Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
16 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
114 critiques
7151 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Mange ma mort

Philippe Cousin


Mange ma mort
Illustration : Philippe Cousin
Première parution : 1983

 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Il est des auteurs injustement oubliés, tant du lectorat que des éditeurs. Philippe

Cousin

fait assurément partie de ceux-là. Lire Mange ma mort est l'une des meilleures occasions de s'en convaincre.
A travers 7 nouvelles de longueur variable (de 7 à 50 pages), c'est à un tourbillon de fantaisie, d'humour et d'élégant pessimisme que nous convie l'auteur.
Que l'on en juge avec Photomaton, qui ouvre le recueil. Une femme a perdu son mari d'un cancer fulgurant. Elle a un cancer lent. Elle vit dans ce qui ferait le bonheur de Saint-Simon : une ville industrielle surpeuplée et archi-polluée. L'insécurité et la misère y règnent sans partage. Et quelle n'est pas sa surprise, en faisant une photo dans un photomaton, de voir l'ombre d'un homme qui se penche sur elle... Assassin ou amoureux ?
La fantaisie la plus débridée également, avec Le prinicipe réducteur, où la Terre et ses habitants (sauf l'Homme) rétrécit jusqu'à ne devenir qu'un minuscule satellite de la Lune, voire pire encore !
Mais l'émotion n'est jamais loin non plus. Ainsi dans Une veuve en mai, petit bijou humaniste et antimilitariste. Imaginez en effet qu'un enfant puisse faire apparaitre chez ses parents ce dont il rêve. Passe encore s'il s'agit d'un bijou que sa mère voulait. Mais que faire quand on a une bombe atomique et un avion de combat dans son jardin ?
Malheureusement, l'armée veille. Mais ne pas oublier non plus Daisy mon amour. Un superbe post-apo intimiste et poétique, où un enfant tente de fuir la folie des hommes.
La folie humaine, là encore, avec le satellite militaire de Le satellite te tuera. Imaginez en effet qu'un satellite sitôt mis en orbite, ne songe qu'à vous tuer. La nouvelle se termine sur une jolie petite pirouette, malicieuse à souhait. On pense en particulier à du Brown ou du Sheckley.
Et puis Mange ma mort, qui donne son titre au recueil. Entre Romero et Je suis une légende. Imaginez en effet que la majeure partie de l'humanité devienne subitement cannibale, et s'entre-dévore. Comment retrouver des survivants, et surtout une Eve, quand vous êtes un Adam français égaré en Amérique ?
Mais l'homme a-t-il vraiment le monopole de la connerie ?
C'est la question qui est posée avec la goguenarde histoire d'envahisseurs Une amie pour toujours. Imaginez en effet qu'une sorte de taupe soit constamment sur vos pas, et qu'il s'agisse d'un envahisseur. Mais l'extra-terrestre est-il bien un envahisseur, ou vous raconte-t-on des conneries ?

Tour à tour drôle et émouvant, souvent caustique, parfois violent et hilarant (Mange ma mort, justement), Philippe

Cousin

nous cisèle en sept textes un petit bijou misanthrope, qui n'est pas sans rappeler Desproges par moment, et Vian dans d'autres.
Est-il alors un meilleur conseil à donner que celui de lire ce recueil toutes affaires cessantes ?




Demain, Lumière entrera dans une cabine de photomaton comme on entre en enfer : toutes les photos la montreront nue, saccagée par une ombre menaçante. Menaçante ou amoureuse ? Derrière le mécanisme pervers, c'est l'amour qui guette, un amour aussi vorace que la mort. Cet amour dessiné au fil du rasoir, on le retrouve dans les six autres textes de cet étrange recueil, depuis l'amour ambigu d'un satellite tueur pour son technicien jusqu'au florilège abominable qui donne son titre au livre. Car si manger ou être mangé résume toute notre vie, c'est aussi la façon ultime et absolue d'aimer l'autre.
Bon appétit, lecteur !


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (3 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire