Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
14 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
115 critiques
7155 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Rouge sang

Melvin Burgess


Rouge sang
Traduction : Philippe Loubat-Delranc
Illustration : Vitaly S. Alexius
Titre original : Bloodtide
Première parution : mai 2007

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF
ISBN : 978-2-07-034576-2

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (9 réponses)

Londres, XXIIe siècle. La société a fait un grand bon en arrière, revenant à la féodalité. Cruauté et violence sont les principaux moyens de gouverner et maintenir l'ordre.
La capitale britannique est ravagée, le gouvernement et l'Etat l'ont désertée. Ses ruines sont tombées aux mains de deux chefs de guerre, en lutte pour le contrôle total de la ville. Val Volson, qui règne sur la majeure partie de la ville, décide de faire comme les monarchies d'Ancien régime. Il veut donner sa fille Signy en mariage à son rival, Connor. Il espère ainsi que cette union politique et charnelle mettra fin au conflit qui l'oppose à son rival. C'est donc sans aucune joie que Signy, véritable garçon manqué, accepte ce mariage. La cérémonie sera fastueuse, et marquée par un étrange signe des dieux. Stratège ou félon, Connor entend bien profiter de ce mariage pour faire main basse sur Londres. Naïf ou trop confiant, Val n'y verra que du feu. C'est donc dans la surprise que Connor lance son raid contre les Volson. Il réussit à tuer Val, ainsi que deux de ses trois fils. Seul Siggy, le jumeau de Signy, échappera à l'appétit d'un monstre Mi-Homme mi-cochon, le Pourceau.
Etrange créature que ce Pourceau. Il est un des nombreux Mi-Hommes, chimères mi-humaines et mi-animales qui habitent la banlieue londonienne. Ces êtres, issus de lointaines expérimentations génétiques, sont toujours méprisés et parfois lynchés. Mais c'est pourtant l'une d'entre eux qui recueillera et soignera Siggy. Le prince se comporte d'abord comme une peste avec celle qui l'a recueilli et remis sur pied. Il prendra ensuite conscience de l'humanité et de la profonde misère dans laquelle vivent les Mi-Hommes. Ivre de son nouveau pouvoir, le nouveau maître de Londres va vouloir étendre son royaume au-delà de la seule capitale. Il vise donc les terres des Mi-Hommes. La conquête et l'occupation des terre vont devenir le prétexte à la plus extrême brutalité contre les Mi-Hommes. Ces derniers vont alors tenter de renverser le tyran en s'alliant avec les humains. Qui, mieux que Siggy pourrait les aider ?
Quant à Signy, mutilée par son époux et incapable de se déplacer, elle ne cesse de ruminer sa vengeance. Elle ne veut qu'une seule chose : la mort de son époux. Elle est prête à tout et aux pires sacrifices pour étancher sa soif de vengeance. Mais comment faire, alors qu'elle emprisonnée dans un donjon dont elle ne peut s'extraire ? Il ne lui reste plus qu'à s'appuyer sur son chat, qui est bien plus qu'un simple félin...
Disons le tout net, cette fantasy post-apocalyptique est un excellent cru, et vaut très largement ses 480 pages. L'écriture, d'abord lente mais fastueuse, bascule ensuite dans une nervosité qui colle parfaitement aux fracas des batailles. Loin de tout manichéisme,

Burgess

travaille soigneusement la psychologie de ses personnages. Il en fait des êtres profondément humains par leur ambivalence et l'ivresse de leur passion vengeresse ou conquérante. L'univers est lui aussi remarquablement travaillé, et ne se contente pas d'être un simple décor assurant l'unité de lieu. Bien sûr, les amateurs de hard-sf purs et durs trouveront toujours à redire sur la génétique des Mi-Hommes. Mais peu importe. On pense même par moment à Theodore Sturgeon, quand les Mi-Hommes et les humains révèlent à l'Autre leur part d'humanité. La quatrième de couverture évoque le bruit, la fureur, les larmes et le sang. Je ne peux manquer d'y ajouter l'ivresse des passions, qui donne parfois au roman des accents tragiques dignes de Sophocle ou Shakespeare. Les protagonistes sont emportés par la force des passions, et leurs vies se fracassent sur l'autel d'un destin qui les dépasse.
Melvin

Burgess

, auteur pour enfants et ados, s'est fait une spécialité d'aborder des thèmes assez difficiles à l'intention son jeune public. Qu'il traite de sexualité ou de toxicomanie, il en montre la réalité sans fard, et sans moraliser. Ici, c'est la violence, à coup de massacres et de torture qui pourra choquer le jeune public. Recommandé à partir de 15 ans, ce roman est une parfaite réussite. Saluons d'ailleurs la volonté de Folio SF de le sortir dans une collection tout public. Aussi bien destiné aux adolescents qu'à leurs parents, cette saga est le genre de livre idéal pour la plage. De l'aventure et du dépaysement à haute dose, mais d'une qualité aux antipodes de la littérature de gare. Achetez le pour vous, vos enfants, vos neveux et les adolescents et les lecteurs de votre entourage. Il trouvera sa place dans toute excellente bibliothèque, aux cotés d'A la croisée des mondes de Philip Pullman. Adolescente ou pas, peu importe la collection pourvu que l'on ait de la bonne littérature. Croyez bien qu'avec Rouge sang, Melvin

Burgess

ne vous décevra pas !




À Londres, dans le futur, Val Volson et Conor se déchirent. Chacun d'eux aimerait régner seul sur la ville dévastée, tandis qu'à l'extérieur, sur les Terres Vaines, les Mi-Hommes, ces hybrides hommes-animaux, menacent d'attaquer. Val Volson consent donc à donner sa fille de quatorze ans, Signy, en mariage à Conor, scellant ainsi un traité de paix sans précédent. Siggy, le frère jumeau de Signy, n'accepte pas ce mariage contre-nature : comment peut-on faire confiance à un seigneur de la guerre n'éprouvant aucun sentiment, ennemi juré de la famille, qui plus est ? Séparés, le frère et la soeur devront affronter bien des déboires avant de pouvoir, peut-être, se retrouver.

Un grand roman de science-fiction, plein de bruit et de fureur, de larmes et de sang, inspiré d'une ancienne saga irlandaise.

Melvin Burgess est né à Londres en 1954. Il se met à écrire vers l'âge de vingt ans mais attend quinze ans avant de voir son premier livre publié. Il est considéré comme l'un des meilleurs écrivains contemporains de langue anglaise pour la jeunesse. Ses livres abordent souvent des thèmes difficiles : les sexe (Une idée fixe), la drogue (Junk)... et flirtent parfois avec le fantastique (Le fantôme de l'immeuble, Une promesse pour Mary, Géante).


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (9 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire