Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
4 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Gracie

Inscrit le :
05/10/2004
37 critiques
1857 messages
Consulter le profil de Gracie
Envoyer un message privé à Gracie

En panne sèche

Andreas Eschbach


En panne sèche
Traduction : Frédéric Weinmann
Illustration : Matthias Kulka
Titre original : Ausgebrannt
Première parution : 1er trimestre 2007

 Pour la présente édition :

Editeur : L'Atalante
Collection : Insomniaques et ferroviaires
Date de parution : 1er trimestre 2009
ISBN : 978-2-84172-420-8

Ce livre est noté   (3/5 pour 1 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Roman de

Eschbach

assez étonnant. Le sujet pourrait faire penser au genre post apocalyptique, or il n'en est rien.
D'abord parce qu'une très (trop à mon goût) longue première partie pose le décor : le héro, Markus, ambitieux, fanatique naïf du rêve américain arrive sur le nouveau monde pour réaliser son rêve, réussir, devenir riche, être "quelqu'un".
On suit les étapes de sa progression, ses réussites, ses échecs. Au passage l'auteur égratigne la société américaine, l'envers du décor de ce "rêve américain".
Parallèlement, on suit en Allemagne le frère et la soeur de Markus dans leur vie quotidienne. Dans ce chapitre, se prépare en toile de fond le bouleversement de ce monde qui va basculer dans le deuxième chapitre.

Il y a bien une "catastrophe", mais pas de catastrophe spectaculaire et apocalyptique façon Hollywood. Notre civilisation résiste mais malgré tout s'effondre doucement. L'humanité se protège de diverses manières selon qu'il s'agit du moyen-orient ou des Amériques ou de l'Europe, jusqu'à une communauté qui choisit le repli et le fanatisme.
L'homme ne revient pas à l'état sauvage ni ne se transforme en sale mutant ou autre délire. Mais la famine et le chômage massif apparaissent, la violence et la délinquance explosent etc.
Bref, il y a là une sorte de proximité et de plausibilité très réalistes et angoissantes, qui font penser au polar, même si au final le roman est plutôt optimiste et laisse finalement le choix à l'homme de construire un monde meilleur, ou pire… Pour certains d'ailleurs cet catastrophe se révélera finalement plutôt bénéfique permettant de rétablir les liens communautaires disparus sous l'effet de la civilisation moderne.

Contrairement au réalisme de la catastrophe s'oppose l'invraisemblance de l'histoire de Markus : difficile de croire à l'aventure de cet homme ordinaire qui va se trouver mêler de près ou de loin à tous les destins et événements importants de la planète. Il y a des rebondissements d'une invraisemblance incroyable ! Au point que l'on a l'impression que les Etats-Unis sont vraiment un petit pays où l'on rencontre toujours les mêmes gens à ses quatre coins, même par hasard !
J'ai été un peu déroutée par ce choix narratif :
Est-ce délibéré ? Markus comme un personnage un peu allégorique de l'humanité occidentale avec toutes ses qualités et ses défauts. Markus effectue un vrai road movie dans ces états-unis et une partie de l'Europe.
Est-ce une simple facilité du récit ? Et alors c'est un côté un peu raté du roman. Je n'arrive pas très bien à choisir entre ces deux options.

En conclusion un gros roman dense et complexe comme une épopée feuilletonesque qui scrute et décortique les qualités et les défauts de nos sociétés de pays riches sans jamais tomber dans le militantisme ou le manichéisme. Mais il expose à la fois ce qui en fait l'humanité et la monstruosité. Roman bien documenté qui donne la chair de poule parfois en évoquant certains faits historiques et en les montrant sous leurs aspects les plus sombres, il nous fait détester le pétrole comme jamais.
Finalement l'humanité sera-t-elle capable de construire un monde meilleur après l'ère du pétrole, énergie pratique mais polluante et destructrice ?

Un roman à ne pas rater et qui une fois refermé laisse des traces durables chez son lecteur.




Même la dernière goutte d'essence permet encore d'accélérer. Mais pour combien de temps ?

L'humanité va-t-elle affronter son plus grand défi ? La fin de l'ère du pétrole est imminente. Quand le plus grand champ pétrolifère du monde se tarit, en Arabie séoudite, des bouleversements se mettent en branle. Notre civilisation touche-t-elle à sa ruine ?
Markus Westermann, lui, parie sur un miracle : il croit détenir une méthode qui permet de trouver de l'or noir. Beaucoup de pétrole. Encore faut-il que ce ne soit pas une illusion. Et lui faut-il jalousement en garder le secret s'il veut en tirer tout le bénéfice.
Voici le parcours d'un jeune ambitieux qui veut conquérir l'Amérique et le monde. Une trajectoire semée d'embûches, de mystères et de dangers. De coups de théêtre et de révélations inattendues. Un thriller environnemental stupéfiant en même temps qu'une réflexion sur les errements et les défaillances à venir de notre société de consommation.

Andreas Eschbach est né en 1959 à Stuttgart et vit aujourd'hui en Bretagne.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (6 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Des milliards de tapis de cheveux   

Des milliards de tapis de cheveux

    

Andreas Eschbach



Cette critique est signée Gracie
20 réponses y ont été apportées. Dernier message le 15/05/2010 à 10h36 par Lisbei

Le dernier de son espèce   

Le dernier de son espèce

    

Andreas Eschbach



Cette critique est signée Tank-Girl
10 réponses y ont été apportées. Dernier message le 02/09/2012 à 19h20 par Lisbei

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire