Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
13 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
122 critiques
7442 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

La dame de cuir

Michel Grimaud


La dame de cuir
 Pour la présente édition :

Editeur : Denoël

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (1 réponses)

"Pourtant, que surgisse une infime variation climatique, et ce bel équilibre risquait de s'effondrer, avec la pénurie, ils découvriraient le travail, l'agriculture, l'élevage, adieu l'équité ; tôt ou tard viendrait l'inégalité, le profit, la peine ! [...] L'intelligence ne vient plus de la nécessité de survivre en milieu hostile, mais du bonheur d'exister sur une terre complaisante."

Payan est un baroudeur qui voyage aux 4 coins de la galaxie pour faire ses affaires.
Voyant un vase qui le subjugue chez un marchand, il décide de se rendre sur la planète où vit la peuplade qui l'a fabriqué.
Il rencontre alors une tribu de chasseurs-cueilleurs, considérés comme des animaux sans intelligence par une humanité imbue de sa civilisation, et donc de sa supériorité, au nom du progrès.
Oui mais voilà, intégré dans cette tribu, il va tomber amoureux d'une de ses membres. Il va donc vivre avec elle le bonheur, en la découvrant et en découvrant à travers elle les moeurs, les coutumes et les arts de ce peuple, bien plus intelligent qu'il n'y paraît.
Payan décide alors de la vivre avec elle, et donc de la ramener sur Terre.
Confrontés à la connerie humaine, leur bonheur va virer à la tragédie.

Cette histoire, en particulier le physique de la femme de cuir, fait penser à la Vénus hottentote, cette pauvre femme traitée comme un animal.
Ouvrage engagé, sans conteste. Mais au-delà du message antiraciste, réhaussé de quelques délicieuses piques antithéistes, c'est toute une réflexion sur la civilisation et sur le progrès. Je pense bien sûr tout de suite à Diderot, en particulier au Supplément au voyage de Bougainville, et au Dialogue entre un père et ses enfants, avec cette fameuse exclamation « Nous nous prétendons civilisés et nous sommes pires que des sauvages !»
Loin cependant de toute illusion sur le bon sauvage, les auteurs semblent au contraire proches de Freud (Totem et tabou), selon qui il n'y a pas de civilisation sans répression.Et ils en profitent donc pour mettre en cause la civilisation, et son sentiment de supériorité, qui rappelle bien entendu la colonisation de l'Afrique et le sort fait aux autochtones (on pourrait penser aussi à la quasi-extermination des Indiens dans les mines d'or par les Espagnols).

Poignante réflexion sur le racisme, au sens étymologique du mot, ce livre, court, reste d'une grande densité intellectuelle, sans tomber dans le travers du pédantisme, ce livre est une merveilleuse illustration de ce que peut être une sf intelligente, dans le meilleur sens du mot.




Payan, bourlingueur de l'espace, a passé un an sur la planète des hommes de cuir, race méprisée, considérée comme sous-humaine. A leur contact, il a découvert le vrai sens de la vie et a fini par tomber amoureux fou d'une femme de la tribu. Mais les problèmes commencent quand il va essayer de ramener cette "femelle" sur la Terre pour vivre avec elle. Traitée comme un animal, mise en cage, soumise à une quarantaine effroyable, la femme de cuir va connaître un long calvaire qui se terminera en tragédie.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (1 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire