Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
46 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
lulujoy

Inscrit le :
16/02/2016
1 critiques
58 messages
Consulter le profil de lulujoy
Envoyer un message privé à lulujoy

Alexandre Clerisse (dessin), Thierry Smolderen (scénario)

Souvenir de l'empire de l'Atome


Souvenir de l'empire de l'Atome
Mise en couleurs : Alexandre Clerisse
 Pour la présente édition :

Editeur : Dargaud
Date de parution : 1er trimestre 2013
Nombre de pages : 144
ISBN : 9782205069303

La critique du livre
Soyez le premier à donner votre avis !

Pour mieux apprécier le style...
Cela rappellera des souvenirs à certains
(cette critique a été initialement publié sur feu mon blog...)

Alors là, je vais vous parler de l’un de mes gros coup de cœur de BD one-shot !

Je l’ai découvert lors d’un travail servant à valider mes connaissances programmée sur le thème « Bande-dessinée ». On m’a donc demandé une étude comparative entre une BD classique et une BD qui cassait les codes. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de BD (à cause des mangas), et comme l’une des monomaniaques qui passait également cette épreuve suppliait de pouvoir prendre un manga pour faire sa critique, j’ai haussé les épaules en me disant que c’était l’occasion de relire les Tuniques Bleues. (et d’élargir mon horizon)

Sauf que voila, après, il fallait une autre BD non-classique. Cela n’avait rien à voir avec l’histoire, mais à la mise en page, purement et simplement. Comme j’avais lu très peu de BD de SF (enfin, à part Yoko Tsuno, qui a une construction classique) et que je n’avais aucune BD non-classique à proposer (non ! même Sfar a un coté classique dans sa mise en page !), j’ai un peu cherché sur internet.

C’était sortit en début de l’année et cela s’appelait « Souvenir de l’empire de l’Atome ». J’ai vu la couverture sur internet, et j’ai couru chez Phylactère (quel joli nom de magasin de BD !) le commander.

J’étais bêtement tombé en amour de la couverture, sans même fouiller plus avant sur la mise en page (pourtant y’avait moyen de trouver). Heureusement pour moi, j’étais bien tombé (sinon j’aurais perdu du temps, mais je n’aurais pas eu de regret de pouvoir lire cette BD).


Je l’ai récupéré un après-midi avant de prendre le bus, et cela a du être la seule fois que j’ai lu dans un véhicule en mouvement autre que le train.

« Une page ou deux pour vérifier ! » Tu parles, j’étais au trois quart de la deuxième lecture en arrivant.

Bon il faut dire que je n’avais pas compris grand-chose à la première lecture, à part peut-être le fait que c’était terriblement beau et que ça se passait en Belgique.

L’Atome ! Un savant fou kidnappe d’autres savants, leur faisant croire à un déplacement sur une autre planète. Un couple se rencontre par-delà le mur de fer. Paul parle à un grand guerrier du futur à travers les brumes du temps… quitte à être pris pour un fou.

L’Atome !

Les années 50 et son esthétique « le futur c’est déjà aujourd’hui », et l’Exposition Universelle de 1958… Un mythe pour tous les belges, un âge d’or, ce sentiment de douceur de vivre et de tendresse passée.


L’Atomnium ! Impensable construction célébrant la sainte science, c’est l’équivalent de la Tour Eiffel. Sauf que c’est à Bruxelles et que cela représente effectivement quelque chose (un atome de fer en l’occurrence).

C’est un album-hommage. Mais les hommages sont multiples : Cordwainer Smith en premier, puisque le héros, c’est à peine caché, est l’auteur lui-même, et que l’étude du Divan à Réaction et la planète Shayol sont évoqué. Je critiquerais un de ses jours Les seigneurs de l’instrumentalité, que j’ai eu le bonheur de découvrir grâce à cette BD. Une référence à Hamilton aussi, que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire, avec Zarth Arn « héros aux mille visages ».


(Bon, par contre, à part le titre, rien à voir avec Van Voght.)

Franquin y fait également un caméo dans un gag à la Gaston, et le méchant ressemble tellement à un malfaisant adversaire de Spirou que s’en est drôle.

Un hommage aux années 50, par ces dessins sortit d’un autre temps, presque caricaturaux, tout en ayant une superbe modernité. Un paris osé.

On laisse des pulp’s trainer sur les tables et dans les cases.


C’est une BD qui mérite d’être lue, relue et re-relue pour en apprécier sans cesse les détails les plus minuscule, ou simplement se laisser perdre dans la beauté des couleurs utilisées.

Un récit à clés, pas toujours évidentes à trouver, mais un bonheur simple nous envahit à chaque fois qu’on en découvre une.

Grâce à lui, j'ai enfin pu connaitre le "Sense of Wonder"...

A lire. Absolument.




1953 : la Terre est entrée dans l'âge de l'atome, mais un homme s'interroge sur la civilisation qui l'entoure. Cet homme, c'est Paul — un écrivain de science-fiction qui depuis son enfance vit en contact télépathique avec le héros d'une épopée galactique située dans un lointain futur.
Le cas de Paul devient célèbre à la suite d'un article. Gibbon Zelbub, consultant bien connu du Pentagone et de l'industrie américaine, commence alors à s'intéresser à lui. Dans un laboratoir du Vermont, Paul va subir une expérience hypnotique qui lui fera commettre l'irréparable et briser l'honneur de son ami Zarth Ann, le plus grand chef militaire de l'histoire des étoiles...





Vous aimez ce livre ? Faites-en part à vos amis !   
  



Soyez le premier à donner votre avis !

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014