Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
6 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Tank-Girl

Inscrit le :
07/12/2005
9 critiques
239 messages
Consulter le profil de Tank-Girl
Envoyer un message privé à Tank-Girl

Le silence de l'espace

Tommaso Pincio


Le silence de l'espace
Traduction : Eric Vial
Illustration : Alain Brion
Titre original : Lo spazio sfinito
Première parution : 2002

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Jack Kerouac décide que le moment est enfin venu pour lui de se retrouver face à face avec le Vide. Et le meilleur moyen pour y parvenir, est de devenir contrôleur orbital pour une grosse compagnie (en l’occurrence la Coca-Cola entreprise Inc). C’est un boulot qui ne réclame pas de compétence particulière, il suffit de s’astreindre à ne rien faire, strictement rien. Durant les neufs semaines de solitude de Jack, son ami Neal Cassady tombe éperdument amoureux de Marilyn Monroe, vendeuse dans une librairie qui présente la particularité de ne pas avoir de livres en rayon. Il passera son temps à lui téléphoner plusieurs fois par jour, ou du moins à celle qu’il croit être Marilyn, mais qui n’est autre que Norma Jean Mortensen femme d’Arthur Miller, le patron de Jack.

On trouve de bons, voir de très bons passages, tel que la rencontre entre Neal et Marilyn. L’ "orientatrice" de la librairie, prenant son rôle très au sérieux, et servant du " excellent choix " à ses clients à chacune de leur proposition, réussira à mettre hors de lui le fougueux Neal, qui au final se fera jeter dehors par Godzilla. Mais l’auteur ne nous livre que des brides d’histoires non abouties, comme s’il avait bâclé son travail ou qu’en manque d’inspiration il n’avait pas réussi à développer ses idées.
Au final, passé la surprise et l’amusement de retrouver des noms connus sur des personnages évoluant dans un environnement complètement différent de leurs originaux, il ne nous reste que du vide. Ce même vide que Jack Kerouac s’évertue à retrouver dans l’espace. Certes, on peut crier au génie en s’émerveillant devant tant de symbolique. Cette même symbolique cristallisée dans le chapitre 44 ( et oui il y a 49 chapitres pour un livre de 192 pages… sic) qui sur une même page rassemble le chiffre 44 (numéro du chapitre) et le chiffre 179 (numéro de la page) mais pas de texte, soit en d’autre terme le VIDE.

Le seul réel avantage de ce livre est que même si l’on a pour habitude d’abandonner un livre qui ne nous plait pas en cours de lecture, on peut tout de même (et très facilement) aller au bout de celui ci en un temps record.

On nous expliquera en postface que ce livre de Tommaso

Pincio

est à classer dans la mouvance avantpop et que c’est super tendance comme mouvement littéraire. Donc force est de constater que je ne suis pas à la mode et que ce mouvement littéraire a une tendance soporifique sur moi.

Allez, pour la route je vous donne l’intégrale du chapitre 48 :

Une pancarte indiqua : "Voie sans issue."

Et bien c’est tout ce que m’inspire la lecture de ce livre.




1956 : par lassitude généralisée, un certain Jack Kerouac accepte de passer neuf semaines en orbite autour de la Terre pour le compte d'une compagnie de boissons gazeuses très connue... Sa mission : contrôler les étendues vides et silencieuses de la portion d'espace concédée à l'entreprise.
Pendant ce temps, parce qu'il s'est épris d'une libraire un peu spéciale — une certaine Marilyn Monroe aux lèvres argentées — un certain Neal, ami dudit Jack Kerouac, entame une torride entreprise de séduction... téléphonique sur une certaine Norma Jean Mortensen, l'épouse délaissée d'un certain Arthur Miller qui n'est autre que le directeur du programme spatial d'une compagnie de boissons gazeuses très connue...
Toute dissemblance avec l'histoire que vous connaissez est tout sauf une coïncidence !

Fer de lance d'une nouvelle génération d'auteurs puisant leur inspiration dans les icônes de la culture populaire et les littératures de genre, Tommaso Pincio, né à Rome en 1963, est également l'auteur d'Un amour d'outremonde, hommage fulgurant rendu à Kurt Cobain, le chanteur du groupe Nirvana.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (7 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire