Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
11 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
morca

Inscrit le :
27/04/2004
34 critiques
5434 messages
Consulter le profil de morca
Envoyer un message privé à morca

En mémoire de mes péchés

Joe Haldeman


En mémoire de mes péchés
Traduction : Bruno Martin, Julie Pujos
Illustration : Kazuhiko Nakamura
Titre original : All my sins remembered
Première parution : 1977

 Pour la présente édition :

Editeur : Gallimard
Collection : Folio SF
ISBN : 2070320774

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (8 réponses)

La confédéracion est une institution tentaculaire qui défend les droits des hommes et des non-humains, lors même que l'humanité a étendu son territoire au-delà de l'imaginable (mais pas pour le lecteur de sf). Pour cela, il y a la Charte, texte régissant notamment les limites de l'intervention de l'homme avec les civilisations Aliens. Si vous y contrevenez, vous pourriez bien avoir la visite d'espions du TBII, bureau obscur de la confédéracion. Si vous êtes assez fou pour vous débarrasser des espions, vous risquez fort de voir débarquer un opérateur-chef.
Et puis non, vous ne le verrez pas. Parce qu'il a peut-être pris l'apparence d'un de vos proches, et, qui plus est, sa personnalité, grâce au "placage" psychologique. De plus, il est spécialement entraîné, c'est une machine à enquéter, détruire, torturer, tuer... Et si vous vous en débarrassez également, un signal émettant dès que son coeur ne bat plus, vous avez toute chance de voir votre planète sauter sous les bombes...

Rares sont les opérateurs-chefs. Et Otto McGavin est un de ceux-là. On suivra son parcours pendant 23 ans, depuis son recrutement jusqu'à sa retraite.
Etre opérateur-chef, c'est être au sommet de l'espionnage. C'est avoir des facultés supérieures à la majorité des êtres humains, des connaissances fournies, des techniques de combats ultra-efficaces. Presque un super-héros.
Sauf qu'en fait, vous ne maîtrisez pas vos acquis : ils vous sont insérés sous hypnose.
Sauf que si vous commencez à être écoeuré de tuer, le thérapeute qui vous suit colmatera tout ça.
Sauf que vous n'êtes qu'un pion au service d'une institution sans doute pas si altruiste que ça.


C'est mon premier

Haldeman

, et c'est une traduction, mais j'ai trouvé, au final, des qualités certaines à ce roman, dont je ne serais pas étonné qu'elles soient récurrentes chez l'auteur :

Haldeman

dit ce qu'il a à dire, avec clarté, avec, même, une certaine humilité (quelque chose comme ça), qui, au final, emporte l'adhésion. Il développe un style très agréable, dans lequel on peut se couler avec facilité. Il offre un récit (des récits, car on suit le héros sur plusieurs "missions") prenant.
Un petit coup de pied dans les horreurs faites par raison d'état, le TBII faisant quand même penser à la CIA, dans ses oeuvres les plus obscures.
Ce livre ne séduira pas par une imagination débridée, ni par un style flamboyant, ni par des thèses extravagantes. D'ailleurs, il ne séduira peut-être pas. Mais il pourra plaire.




Vous voyez ça d'ici. Des simili-gorilles défoncés au bismuth qui entassent leurs défunts ancêtres dans leur salon comme des fagots de bois mort. Une planète reculée où des chauves-souris géantes font la loi dans le ciel nocturne, où des serpents gros comme des semi-remorques rôdent dans la jungle. Un cafard sarcastique, aussi gros qu'un homme, qui connaît le Talmud par cœur, jure comme un charretier et prétend être immortel. Pendant plus de vingt ans, rien que de très banal dans tout ça pour Otto McGavin, ex-agent du mythique T.B.I.I., chargé de maintenir l'ordre dans ces endroits pourris et qui, au seuil de la retraite, s'interroge sur son passé. Car enfin, peut-on être à la fois flic, anglo-bouddhiste fervent et non-violent convaincu ?
Sous les apparences d'un space opera loufoque, une réflexion sarcastique sur la violence d'État et la perversion du pouvoir.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (8 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
La Liberté éternelle   

La Liberté éternelle

    

Joe Haldeman



Cette critique est signée Gui
Aucune réponse pour le moment...

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire