Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
7 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
122 critiques
7444 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Personne ne regarde

Davis Grubb


Personne ne regarde
Traduction : Mathilde Martin, Jean-Paul Gratias
Illustration : Getty images
Titre original : Twelve tales of suspense and supernatural
Première parution : 1964

 Pour la présente édition :

Editeur : Rivages
Collection : Rivages / Noir
Date de parution : 2007
ISBN : 2-7436-1614-8

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Davis

Grubb

est un écrivain surtout connu pour un film. Plus précisément, pour l’unique réalisation de Charles Laughton, « La nuit du chasseur ». Davis

Grubb

est en effet l’auteur du roman, qui donna au cinéma son plus grand rôle à Robert Mitchum.
La publication d’un recueil de nouvelles, petite anthologie de la trentaine de textes publiés est donc l’occasion toute trouvée pour voir ce que vaut le nouvelliste.

Publié pour la première fois en France, ce recueil a dépassé les 40 ans d’âge. Pour être très franc, ça se sent. Mais loin d’être ringards, les textes sont plutôt délicieusement surannés.
Le recueil s’ouvre avec des rats. « Le rat de Bubsy » explore en effet la relation trouble qui peut lier une jeune fille aux rats, sur les bords du Mississipi, sur fond de puritanisme et de folie. Un premier texte fort sympathique. « Le prince lapin » lui nous offre une virée dans le fantastique pur, avec l’histoire d’un jeune garçon qui se venge de son institutrice en la transformant en lapin. Davis

GRUBB

opte ici pour un traitement original, explorant le remords et montrant qu’un mauvais tour est aussi une mauvaise idée. Que faire en effet de ce lapin dont vos parents ne veulent pas ? Car vous ne voulez tout de même pas avoir une mort sur la conscience, non ? Toujours dans le rayon des passions tristes, la jalousie est également de mise, avec « La malle en crin de cheval ». Il s’agit d’un couple, et l’âme du mari peut quitter le corps. Cela lui permet donc d’espionner en douce sa femme, et de se rendre compte qu’elle a un amant. Jalousie et vengeance aboutissent à une chute absolument remarquable. Cocuage et vengeance encore, avec une petite incursion dans la sf : « Personne ne regarde ». Dans cette nouvelle qui donne son titre au recueil, un homme décide de se venger du comique qui lui a volé sa femme, et en profite pour l’humilier dans un sketch. Après cela, vous ne regarderez plus votre télé de la même façon. Il en va de même pour la radio, avec « La radio », où vous verrez à quel point un bruit de fond peut rendre fou.
La poésie est également au rendez-vous, avec « L’homme qui vola la Lune ». On y voit que décrocher la Lune par amour n’a rien de farfelu. Un texte très beau, simple et dépouillé, qui illustre avec originalité une expression galvaudée. L’auteur ne dédaigne pas non plus le policier à l’état pur, avec le très bon « Le retour de Verge Likens », où la vengeance est encore à l’honneur. Il s’agit ici d’un fils prêt à tout pour venger la mort de son père. En ces temps de vacances, il serait tout à fait approprié de lire « Dodo, Ronfleur et Roupillon », où l’on pourra découvrir que la maltraitance ne vient pas toujours d’où l’on croit, surtout dans une nouvelle fantastique !

A la lecture de ce recueil, Davis

Grubb

apparait comme un véritable horloger de la nouvelle. Avec un style efficace, exempt de toute boursouflure textuelle, il monte d’admirables pièges qui ne manquent pas de broyer leurs protagonistes. Oscillant avec un égal bonheur entre policier et fantastique, qu’il mélange avec délice la plupart du temps. Il nous offre donc un agréable moment de lecture.

Voici donc un petit recueil fort sympathique, certes daté, mais dont la subtile mécanique marche encore à la perfection. Que demander de plus ?
Ah oui, le DVD et le roman « La nuit du chasseur ». Bon film et bonnes lectures.




Imaginez un couple condamné à l'enfer par un jury très spécial, un jeune garçon opérant une curieuse métamorphose sur son professeur, une radio qui pousse au meurtre, un pied coupé qui laisse des traces sur une scène de crime, un homme qui vole le reflet de la lune, quelqu'un qui se fait tuer par le plus improbable des assassins...

Voici douze histoires de suspense et de crime, des histoires fantastiques ou merveilleuses, douze joyaux ciselés par l'auteur de La Nuit du Chasseur, dont Charles Laughton tira son célèbre film avec Robert Mitchum.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire