Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
10 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Jim

Inscrit le :
17/08/2005
26 critiques
4718 messages
Consulter le profil de Jim
Envoyer un message privé à Jim

Rêves de sable, châteaux de sang

Yves Frémion


Rêves de sable, châteaux de sang
Illustration : Philippe Caza
Première parution : août 1986

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
Collection : Science-fiction
Date de parution : août 1986
ISBN : 2-277-22054-X

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Yves Frémion fut un des nombreux hommes-orchestres de la science-fiction française, à l’époque mouvementée (pour ne pas dire controversée) des années 70/80 ; et à la lecture de ce recueil, on situe bien l’auteur dans la mouvance de la SF politique française, avec influence de la new wave.
En effet, politique et sexe composent les thèmes principaux de ces nouvelles.

Dans la veine politique, un texte fait ouvertement référence au contexte français : Nous n’irons plus au bois, les phanyls sont coupés, qui évoque la confrontation de manifestants et de forces de l’ordre type gendarmerie/CRS. Ce genre de récit peut rapidement virer au tract, pénible et/ou naïf ; ça ne me semble heureusement pas être le cas ici, grâce à la brièveté du texte et à une chute non dénuée d’ambiguïté.
Parmi les autres histoires politiques, Belle viande, dis-moi qui t'habite... ne m’a guère convaincu : si elle n’est pas dépourvue d’idées, celles-ci me sont apparues trop visiblement conçues pour déjouer les attentes du lecteur. À mon sens, un texte plus roublard qu’astucieux, qui plus est d’une forme métafictionnelle plutôt grossière.
À l’inverse, Le Soviet de Retrograd et Lettre à mon fils m’ont beaucoup plu : la première nouvelle, qui traite de stratégie politicienne à long terme, de démagogie masquant une banale et néfaste soif de pouvoir, comporte une description de techniques de tortures (physiques, sensorielles, mentales…) éprouvante, terrible dans l’ingéniosité déployée ; la seconde, qui consiste en la lettre d’un père, leader révolutionnaire, à un fils qu’il sait ne connaître jamais et dont il souhaite qu’il prenne sa relève, parvient à un délicat équilibre entre le calcul et l’émotion.

Entre textes classiques, épistolaires et new thing, Frémion emploie quelque fois le registre de la fable : c’est le cas de la nouvelle-titre qui propose un tableau surréaliste saisissant, et critique l’enfermement d’esprits dans des systèmes de classes et de croyances sans se départir pour autant de son empathie envers ses personnages étrange(r)s là où il aurait été facile de n’en rien faire.
C’est le cas aussi des Dévorés qui se réfère explicitement à la fable du joueur de flûte de Hamelin et narre une histoire de lutte de classe dans un improbable univers SF en manquant singulièrement de subtilité.
C’est peut-être le cas de La belle au planeur dormant, un texte que j’ai du mal à cerner (ce qui n’est pas un défaut en soi…), entre érotisme et perversité, sentiment et tragédie.
C’est le cas enfin de Fille de joie, fille de tristesse (la mouche de mai évoquée en 4ème de couverture…) qui s’appuie sur les figures de la putain et de la sainte et verse rapidement dans le cliché.

Sexe-duo, bouche du bas, comme son titre le suggère, est la nouvelle qui parle le plus crûment du sexe. Son intérêt majeur réside dans son personnage principal, un cyborg d’un genre très spécial : un accidenté qui a fait greffé ce qui lui reste d’humain dans une voiture de sport. Hélas, le texte peine à se maintenir à la hauteur de cette intrigante prémisse et débouche sur un final bien terne.

Finalement c’est quand Frémion se fait sensible qu’il me convainc le plus : Lente chaleur de la chair (initialement parue dans Les territoires du tendre) présente une utopie ethno-SF où le lien amoureux est le ciment du lien social, et l’absence de tout cynisme combiné à une cohérence tenue jusqu’au bout en fait à mes yeux une réussite ; Cosmosculpture débute par une réflexion sur l’art pour se poursuivre en histoire d’amour, et m’a charmé par ses accents ballardiens.

En conclusion, j’ai trouvé dans ce recueil suffisamment de bonnes choses pour que je n’en regrette aucunement la lecture ; mais trop de lourdeurs pour que j’éprouve l’envie de pousser plus loin ma découverte de l’ auteur…




Yves Frémion
Né en 1947. Auteur des 19 anthologies trimestrielles Univers publiées par J'ai lu. Ancien journaliste, chroniqueur à Fluide Glacial, ses ouvrages de S-F ont obtenu le Grand Prix de la S-Ffrançaise et le Grand Prix du Livre pour la Jeunesse. La science-fiction reste son genre favori.

Rêves de sable, sable doré du rivage léché par les langues de la mer, châteaux de sang, sang séché sur les mains gercées des Constructeurs qui, inlassablement, depuis des siècles, s'affairent sur le même chantier dérisoire : un château de sable que chaque année la marée emporte. C'est leur raison d'être : construire et espérer, espérer que leur dieu Rêvo reviendra, lui ou un autre d'ailleurs...
Et si c'était la mouche de mai qui détenait les clés du bonheur : vivre, une journée seulement, danser, faire l'amour, danser encore, puis faire ses adieux au monde, petite mouche éphémère, virevoltant de joie ou de tristesse, nul ne sait. Car danser, aimer puis mourir, comment mieux remplir sa vie ?
Au fil de ces nouvelles fantastiques, sous l'ironie amère, le clin d'oeil est désabusé... ou malicieux.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Brantonne au Fleuve Noir   

Brantonne au Fleuve Noir

    

Yves Frémion



Cette critique est signée Gui
1 réponse y a été apportée. Dernier message le 02/11/2011 à 20h15 par lacroute

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire