Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
7 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
mijo

Inscrit le :
20/08/2006
8 critiques
583 messages
Consulter le profil de mijo
Envoyer un message privé à mijo

La Cité de Perle

Karen Traviss


La Cité de Perle
Titre original : City of Pearl
Première parution : 2004

 Pour la présente édition :

Editeur : Eos
ISBN : 2811200568

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (6 réponses)

RECETTE DE LA CITE DE PERLE
Examinons un peu les ingrédients de

TRAVISS

pour ce dessert spécial vacances puisque de 4x 400 pages à ce jour...

D’abord la base :
Une héroïne bien sûr : Shan ex inspecteur chef de l’environnement : forte, décidée, capable : une femme d’actions et d’honneur dont le rêve secret est de pouvoir cultiver sa propre variété de tomates…
Un héros ET : ARAS solitaire sur la planète Cavanagh, située à 25 AL de la Terre dont il est le gardien chargé de la protection des BEZERI espèce qui a frisé l’extinction et dont le monde souffre d’un équilibre écologique fragile.

Ensuite le moule :
La mission « officielle » de Shan : rejoindre avec une équipe de marines (chef oui chef) et de scientifiques (leur serment = I will put the common good before professional pride or profit) la colonie humaine style amish qui survit sur Cavanagh sous la protection de ARAS, et qui surtout détient une banque génétique non trafiquée des espèces végétales et animales de la Terre

Ouf, : une recette facile ! Un livre d’aventures SF sans grande originalité : et bien NON
Voici que cela se complique :

Plus d’ingrédients :
D’abord ARAS, l’ET qui protège la colonie humaine sur Cavanagh souffre d’une maladie dangereuse et contagieuse : il est l’hôte involontaire de C’naatat qui lui confère l’immortalité !
Cette mission n’est- elle qu’un prétexte pour en savoir plus ?

Le peuple de ARAS les WESS’HAR qui habitent sur le satellite de C. - - sont des ET technologiquement plus avancés que les humains et se sont proclamés protecteurs des espèces peuplant la galaxie. Ils n’hésitent pas à employer des moyens radicaux pour ceux qui ne partagent pas leur conviction écologique !

Et comme on risquait de laisser reposer trop longtemps la pâte et donc de s’ennuyer voilà qu' arrive un deuxième vaisseau humain et qu'intervient une deuxième espèce d’ET les Isenj qui pratiquent la surpopulation à outrance et ont donc des affinités avec les terriens.


Et pour finir, parlons du tour de main,
de la petite touche en plus qui fait que la sauce prend :

Le style est concis, l’humour mordant, les mondes décrits crédibles (même si pour les puristes les explications scientifiques sont peu approfondies), les personnages variés pour que tout lecteur puisse passer par toute la gamme des émotions admiration, haine, peur, envie, respect et j’en passe.

TRAVISS

a donc pimenté sa recette de base de réflexions intéressantes sur l’expansion, sur les rapports avec des ALIENS, sur les descriptions de sociétés différentes mais confrontés aux mêmes problèmes, sur la diffusion des informations (le personnage du journaliste est très intéressant) …
et surtout sur des êtres humains ou ET, qui vont évoluer au fil des pages, de simples exécutants, ils vont devoir prendre partie, réfléchir aux conséquences de leurs actions, assumer leurs vécus et pour certains trahir peut être leurs origines.

Aussi la cuisson sera-t-elle un peu longue

et les quatre tomes qui s’enchaînent ne couvrent qu’une très brève période de l’histoire qui rebondit et continue sans que le soufflet retombe sauf peut être dans le 3e opus où

TRAVISS

nous fait découvrir en détail la société matriarcale WESS’HAR mais à qui il manque AMA un peu de punch et d’actions par rapport aux 2 précédents opus.

Alors forcément, une héroïne, des ET qui défendent avec intégrité la liberté, dont la raison de vivre est l’équilibre et le respect de l’environnement (leur crédo = leave nothing but footprints, take nothing but memories) et dont la société donne la part belle à la gente féminine...

En gourmande je me suis goinfrée .......
>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> et en plus j’en redemande
!

Sortie du T5 annoncée en 2007 - youpiii - parce que je n'ai toujours aucune idée de ce que sera le goût final de ce dessert...



CITY OF PEARL
CROSSING THE LINE
THE WORLD BEFORE
MATRIARCH

KGB ou SANDRINE Malgré tous mes efforts je n'arrive toujours pas à insérer la photo de couverture de la version VO SVP




This planet belongs to the bezeri, that moon belongs to the Wess’har and the Isenj make territorial claims here. So the wess’har have what you would call a military presence here to protect the bezeri, who can’t defend themselves.
Ah, Shan said, is this military presence something I should be worried about ?
See the plain ? Josh said;
She looked aroud the unspoiled wild lanscape. She could see nothing, absolutely nothing, except the alien scrubland. Are they out there ?
It’s what’s not there that matters. There was an isenj city out there once, coast to coast. Now there’s not a single trance of it. The Wess’har wiped it off the face of the planet.
They don’t bluff and they don’t négotiate. Be mindful of that.
It was hard not to. Shan stared at where the iseng town conspicuously was not.
Josh carried on walking. Welcome to the frontline,





Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire