Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
7 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
zomver

Inscrit le :
28/12/2004
20 critiques
1523 messages
Consulter le profil de zomver
Envoyer un message privé à zomver

Les racines du mal

Maurice Dantec


Les racines du mal
Illustration : Fotogram - Stone images, Metcalfe, Thatcher
Première parution : 1995

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio policier
ISBN : 2-07-040775-6

Ce livre est noté   (2/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (56 réponses)

L’histoire

Ca commence très fort avec l’histoire d’un malade mental qui devient tueur en série, persuadé d’être entouré de méchants Aliens nazis. On voit le monde avec les yeux du tueur malade et les meurtres qu’il accomplit, par ailleurs incompréhensibles à un esprit sain, obéissent alors à une certaine logique.

Vient se greffer une deuxième histoire où un scientifique, qui a mis au point une intelligence artificielle: la neuromatrice (machine "neurocognitive" à tendance schizophrénique, spécialisée dans la recherche de serial killers), se met à traquer un réseau de tueurs assoiffés de sang et de tortures en tout genre dans une ambiance "fin du deuxième millénaire".



Les plus et… les moins

La première partie de l’histoire est excellente. Une idée originale (mais il est vrai que je ne suis pas une polardeuse) soutenue par une écriture efficace. Pas de SF, du polar bien gore pur jus.

La SF apparaît dans la deuxième partie.

L’originalité de cette deuxième partie réside dans l’IA qui recèle un "noyau de chaos actif" et ça, c’est toute la différence avec les IA habituelles (ou du moins celles que "je connais")… car cela lui permet de "prévoir l’imprévisible", en trouvant le lien entre des faits à priori sans rapport les uns avec les autres.
L’idée est bonne. Le fondement de la théorie du chaos, c’est bien d’affirmer que des systèmes au comportement complexe d’apparence désordonnée ne sont pas totalement aléatoires.

Si on n’est pas copain avec le concept de "recombinaison fractale de l’univers", il ne faut pas pour autant lâcher l’affaire, c’est juste qu’on n’est pas encore pas prêt pour comprendre à donf la structure fractale des crimes d’un tueur en série. Pas de honte à avoir : Mandelbrot n’y a, je crois, pas encore réfléchi (*),

Dantec

, si ! :) et il faut parfois s’accrocher pour le suivre.

Là où les choses se gâtent un peu, c’est quand l’IA fait sa crise de mysticisme (Au moment où "une sorte d’interpolation chaotique "prend" possession du champ de conscience" (Vous suivez ? :D !) et nous plonge dans une espèce de salmigondis mystique qui s’entrecroise avec une action par ailleurs bien menée toujours servie par un "style

Dantec

" incisif. Le lecteur, tenu en haleine par une histoire aussi violente que glauque, doit alors faire preuve de bonne volonté pour ne pas zapper les passages relevant de cette approche pseudo-mystique et sauter à ce qui intéresse directement l’action…


En conclusion

Un roman pas mal du tout. Un polar/thriller mâtiné d’une touche de SF originale et intéressante mais susceptible néanmoins d’en rebuter certains.
Sachez cependant que si les idées de ce bouquin ne vous paraissent pas immédiatement claires, tout espoir n’est pas perdu puisque

Dantec

vous apprendra en effet que vous avez la cervelle quantique. ;D
Bon sérieusement, scientifiquement parlant, c’est un poil caricatural et on sourit parfois… un peu… quand même…
Pas grave, la SF n’est pas le support de la science. Elle est un support de réflexion et finalement, ce bouquin avec sa plongée dans le gouffre du Mal incite tout de même à une certaine réflexion.

Ce roman a obtenu en 1996 dans la catégorie "Roman" à la fois le Grand prix de l’imaginaire et le prix Rosny Aîné et à mon avis, c'était mérité.


Nota: ce livre s’insère entre La sirène rouge et Babylon Babies. Je n’ai pas lu le premier mais pour avoir lu le second avant Les racines du mal, je peux vous dire que ce n’est pas la chose à faire. Si vous voulez lire cette quasi trilogie, respectez l’ordre, je vous le conseille et n’hésitez pas à lire Babylon Babies, c’est vraiment bon.

(*) Et pourtant notre génial mathématicien ne recule pas devant la difficulté : ne vient-il pas de sortir aux éditions Odile Jacob un livre sur l’application des fractales à la modélisation des fluctuations des marchés boursiers : Une approche fractale des marchés. Risquer, perdre et gagner ?
Comme quoi, si vous voulez faire fortune, replongez-vous dans vos maths ! ;P




"Andreas Schaltzmann s’est mis à tuer parce que son estomac pourrissait.
Le phénomène n’était pas isolé, tant s’en faut : cela faisait longtemps déjà que les ondes cosmiques émises par les Aliens faisaient changer ses organes de place, depuis que les nazis et les habitants de Vega s’étaient installés dans son quartier." Andreas est un tueur et il le sait, mais quand on cherche à lui coller sur le dos des crimes qu’il n’a pas commis, du fond de sa clinique, il hurle.

<i>Dès son premier roman, La sirène rouge, Maurice G. Dantec s’est affirmé comme un maître dans l’art de combiner la science-fiction et le polar. Avec son second roman, Les racines du mal, il récidive.</i>


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (56 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire