Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
12 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Trevize

Inscrit le :
28/06/2005
23 critiques
140 messages
Consulter le profil de Trevize
Envoyer un message privé à Trevize

Crésudi dernier ?

Paul Van Herck


Crésudi dernier ?
Traduction : Mary Rosenthal
Illustration : Jan Parker
Titre original : Sam of de Pluterdag

 Pour la présente édition :

Editeur : Librairie des Champs-Elysées
Collection : Le masque SF
Date de parution : 1977
ISBN : 2-7024-0602-5

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (8 réponses)

Note avant de commencer.

La version francaise de ce livre a en fait été traduite de l’americain par Mary Rosenthal, version americaine qui elle a été traduite du néerlandais par Danny De Laet & Willy Magiels.
(En tant que belge bilingue néerlandais/ français dans un pays ou tout le monde pourrais l’etre je trouve cela abérant).


Donc :

1968: “Sam of de Pluterdag”. Msf 14 ,Uitgeverij JM Meulenhoff.
1973: (avril): “Where were you last Pluterday?”. Daw sf Books 51.
1977: (2ème trim): « Crésudi dernier? ». Le masque sf 56.

l’Histoire

« Sam griffait désespérément les bords friables de l’abîme. Terrifié, il sentit la crampe gagner lentement mais sûrement, l’extrémité de ses doigt.
Il tomba.
Et…
Pour être tout à fait franc, Sam n’était nullement suspendu au-dessus d’une abîmes, et il n’avait pas la moindre crampe au bout des doigt. A des lieues à la ronde, pas de trace d’une abîme dont on pourrait désespérément griffer les bords. Mais un éditeur rencontré récement m’a confié qu’en jugeant un maniscrit il ne se fiait qu’à la première phrase. Il doit donc être sur des chardons ardent ! »


Dès les premières phrases l’auteur donne le ton, Sam écrivain sans un franc, tombe amoureux de Julie, la fille du richissime ministre Vandermasten . Mais Sam vit dans un monde ou il est impossible de marier une bourgeoise quand on vient du peuple. L’hardiesse est un trait de caractère prédominant chez notre héros, et tres vite il engage un flirt avec la demoiselle, qui –séduite- renqarde Sam Crésudi prochain. Dans l’euphorie Sam accepte, mais il a aucune de quel jour cela est. (voir 4ème de couverture).
Le voila donc parti a la recherche de Crésudi, mais une semaine passe et il loupe son rendez-vous. Il achete alors une machine a voyager dans le temps pour retourner a la semaine passée. Durant son périple il lui arrive plein de choses, il se retrouve (entre autre) marié a une femme qu’il n’aime pas (dont il arrivera a divorcer). Il écris la bible (ce qui le rendra très très riche et resous ainsi son problème de standing), il se fait faire des sosies, se fait arreter sans raison apparente. Il devient également un habitué du comptoir de Saint-Pierre et as un talent fou pour soudoyer la mort. En fin de compte il resous l’énigme du Crésudi et voilà le happy-end.
(enfin pas tout a fait).

Le style

Ce livre part dans tout les sens!

Van Herck

est constamment a limite du délire absurde. Mais grace a un style simple et precis l’auteur arrive néamoins a garder l’attention du lecteur.
Sans poser de grande question il aime jouer avec les themes redondant à la sf (machine explorer le temps par exemple).
Vous l’aurez compris se livre se veux leger et humoristique, et il l’est! Pour cela l’auteur n’utilise que du ‘language’ courant. On y trouve que des petites phrases avec des mots simple, cela donne un livre très coloré et rythmé.
Aussi je ne l’ai pas trouvé très science fiction mais plutot surréaliste !!
A lire pour un bon moment de détente.


L’auteur

Né le 19 mai 1938, Paul

Van Herck

vivait a Berchem près de Anvers avec sa famille. Il commenca a publier en 1965 (un receuil de nouvelles). En 1972, lors du Premier Congrès Européen de Science fiction à Trieste, ce roman obtint le premier prix. Souvent comparé a du F. Brown,

Van Herck

est un des écrivain les plus marquant de la littérature flamande de sf. Paul

Van Herck

mourru en 1989.




-Je peux vous revoir ? demanda Sam.
-Si ça vous fait plaisir, dit doucement Julie.
-Et comment !
-Crésudi, alors ? Huit heures, devant le kiosque à journaux près de la statue de Claus.
Elle lui donna un baiser et disparu derrière le portail. Un peu étourdi, Sam remit la voiture en marche.
Puis le coup le frappa.
Crésudi !
Crésudi, huit heures, près de la statue.
D’accord pour la statue. Mais qui avait jamais entendu parler de Crésudi ?
Il fallut à Sam cinq existences, une machine à explorer le Temps (d’occasion) et toute son ingénuosité d’auteur pour résoudre l’énigme de Crésudi !





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (8 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Caroline oh ! Caroline   

Caroline oh ! Caroline

    

Paul Van Herck



Cette critique est signée Trevize
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 05/04/2007 à 16h33 par Franz

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire