Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
8 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Lisbei

Inscrit le :
23/05/2005
20 critiques
2802 messages
Consulter le profil de Lisbei
Envoyer un message privé à Lisbei

Les Innamorati

Midori Snyder


Les Innamorati
Traduction : Monique Lebailly
Titre original : The Innamorati
Première parution : 1998

 Pour la présente édition :

Editeur : Payot & Rivages
ISBN : 2-07-030392-6

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (1 réponses)

Il existe un "Labyrinthe des Rêves" (sous-titre du roman en français) Il y a des merveilles cachées dans le labyrinthe. Des cités s'élèvent de la brume en une seule nuit et s'évanouissent au matin. Des forêts y poussent et les vagues d'un océan se brisent sur une plage de sable diamantin. Il est peuplé d'anciens dieux, de diables et de démons. Et même de dragons[...] J'ai entendu dire qu'il y coule un ruisseau si pur que ceux qui y boivent redeviennent jeunes. Je veux y aller boire. Oh ! retrouver ma jeunesse...
De toute la péninsule italienne de la Renaissance, certains y vont volontairement, d'autres vont s'y trouver entraînés, tous y seront éprouvés, sous un masque ou un autre, par un masque ou un autre.

Ceux qui partent de Venise :
Anna Forsetti, la créatrice de masque Seuls les masques Forsetti pouvaient se vanter de représenter à la fois l'humour et la tragédie.Un moment, ils exprimaient le ravissement, la seconde d'après, le mépris. Ils pouvaient jeter des regards concupiscents et ils pouvaient pleurer. Ils pouvaient cracher des obscénités et ils pouvaient chanter de la poésie. Ils se hérissaient d'arrogance. que des épines torturent et empêchent de créer,

Sa fille, Mirabella, si complexée dans l'ombre de sa mère et derrière ses grosses lunettes, qu'elle ne sait plus quels sont ses désirs,

Don Gianlucca, le prêtre dépravé,
Roberto, l'amoureux transi d'Anna.

Ceux qui partent de Milan :
Simonetta, la prostituée qui, après avoir tué un amant brutal, s'enfuit avec le cheval, l'épée et les vêtements de
Rinaldo Gustiano, le mercenaire que l'amour de l'épée a maudit, et qui court après Simonetta pour se venger, alors même qu'il l'aime.

Ceux qui partent de la côte ligure :
Fabrizio, qui sait qu'il est un comédien-né... quand il peut ne pas bégayer,
Erminia, la sirène rendue muette par la tête d'Orphée.

Ceux qui vivent dans la cité de Laberinto :
Zizola, la mendiante, qui se révèlera bien sûr fille de roi dans le Labyrinthe,
Giano, sorte de Sganarelle, valet de
Lorenzo, l'homme de loi qui a verrouillé à triple tour, après la trahison de son épouse, la porte de son coeur, et son talent de poète.

Et du coeur du volcan, viendra la Malédiction de Zizola.

La règle du jeu :
Nous devons tous arriver au centre si nous voulons trouver le moyen de ressortir du labyrinthe. Mais chacun y parvient par son propre chemin.

Une trame qui était déjà classique avant l'invention de la SF, mais bien traitée, avec des personnages auxquels on ne peut s'empêcher de s'attacher, et des clins d'oeil aux contes (La Belle au Bois Dormant) et autres références littéraires, qui empêchent d'en voir de simples redites, mais une création originale à partir d'elles. Le style d'écriture est littéraire, agréable à lire.

Ce roman a récemment été réédité en Folio SF, et il peut sans doute être considéré comme une uchronie, même si à mon sens il ressort plutôt au domaine de la fantasy, voire même du fantastique. En fait, il me paraît difficile à classer, mais les amateurs de SF pure et dure ne l'apprécieront peut-être pas, sauf à être par ailleurs fans de l'ambiance "commedia dell'arte".

C'est le premier roman de cette auteure, et il a reçu en 2001 le Mythopoeic Award du meilleur roman.

A mon avis, pas un chef-d'oeuvre, mais un bon roman de divertissement, original et que j'ai trouvé très agréable à lire, et même à relire.

Un dernier extrait, pour la route :
Le vrai héros, c'est celui qui sait que, le plus souvent, c'est le dragon qui est dans la damoiselle, et non l'inverse [...]. Pouvez-vous aimer votre damoiselle, même si elle vous montre les crocs ? Pouvez-vous embrasser ce qui est terrifiant en elle aussi bien que ce qui est aimable ? Mes créations, pourtant si brillantes, ne sont que des accessoires destinés à ceux qui voudraient jouer le rôle de l'Innamorato. Et beaucoup ne dépassent même pas ce défi. Mais l'amour véritable, signore, doit être prêt à lever le masque et baiser ce qui se cache derrière.




L'Italie du XVe siècle : le règne des astrologues et des mages, de la commedia dell'arte, de Titien et Botticelli, de l'Arioste et de son "Roland furieux".
De partout, ils sont venus à Labirinto, la Cité du Grand Labyrinthe, où chacun peut assouvir ses désirs secrets et se débarrasser des malédictions, des péchés, ou des douleurs secrètes qui le rongent.
Anna la créatrice de masques, Roberto son soupirant, Simonetta la prostituée, Rinaldo le mercenaire, Fabrizio l'acteur, Lorenzo l'avocat, Erminia, Mirabella, Zizola : tous s'embarquent pour un pèlerinage destiné à les purger de leurs maux dans les méandres du labyrinthe. Mais dans tout labyrinthe qui se respecte, chacun risque de perdre son chemin... et son âme.

Dans un style brillant et sensuel, Midori Snyder fait revivre les heures fastes de la Renaissance italienne avec un joli sens de la provocation. Allégorie sur les apparences, le plaisir et l'amour, un roman à savourer avec gourmandise.





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (1 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire