Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
28 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
Olivier

Inscrit le :
02/09/2004
115 critiques
7155 messages
Consulter le profil de Olivier
Envoyer un message privé à Olivier

Des fleurs pour Algernon

Daniel Keyes


Des fleurs pour Algernon
Traduction : George Gallet
Illustration : Eikasia
Titre original : Flowers for Algernon
Première parution : 1966

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu

Ce livre est noté   (4.7/5 pour 7 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (24 réponses)

Charlie Gordon est un attardé mental, dont le QI culmine à 70. Autrement dit, c’est un neuneu. Il travaille dans une boulangerie, où il s’occupe des livraisons et d’autres menus travaux. Il est heureux ainsi.
Des scientifiques, travaillant pour une mystérieuse fondation, ont trouvé une substance capable de décupler l’intelligence. Ils l’ont essayé avec succès sur une souris, Algernon. Ils veulent maintenant tenter l’expérience sur un être humain attardé, afin de le faire accéder à une intelligence normale. Ce qui ouvrirait des perspectives énormes pour l’évolution de l’humanité.
Ils injectent donc cette substance à Charlie, en lui demandant de faire un compte-rendu quotidien, afin de voir à quelle vitesse son intelligence se décuplera.
Ces comptes-rendus seront la matière exclusive du roman.

Au départ, ils sont truffés de fautes de toutes sortes : orthographe, grammaire, conjugaison, ponctuation… Il faut donc en faire une lecture phonétique, car Charlie semble plutôt tenter de transcrire des sons dans un écrit qu’il pratique à grand peine.
Puis le style s’améliore, les fautes disparaissent.
Charlie devient intelligent.
La destinée est cependant cruelle, car son intelligence lui permet de se rendre compte de nombreuses choses, à commencer par les humiliations qu’on lui a fait subir sans qu’il ait eu l’intelligence nécessaire pour s’en rendre compte. Sans parler des souvenirs douloureux de son enfance, qui remontent à la surface.
Puis de l’intelligence, Charlie passe au génie. Polyglotte, il s’imbibe de connaissances, devenant un véritable rat de bibliothèque, qui dévore goulument tout ce qui lui tombe sous la main. Il en vient à s’intéresser aux recherches dont il est le sujet, et veut permettre à tout le monde d’avoir accès à son traitement, pour que plus personne ne subisse ce qu’il a enduré. Il se lance donc à corps perdu dans la recherche scientifique.

Puis Algernon a un comportement étrange, incompréhensible. Jusqu’à ce qu’elle meure. Dès lors, Charlie comprend tout : son intelligence n’est que provisoire, et elle va décliner inexorablement. Ce qui va se sentir dans les comptes-rendus, jusqu’à la fin.

Difficile, vraiment difficile de ne pas finir ce livre en larmes, mais pourtant…

Pourtant, il pose de nombreuses questions, tant sur les personnages que sur un plan philosophique.

Une comparaison intéressante peut être faite entre ce traitement sensible et le traitement cérébral que fait Ted Chiang de cette même problématique dans Comprends.

SPOILER (qui ne traite pas de Ted Chiang)

On peut s’interroger sur la motivation des savants de passer si rapidement aux tests sur un cobaye humain, alors qu’ils ne semblent pas connaître l’issue du traitement. Du moins l’affirment-ils.
Certes, mais n’ont –ils pas sacrifié Charlie, en dopant son intelligence afin qu’il fasse sensiblement avancer la recherche, en l’immolant sur l’autel de la science ?

Quant à l’interrogation philosophique, elle rejoint les interrogations d’Epicure sur le bonheur et la mort.
Il considérait que le suicide était parfaitement légitime, dès lors que l’on avait atteint le summum du bonheur, puisque la vie ne serait que déception par la suite.
Et c’est bien là la double interrogation du livre :
1 - qu’est-ce que le bonheur : l’intelligence ?
2 – peut-on porter un jugement moral sur choix de Charlie, qui est celui du suicide, parce qu’il refuse de voir son intelligence régresser ? Bouleversés que nous sommes par son suicide (ah, cette fameuse phrase finale !), ne sommes-nous finalement pas égoïstes, par la tristesse que nous inspire la fin qu’il s’est choisie, et qu’il estime donc être le meilleur choix ?




Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du professeur Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l'intelligence. Enhardis par cette réussite, les deux savants tentent alors, avec l'assistance de la psychologue Alice Kinnian, d'appliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d'esprit employé dans une boulangerie.
C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser.
Mais un jour, les facultés supérieures d'Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d'un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l'état de bête...


Daniel Keyes est né à Brooklyn en 1927. Après ses études, il entra dans la marine marchande avant de devenir rédacteur d'une revue d'anticipation, puis professeur à l'université de l'Ohio. Son œuvre majeure, Des fleurs pour Algernon, a connu un immense succès et a été portée à l'écran par Ralph Nelson sous le titre Charly.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (24 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire