolution
situe une humanité dans un futur lointain où fleure bon le voyage dans l'espace à travers de gigantesques vaisseaux appelés gobe-lumens, peuplés d'une faune d'humains un peu particuliers, car ils sentent bon l'huile et le silicone.
En effet, les équipages de ces imposants engins sont en grande partie d'un groupe de l'humanité qui s'est un peu écarté du commaun des mortels puisqu'ils se sont tournés vers l'intégration de la technologie pour palier aux faiblesses de la biologie humaine. On les appelle les Ultras car ils sont truffés de gadgets issus de la nanotechnolgie, et parfois ceratins sont allés encore plus loin, ce qui les éloigne inéxorablement de leur nature organique.
On est en plein dans le cadre du cyberpunk, ici.
Mais

Reynolds

ne fait pas dans la dentelle puisqu'il réussit à fusionner la nanotechnolgie (très hard-science) avec le cyberpunk dans des aventures dramatiques à travers l'espace.
C'est en somme un grand renouveau dans le genre du space opera, qui l'enrichit et lui donne de nouvelles perspectives.

Un coup de génie, en fait.

L'espace où voyagent ces gobe-lumens est parsemé d'entités mystérieuses, dont l'origine est inconnue, dont la nature l'est tout autant et qui passionne d'autant plus certains êtres. Le contact s'avère par contre mortel tant la nature de ces voiles, les seuls à être revenus vivants sont fous. Et ils sont rares.

Certaines planètes abritent en leur océans d'autres entités appelées Mystifs dont l'origine elle aussi reste énigmatique. Le seul fait dont on soit sûr est que la baignade en leur sein modifie quelque peu la personne. Il semblerait que les Mystifs photographient les entités qui s'y baignent et les stockent depuis des millions d'années. depuis leur origine, en fait.

Parlons un peu des novelas, maintenant. Point trop pour ne point trop dévoiler.

La première novela est le récit d'une aventure pour résoudre une énigme dans un artefact. Une énigme ? D'innombrables en fait, sous forme mathématiques pour la plupart, mais ce n'est pas un jeu car se tromper à l'une peut être léthal...

La deuxième vous permettra de découvrir un peu plus les Mystifs.

Ce recueil est indispensable aux inconditionnels du cycle de

Reynolds

, mais est aussi un bon moyen de découvrir l'univers de cet auteur devenu incontournable de ces dernières années.




"Diamond Dogs", ou le stupéfiant périple d'une expédition aux confins d'une planète morte abritant la Flèche. Quelle est la raison d'être de ce monument-piège quasi conscient ? Pourquoi ces énigmes mathématiques de plus en plus complexes, étage après étage, auxquelles sont confrontés les membres de l'expédition ? Des énigmes qui se révèlent bientôt mortelles...

"Turquoise Days", ou la rencontre des Mystifs, le plus fascinant des organismes marins de la planète Turquoise. Les plongeurs qui se sont risqués à leur contact y ont laissé leur mémoire, leur empreinte au cœur de cette immense conscience collective. Naqi Okpik y a perdu sa sœur. Parviendra-t-elle à percer le secret de ce monde lointain et protégé ?

"Diamond Dogs, Turquoise Days" réunit deux récits magistraux d'Alastair Reynolds, inscrits dans son cycle des Inhibiteurs ("L'Espace de la révélation", "La Cité du Gouffre"), deux très grands moments de science-fiction.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (8 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Janus   

Janus

    

Alastair Reynolds



Cette critique est signée sandrine
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/05/2007 à 16h22 par Gutboy

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire