Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
30 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
108 critiques
6472 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Lisbonne, dernière marge

Antoine Volodine


Lisbonne, dernière marge
Première parution : 1990

 Pour la présente édition :

Editeur : Editions de Minuit

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (6 réponses)

1990.

Volodine

a déconcerté les lecteurs réguliers de la mythique pdf en seulement 4 romans.
Changement de décennie et changement d’éditeur pour l’un de mes animaux littéraires préférés, puisqu’il passe chez un éditeur mainstream. Mais, comme le remarquera Francis Berthelot, il n’y a pas de rupture, mais plutôt une continuité, une cohérence de son Œuvre [1], pour qu’on l’aborde non pas sous l’angle sf, mais sous l’angle transfictionnel.
Car là encore,

Volodine

surprend ou agace, fascine ou exaspère : vous voilà prévenus !
L’excellent Des enfers fabuleux, dernier roman publié avant ce Lisbonne, dernière marge, montrait la fascination de l’auteur pour Ulrike Meinhof, et son meurtre mal déguisé en suicide [2], qui donnait des pages particulièrement poignantes dans ses fabuleux enfers.
Ici, point d’enfer. Nous sommes à Lisbonne, en compagnie d’un couple d’Allemands : Ingrid Vogel et Kurt Wellenkind. Leur relation singulière s’explique facilement, puisqu’elle est une terroriste, et lui un flic. Amoureux d'elle, il prétend tout faire pour l’aider à s’enfuir et à disparaitre pour refaire sa vie en une lointaine contrée, sous un nouveau nom : Waltraud Stoll. Mais elle ne pense qu’à une chose : finir d’écrire son livre. Il s’agirait d’un roman à clés sur la lutte armée.
Ingrid Vogel fait bien sûr fortement penser à Ulrike Meinhof :

Volodine

est-il déjà dans un roman à clés en faisant d’Ulrike Meinhof le personnage d’Ingrid Vogel ? Mais quid alors de Waltraud Stoll ?
30 pages donc sur notre couple atypique, puis une nouvelle couverture, celle du fameux livre d’Ingrid.
Dans le livre d'Ingrid, il est question bien sûr de totalitarisme.
A première vue, on a l’impression de lire un Mélange, ouvrage universitaire aux multiples contributeurs en l’honneur d’un universitaire. Etranges auteurs cependant, qui signent sous le nom de commune Katalina Raspe, de brigade Eva Rollnik (allusion là encore à la RAF et à ses signatures à… clés). Etranges auteurs donc, qui s’interpellent, polémiquent sur une époque et sur sa littérature, dont ils nous offrent quelques fragments qu'ils commentent.
Il n'est bien sûr pas possible de situer cette période de l’histoire humaine, ni dans l’espace ni dans le temps.

Volodine

va cependant encore plus loin dans l’hétéronyme [3], puisque dans ce Mélange apparaissent aussi Ingrid et Kurt, entremêlant leur histoire à ce mystérieux Mélange. Destins croisés du roman à clés dans le roman à clés, cet époustouflant jeu de miroir interroge au point de ne plus savoir qui écrit.
Ce n’est pas par hasard que

Volodine

a choisi Lisbonne, la ville de Pessoa, grand maitre de l’hétéronyme. Il aurait aussi pu se situer en Grande-Bretagne, du coté de Christopher Priest, car son roman contient de singuliers accents priestiens (La fontaine pétrifiante, Le prestige), avec ces réalités manipulées et entremêlées. Mais à la sauce

Volodine

, bien entendu.
Ouvrage fascinant, aux entremêlements admirablement ciselés, ce livre confortera les admirateurs comme les détracteurs de

Volodine

, maître (dés)enchanteur s'il en est. Si l'on considère bien sûr qu'il est l'auteur de tout ce qui publié sous le titre de Lisbonne, dernière marge, mais qui sait ?

[1] J’entends ici par Œuvre l’ensemble des publications de

Volodine

.

[2] Les tatillons et les sceptiques pourront lire avec grand profit : La mort d'Ulrike Meinhof : rapport de la Commission internationale d'enquête publié en 1979 chez Maspero. L’enquête démontre irréfutablement l’impossibilité matérielle du suicide d’Ulrike Meinhof.

[3] Pseudonyme auquel un écrivain a cherché à donner une existence concrète, en lui prêtant une biographie, une œuvre, une évolution distincte de la sienne propre.




Cette femme qui marche dans la nuit, un manuscrit sous le bras, le long d’une avenue déserte, a-t-elle ou non rendez-vous avec la mort ? Elle semble connaître la réponse mais que sait-elle exactement ? Toute son existence est liée à un livre, une immense anthologie dont les pages tracent le portrait d’une époque fictive – le II° siècle –, et tentent d’élucider les sombres mystères d’une société – la “ Renaissance ” – ; comme le ferait une mémoire contrainte, sous la chape de plomb du totalitarisme, à se dissimuler dans l’imaginaire et le discours codé.
Or quelqu’un, à l’évidence, manipule les éléments de l’intrigue ainsi nouée : une jeune terroriste, en compagnie du policier qui a organisé sa fuite, se retrouve le temps d’un amour aux confins de l’Europe et de l’océan. C’est elle qui, par défi, invente devant nous un monde baroque et lugubre dont elle est sans doute l’émanation la plus tragique.





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Biographie comparée de Jorian Murgrave   

Biographie comparée de Jorian Murgrave

    

Antoine Volodine



Cette critique est signée Olivier
9 réponses y ont été apportées. Dernier message le 25/09/2006 à 21h15 par Olivier

Nos animaux préférés   

Nos animaux préférés

    

Antoine Volodine



Cette critique est signée Olivier
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 20/03/2006 à 15h06 par Franz

Un navire de nulle part   

Un navire de nulle part

    

Antoine Volodine



Cette critique est signée Olivier
7 réponses y ont été apportées. Dernier message le 19/09/2006 à 11h58 par Olivier

Rituel du mépris, variante Moldscher   

Rituel du mépris, variante Moldscher

    

Antoine Volodine



Cette critique est signée Olivier
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 03/03/2017 à 15h05 par BouquetdeNerfs

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014