Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
17 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

L'homme invisible

H. G. Wells


L'homme invisible
Traduction : Achille Laurent
Illustration : Rozier Gaudriault
Titre original : The invisible man
Première parution : 01 juillet 1975

 Pour la présente édition :

Editeur : Le Livre de Poche
ISBN : 2253004855

Ce livre est noté   (4/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Soyez le premier à donner votre avis !

Entrée en matière :

« L’étranger arriva en février, par une matinée brumeuse, dans une tourbillon de vent et de neige. Il venait, pédestrement, par la dune, de la station de Bramblehurst, portant de sa main couverte d’un gant épais, une petite valise noire. Il était bien enveloppé des pieds à la tête, et le bord d’un chapeau de feutre mou ne laissait apercevoir de sa figure que le bout de son nez. La neige s’était amoncelée sur ses épaules, sur sa poitrine ; elle ajoutait aussi une crête blanche au sac dont il était chargé… »

L’histoire :

Alors que la neige tombe à gros flocons, à Iping, un village de l’Angleterre, un étranger arrive dans une chambre d’hôte, emmitouflé de la tête aux pieds, gelé, peu causant, mystérieux et il deviendra le centre des conversations des habitants dudit village. Car personne n’a vu son visage, même la maîtresse des lieux : il porte en permanence des gants, des bandages sur le visage et ne mange que lorsqu’il est seul. Ses malles sont remplies de livres et de flacons de chimie. Les rumeurs vont bon train sur ce personnage volontiers acariâtre…

Wells

, l’homme des métaphores.

Son roman le plus connu, la guerre des mondes vient d’être adapté sur grand écran et la réalisation est passée à côté (ou a occulté) du message principal de ce roman : la critique politique de l’Angleterre impérialiste. Or

Wells

est l’homme des contestations, activiste même et chacun de ses romans révèle une critique souvent acerbe.

Une histoire tragique.
L’homme invisible est un roman où le héros est traqué, pourchassé, et ses aventures sont une longue traque à travers le pays. Je rapprocherais le destin de l’homme invisible à celui d’Elephant man, c’est à dire le destin d’un homme différent. Le rapport à l’autre est assez bouleversant au final puisqu’il ne cesse de se cacher, de fuir tout au long du roman. C’est l’histoire d’un homme terrorisé.

La métaphore.
Comme indiqué dans l’excellente préface de Claudine Nicolaï (à lire après , comme toujours), le roman pourrait se scinder en deux parties distinctes.
L'une où l’on voit les commérages d’un village, assez burlesque dans le ton est assez humoristique, et où l’ignorance parfois crasse est caricaturée à souhait. A remplacer dans son contexte de l’époque, bien sûr.
L’autre, plus sérieuse, plus froide raconte l’histoire et toutes ses implications parfois terrifiantes des intentions de l’homme invisibles.
Si l’on replace dans le contexte de l’époque, encore, c’est la peur des progrès technologiques face à la population rurale qui est mise en avant, un peu à la façon de Barjavel qui avait diabolisé la technologie (atomique) dans son roman Ravage.

Un roman unique qui n’a pas ménagé l’imagination des réalisateurs. Un classique.

Extraits :

« Plus j’y pensais, Kemp, et plus je comprenais quelle absurdité sans recours était un homme invisible, sous un climat froid et sale, dans une ville encombrée, civilisée. Avant cette folle expérience, j’avais rêvé tous les avantages du monde. Cet après-midi, tout n’était plus que déception. Je récapitulais toutes les choses que l’homme tient pour désirables. Pas de doute que l’invisibilité me rendit possible d’y atteindre ; mais elle me mettait dans l’impossibilité d’en jouir, une fois que je les aurais obtenues. Pour l’ambition, pour l’orgueil ; de quel prix est une place où il ne vous est pas permis de vous montrer ? De quel prix est l’amour d’une femme quand elle ne peut s’appeler que Dalila ? »




C'est en hiver que l'étranger s'est installé à l'auberge du village d'Iping. Ses bandages, qui lui enveloppent entièrement la tête, sauf le nez, d'un rouge vif, lui donnent un aspect étrange, assez terrifiant, et les langues vont bon train.
On l'aurait peut-être laissé en paix s'il n'avait pas retardé le paiement de sa note et s'il n'y avait pas eu un vol mystérieux au presbytère. Mandat est donné de l'arrêter, mais comment se saisir d'un personnage qui disparaît à mesure qu'il se dépouille de ses vêtements ? Quant à l'étranger, obligé d'être nu pour échapper aux poursuites, il souffre cruellement du froid et de la faim.

Ainsi débute l'aventure du savant qui a découvert la formule de l'invisibilité, un des romans les plus célèbres de Herbert George Wells et, par son invention et son humour, un des chefs-d'oeuvre de la littérature fantastique.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Soyez le premier à donner votre avis !

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La guerre des mondes   

La guerre des mondes

    

H. G. Wells



Cette critique est signée oman
13 réponses y ont été apportées. Dernier message le 09/09/2013 à 15h12 par Gui

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire