Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
6 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Baba

Inscrit le :
05/06/2007
1 critiques
6 messages
Consulter le profil de Baba
Envoyer un message privé à Baba

Radix

A.A. Attanasio


Radix

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (9 réponses)

Comme beaucoup peut être avant moi je suis venu à la SF par gout du mystère , de la nouveauté et de tout ce qui peux surprendre . Radix en est l' exemple typique. Souvent qualifié d' OVNI , ce livre a été en effet, pour le lecteur que je suis, une rencontre du 3 ° type qui m a ouvert l'esprit sur de nouveaux horizons .
A.A.

Attanasio

nous dépeint dans ce roman une terre futuriste, ayant subi un cataclysme d ordre cosmique, et cela à travers les périgrinations d' un personnage central , Sumner Kagan.
Sur ce monde post holocauste, une sorte d' Etat militaro religieux tente par tous les moyens , donc les pires , de garder le contôle sur une sociétè en pleine déliquescence. Hommes et femmes, reduits à vivre sur les restes d une civilisation disparue, sont la proie de mutations génétiques dûs à un rayonnement venu du centre de la galaxie.
Une ségrégation sur le critére de la pureté des gènes est mise en place par le pouvoir Masseboth , ce qui n est pas sans évoquer des périodes troubles de notre ( trop ) proche histoire. On atteint ici, amha, les thémes principaux du livre ; qu est ce qui nous définit en tant qu être vivant, notre rapport à l' univers ; qu est ce qui nous lient aux autres , comment les accepter et comment s accepter soi-même. Ces interrogations sont cristalisées dans le cheminement personnel de Sumner Kagan à la surface de ce monde aussi torturé que son esprit .

L ' action se déroule dans ce qui fut autrefois l ' Amerique du Nord ,
Kagan , adolescent au corps lourd et rempli d effroi , est un tueur en série qui attisent les tensions entre gangs rivaux et la police.
Déambulant comme un somnanbule ivre de violence à la surface ce monde , notre héros ,manipulé, battu, emprisonné , se métamorphose peu à peu au fil des ses rencontres.
Il y a entre autres les Voors , ces êtres voyageant sur cette vague d énergie venue du coeur galactique ( l' Iz ) de planétes en planétes. Ils s'adaptent aux formes de vies qu' ils rencontrent mais tout en conservant leur identité de voors au fond d' eux-mêmes et le souvenir de leur monde natal ( Unchala) .L' auteur semble faire ici référence à l histoire du peuple Juif, au mythe du juif errant et du retour à la terre promise et par le biais des violences faites aux Voors, ils sont la principale cible des Masseboths, nous renvoit encore une fois à notre propre histoire.
On rencontre aussi les distors, ces humains dont les mutations génétiques deviennent visibles et les affublent de caractéristiques animales ( écailles , poils, groin etc...). Ils sont relégués au plus bas de la sociétè , servant de forçats ( dorgas ) pour les plus chanceux ( sic ) , repoussés aux frontiéres pour certains ou purement et simplement éliminés .
Sur cette terre on croise d'autres êtres encore plus étranges

Sur les pas de Kagan nous traversons des landes radioactives , pataugeons dans des marais nauséeux, transpiront dans des déserts aux couleurs aveuglantes.

Attanasio

nous les décrit si bien tout cela , que nous avons l impression de voir les personnages fabuleux de Jeronimus Bosch évoluer dans les paysages de Mad Max.

Dans son style on trouve aussi ce mélange de poésie simple et pleine de détachement , et une écriture vive et aiguisée comme un coup de scalpel. Il y a également beaucoup d'aphorismes et de phrases qui vous restent dans la tête dont celle ci par exemple :

[Et l' univers semble être composé en tout et pour tout de bruits indistincts et d' une poignée de couleurs débiles. C est peu , trop peu]

Comme bémol , je noterais quand même :
- des envolées metaphysico-mystico -scientifiques trop hautes pour moi
- une dernière partie qui s'essoufle un peu

Mais même ces " défauts " ne font que rendre cet oeuvre un peu plus humaine finalement et nous faire apprécier le plaisir simple d' une bonne omelette






Criminel, obèse et à moitié dément, Sumner Kagan écume les bas-fonds d'une Terre ravagée par des cataclysmes tombés de l'espace. Il signe sur les murs ses méfaits d'une énigmatique formule à la bombe : "Sucrerat".
Il ne sait pas encore qu'il deviendra, au travers d'une série d'épreuves terrifiantes, un guerrier au sens où l'entend Castaneda. Il rencontrera des mutants difformes dont il sera le seul espoir, et peut-être des dieux venus d'ailleurs avant de délivrer sa planète des tourbillons cosmiques qui l'accablent.

"Radix" est un livre-univers, un roman démesuré de la classe de "Dune".


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (9 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire