Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
27 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
115 critiques
7155 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Le gambit des étoiles

Gérard Klein


Le gambit des étoiles
Illustration : Manchu
Première parution : 1958

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
Collection : SF

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Voici donc la réédition du premier roman de Gérard

KLEIN

, agrémentée d'une jolie couverture de MANCHU. Comme toujours, nous avons une préface, une auto-préface en l'occurrence, où l'auteur revient sur la genèse de ce roman, écrit par un jeune homme de 17-18 ans. Egal à lui même, Gérard

KLEIN

nous confie au passage que ce roman n'est pas important pour lui, mais pour la sf française, rien de moins !
Puis, histoire de juger sur pièce, vient le roman, et c'est peu dire que les choses se gâtent.
L'humanité a colonisé des fragments épars de la Voie lactée, et la Terre n'est plus qu'une petite planète périphérique, où le gros de la population est rassemblé dans la mégapole de Dark. C'est là que vit Jerg Algan, un farouche sédentaire qui n'a jamais quitté la planète. Il se retrouve dans un bar à boire du zotl (un stupéfiant extrait de la pression d'une racine) avec un inconnu qui le berne, profitant de son état second pour lui faire signer un acte d'enrôlement qui va l'emmener explorer la zone obscure de la galaxie, son centre. Il voyage tout d'abord sur les planètes puritaines, où il acquiert un échiquier et surtout une certitude : il n'est qu'un pion, reste donc à savoir qui le manipule. C'est donc à cette quête et à ses découvertes que vont être consacré les deux tiers restants du roman. Jerg et le lecteur s'embarquent donc dans une partie d'échec aux dimensions de la galaxie, qui laisse présager maintes difficultés à surmonter pour le héros, et aussi pour le lecteur ! En effet, le principal défi que pose cette partie, c'est de maintenir l'intérêt du lecteur-spectateur jusqu'à son aboutissement. Si l'intrigue était intéressante lors de la première publication du roman il y a près d'un demi-siècle, c'est peu dire que son intérêt est fort limité, à la seule histoire voire à l'archéologie de la sf. L'écriture est poussive, parfois un peu maladroite, alourdie de descriptions souvent grandiloquentes dont on peine à voir l'utilité. Si l'auteur est incontestablement fasciné par l'aventure spatiale, le noeud gordien reste quand même que ni le style ni l'histoire ne suivent, et que le lecteur risque de rester au bord du chemin censé le conduire à Bételgeuse.

Au final, nous avons un tout petit space-op' qui ferait penser au VAN VOGT des non-A sans le coté foutoir, avec la même vacuité psychologique des personnages, le héros valeureux qui se tire de toutes les embûches avec une remarquable constance, jusqu'à la révélation finale.
Poussif, hésitant, longuet et vieillot, on reste perplexe devant la volonté de Gérard

KLEIN

d'avoir auto-réédité son premier roman. Peut-être voulait-il une couverture de MANCHU histoire de battre en brèche le quasi-monopole de Jackie PATERNOSTER sur les couvertures du Livre de poche ? Toujours est-il que l'on n'en demeure pas moins perplexe devant l'intérêt quasi-nul de cette réédition, qui ne ravira à la rigueur que les plus purs des nostalgiques d'un Age d'or révolu depuis belle lurette.




La Galaxie humaine, en dépit de son nom présomptueux, n'était qu'un îlot minuscule dans l'immense océan de l'espace. Mais elle avait l'ambition de faire coïncider ses frontières avec les limites spiralées de la galaxie stellaire.

C'était bien le dernier souci de Jerg Algan, vagabond inadapté dont la disparition n'inquièterait personne.

Excellente raison pour l'expédier - contre son gré - en explorateur ou en ambassadeur, vers le centre de la Galaxie où se tramaient d'obscurs complots et se déchaînaient des forces immenses.

Avec pour seul viatique un échiquier et une drogue, le Zotl.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Les passeurs de millénaires   

Les passeurs de millénaires

    

Gérard Klein, Ellen Herzfeld, Dominique Martel



Cette critique est signée Olivier
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/09/2005 à 11h08 par LeGaidol

Romans 1953 - 1959   

Romans 1953 - 1959

    

Philip K. Dick, Gérard Klein



Cette critique est signée Olivier
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 22/10/2013 à 11h56 par Olivier

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire