Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
5 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
114 critiques
7151 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Extrêmement fort et incroyablement près

Jonathan Safran Foer


Extrêmement fort et incroyablement près
Traduction : Jacqueline Huet, Jean-pierre Carasso
 Pour la présente édition :

Editeur : L'Olivier
Collection : Littérature étrangère

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (12 réponses)

Que dire ? Exceptionnel, totalement bouleversant, absolument fabuleux, formidable, exceptionnel, génial, grandiose, merveilleux ?
Quel superlatif serait à la hauteur de la qualité de ce livre ? Chef-d’œuvre, alors que l’auteur n’avait pas 30 ans quand il l’a écrit ?
Satisfait ou remboursé ?

Mais commençons plutôt par l’histoire.
Oskar Schell est un new-yorkais de 9 ans. Il est fasciné par Stephen Hawking, végétalien, francophile et pacifiste, et un collectionneur multi-casquette, des souvenirs sur les Beatles aux pierres semi-précieuses.
Sa mère est avocate, et son père était bijoutier. Etait, car il est mort dans les tours du World trade center, un sinistre 11 septembre. Peut-on se remettre si jeune de la perte d’un parent, dont il ne reste plus rien que des souvenirs ? Partagé entre une grand-mère aimante et une mère accaparée par son travail, Oskar n’arrive pas à faire le deuil de son père.
Un jour, en allant dans la chambre de ses parents, il renverse un vase bleu. Le vase se brise, et libère son contenu : une enveloppe. Elle contient une clé, et un nom est écrit dessus : Black.
Oskar pense qu’elle a un lien avec son père. Il va donc parcourir New-York pour essayer de trouver à quoi cette clé correspond, dans le fol espoir d’y trouver un lien avec son père. Et si son père n’était pas mort ?

Ecrire sur l’enfance est souvent un exercice périlleux. On tombe souvent dans la niaiserie, ou dans l’autre travers, qui est de faire de l’enfant un adulte dans un corps d’enfant.
Même chose pour le deuil, où l’on peut sombrer dans le ridicule et le pompeux.
Il faut reconnaitre qu’en la matière, l’auteur fait preuve d’un tact exceptionnel, absolument exceptionnel.
Il opère plutôt en orfèvre, il cisèle son personnage à la manière d’un Sturgeon. Il nous restitue les états d’âmes, les pensées, les aventures et les pérégrinations d’un personnage incroyablement attachant. Nullement idéalisé non, mais véritablement attachant. Attachant dans l’opiniâtreté de sa quête, dans sa naïveté, dans la douleur de son enfance fracassée. Mais si Oskar est attachant, le livre lui, est absolument bouleversant. Hanté par l’image fantomatique de ce père, par les souvenirs que son fils a de lui, par ses illusions, ses semelles de plomb...
Véritable OLNI littéraire, on y trouve des photos, des pages corrigées au stylo rouge, des cartes de visites, des extraits de divers documents, et tout un tas de jeux typographiques.

Ecrire sur le 11 septembre est un acte périlleux, tant la charge émotionnelle est forte.
Foer montre avec ce qu’il faut de pudeur la souffrance, la douleur d’un gamin, d’une veuve et d’une mère. Et de ce champ de ruines du 11 septembre, Foer fait monter un requiem bouleversant d’humanité, et le lecteur ne peut, par moment, retenir ses larmes ou ses éclats de rire. On pense à Simak par moments, à Brown aussi parfois, mais surtout à Berthelot, à Keyes et à Sturgeon.

Alors maintenant que le livre est disponible en poche, vous n’avez plus aucune excuse pour ne pas le lire.




Oskar Schell est inventeur, entomologiste, épistolier, francophile, pacifiste, consultant en informatique, végétalien, origamiste, percussionniste, astronome, collectionneur de pierres semi-précieuses, de papillons morts de mort naturelle, de cactées miniatures et de souvenirs des Beatles. Il a neuf ans. Un an après la mort de son père dans les attentats du 11 septembre, Oskar trouve une clé. Persuadé qu'elle résoudra le mystère de la disparition de son père, il part à la recherche de la serrure qui lui correspond. Sa quête le mènera aux quatre coins de New York, à la rencontre d'inconnus qui lui révéleront l'histoire de sa famille. Après le choc de Tout est illuminé, cet étonnant objet littéraire et typographique explore à nouveau, mais sur un autre registre, les chemins d'une mémoire à jamais perdue. Quand tout a été oublié, il ne reste plus qu'à inventer.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (12 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire