Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
6 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
114 critiques
7151 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

La cité du soleil

Tommaso Campanella


La cité du soleil
Titre original : Città dell' Sole

 Pour la présente édition :

Editeur : 1001 nuits

La critique du livre
Soyez le premier à donner votre avis !

Ugo BELLAGAMBA a fait son mémoire de DEA sur cet ouvrage. Il s'agit d'un récit utopique écrit par un dominicain dont les positions parfois hétérodoxes lui valurent de houleuses relations avec l'Eglise (il fut longuement détenu et torturé). Il s'agit d'un dialogue, où un moine pose des questions à un marin.
En effet, ce dernier a eu la chance, dans ce qui est aujourd'hui le Sri Lanka, de connaître la Cité du soleil, où ne règnent que le bonheur, la paix et l'harmonie.

CAMPANELLA

s'inspire là du communisme des premiers chrétiens, pour nous présenter ce qu'il estime être la cité idéale, par laquelle se régénéreront à la fois l'humanité et le christianisme. Curieux mélange d'astrologie, d'astronomie et de morale chrétienne (vue ici sous l'angle de la religion naturelle), c'est en fait une terrible Cité totalitaire que nous dépeint l'auteur. En effet, tout passe par et pour la collectivité, l'individu y est nié, à commencer par ses désirs, puisque tous ses besoins sont comblés. La sexualité, par exemple, reste limitée à la seule reproduction (les femmes sont mises en commun, et l'amour n'y existe pas plus que le couple ou les sentiments), sous des conditions eugénistes rigoureuses, où les périodes de reproduction sont déterminées par l'astrologie. Un des autres faits surprenants reste, comme nous l'avons évoqué, l'hétérodoxie quant aux positions officielles de l'Eglise catholique de l'époque. Il n'hésite pas, en effet, à critiquer ARISTOTE (pierre angulaire du thomisme), au profit de PLATON et surtout PYTHAGORE, voire d'aller jusqu'à défendre GALILEE et COPERNIC, en se basant sur un héliocentrisme alors condamné par l'Eglise, qui reste le fondement architectural et urbanistique de sa Cité. Curieux personnage qui défend alors des positions scientifiques avancées contre l'Eglise, qu'il soutient totalement par ailleurs. Comment cette mystérieuse cité isolée de l'Europe, a eu accès à de telles avancées scientifiques ? l'auteur se garde bien de nous le dire.
Un autre fait frappant : leur religion. Il s'agit en effet d'un véritable syncrétisme abrahamique appliqué au pied de la lettre, basé sur une morale proto-chrétienne, que l'on peut déjà deviner dans l'austérité d'EPICURE. Et c'est bien là le propos de

CAMPANELLA

, homme de la Renaissance : fi de la scolastique et retour aux racines du christianisme, pour régénérer l'humanité. Catholique cependant, il n'en pourfend pas moins LUTHER en des termes peu amènes. Bien sûr, comme dans toutes les utopies, la froide perfection fait frissonner le lecteur, pris d'effroi, devant cette humanité si parfaite qu'elle n'a aucun désir, ses besoins étant satisfaits, à commencer par l'éducation, en particulier dans les domaines scientifiques. Mais surtout une humanité dont la vie est entièrement réglementée et contrôlée par la collectivité, et le triumvirat qui dirige la Cité, avec un curieux et improbable mélange d'aristocratie, d'oligarchie et de démocratie, sur fond de théocratie rappelant parfois les Incas. On y retrouve d'ailleurs l'un des fondements de la pensée de

CAMPANELLA

, partisan d'une Europe théocratique dirigée d'une main de fer par le Pape, où la religion aurait la priorité sur l'Etat. L'individu n'existe pas en tant que tel, mais en tant que pièce d'un tout, pièce semblable à n'importe quelle autre pièce de ce tout, puisque chacun y est l'égal de l'autre : l'égalité passe ici par l'uniformisation absolue, jusque sur le plan vestimentaire.
La lecture de ce court et glaçant opuscule reste d'autant plus recommandable qu'il s'agit d'une des premières utopies modernes (avec BACON et MORE), c'est à dire d'une des sources d'inspiration de la SF, à commencer par Ugo BELLAGAMBA.




Tommaso Campanella (1568-1639) est l'un des personnages les plus surprenants de la Renaissance italienne. Ce moine dominicain, d'origine calabraise, qui rencontra et soutint Galilée, passa plus du tiers de sa vie dans les prisons du Saint-Office. Il trouva cependant la force d'écrire une œuvre immense. Enchaîné au fond de son cachot, il rêva d'une cité solaire, communauté idéale conçue par la raison et régie selon les lois de l'astrologie. Les communistes du XIXe siècle y virent un texte précurseur : l'égalitarisme (ni maîtres ni serviteurs) et l'abolition de la propriété privée les séduisirent, même si se profilait déjà, derrière la perfection de l'utopie, un modèle de société totalitaire.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Soyez le premier à donner votre avis !

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire