Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
22 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Maralan

Inscrit le :
19/07/2007
11 critiques
202 messages
Consulter le profil de Maralan
Envoyer un message privé à Maralan

Narcose

Jacques Barbéri


Narcose
Première parution : 2008

 Pour la présente édition :

Editeur : La Volte

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Jacques Barbéri est de retour au premier plan après 4 années d’absence. Il a publié entre temps des nouvelles et a aussi traduit. C’est aux éditions La volte que paraît conjointement Narcose, le premier tome d’une trilogie éponyme ; et un recueil de nouvelles : L’homme qui parlait aux araignées.



Narcose est une ville-sphère. Le corps est instrumentalisé, modifié, transformé via des plastitêtes et des plastiorganes. Chaque être « humain » peut ainsi prendre l’apparence d’un autre, changer de corps, par des voies légales ou transgressives auprès des marginaux. On appelle cela de la « chirurgie esthétique carnavalesque ».

Au bar Lemno’s club, Anton Orosco, ancien architecte aujourd’hui promoteur immobilier loin d’être clair, tombe sous le charme de Lisandra. C’est une scientifique spécialisée dans les interfaces biomécaniques. Elle possède un monstre arachnide (une interface biotique autonome).

Plus tard, au bar mobile de Alice, Anton prend un verre peinard au milieu d’une faune éclectique d’habitués. Sans crier gare, des moines kamikazes surgissent et font sauter l’établissement. Alice semble être la seule survivante lorsqu’elle se réveille dans un hôpital. En effet, un médecin l’informe que toute sa clientèle y est passée, sans parler de l’anéantissement du bar. Adieu le fonds de commerce. Un autre personnage entre à son tour dans la pièce. Anton se serait tout simplement volatilisé. Problématique car il est recherché…




Narcose est un roman à l’univers onirique et débridé, totalement fou. De mon point de vue, Narcose s’apparente aux romans de Jeff Noon : drogue, roboflics, altération de la réalité, monde des rêves, imagination débordante… La suite est prévue pour 2009 : La mémoire du crime. Barbéri est un écrivain français a (re)découvrir au plus vite. Par la même occasion, vous soutiendrez un petit éditeur dont le catalogue n’a rien à envier aux plus grands.




A Narcose, ville-sphère où la corruption va bon train, magouiller est tout un art et se faire piéger ne conduit pas forcément dans une des villas-prisons de la ceinture d'astéroïdes : les corps d'emprunt que l'on peut se procurer au marché noir permettent de changer facilement d'identité. A condition de tomber sur un fourgueur régulier. Faute de quoi on risque de se retrouver dans une enveloppe charnelle inattendue. Celle d'un lapin par exemple. On a alors intérêt à aimer les carottes. Mais le problème est surtout de savoir à quelle sauce on va être accommodé. La sauce Lewis Carroll ou la sauce Tex Avery ?


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Une soirée à la plage   

Une soirée à la plage

    

Jacques Barbéri



Cette critique est signée Maralan
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 14/11/2007 à 17h42 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire