Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
3 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
mijo

Inscrit le :
20/08/2006
8 critiques
583 messages
Consulter le profil de mijo
Envoyer un message privé à mijo

Anciens rivages

Jack McDevitt


Anciens rivages
Traduction : Michèle Charrier
Titre original : Anciens shores
Première parution : 1999

 Pour la présente édition :

Editeur : Presses Pocket
ISBN : 2-266-08799-1

La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Le thème :
Un américain du Dakota découvre enfoui dans sa propriété un bateau de plaisance qui s’avère flambant neuf mais qui, après analyse, serait vieux de plus de 10 000 ans.

L’équipe local décide de rechercher le port d'attache du bateau, le trouve et bien entendu, il s’agit d’une ‘porte des étoiles’ mais située sur le territoire appartenant à une tribu sioux - pour corser un peu, je suppose mais l'auteur bâcle cette partie et l'effet escompté n'est pas à la hauteur.
MHA :
J'adore en général les récits simples où l'auteur défend son ou ses idées avec intelligence et habileté... mais là = rattage complet ! Passé l’exhumation du bateau, je n’arrive plus à croire en l’histoire !

J’attends une réaction scientifique importante, mais l’auteur s’en tient aux locaux, seuls contre le gouvernement avec leurs petits bras et leur volonté de rester maître de leur découverte et à des clichés sur les différents " illuminés " américains.

Je pense alors que le livre démarre doucement, de façon très ordinaire, que cela va monter en pression rapidement : j’espère découvrir une analyse percutante des conséquences de LA preuve d’une science extra terrestre et de la porte des étoiles, au niveau de la politique et de l'économie mondiales mais l’auteur ne me donne que quelques pistes purement américaines, les réactions de l’ONU n’étant que vaguement citées en moins d'un paragraphe ainsi que celles de quelques pays (je vous laisse deviner lesquels...)

Lorsque enfin les personnages principaux trouvent le moyen d’accéder à la porte, c’est en la réparant avec une simple caisse à outils alors que jusque là, rien ne permettait d’en comprendre le mécanisme …

Ces personnages en question, vont-ils sauver le livre ? L’auteur, par une approche plus intérieure, a-t-il su rendre en profondeur leurs sentiments, leurs motivations ? Ce n’est pas mon impression. Là aussi, c’est un défilé de caricatures, certes attachantes mais peu crédibles. (mode ironique on) A moins que l'auteur n' ait tenté de nous décrire la société américaine dans son infinie diversité ??? (mode ironique off)

Alors que reste t-il ? L’impression de découvrir un scénario de film SF familial, naïf, plein de bons sentiments et lorsque apparaît le mot fin, ce qui vient à l’esprit c’est d’avoir passé un moment certes sympathique mais ô combien frustrant.

Le seul bon point que j'accorde à l'ouvrage, c’est qu’il a fait naître le besoin irrésistible d’imaginer plus en profondeur ce qui aurait dû s’écrire - résumé d’ailleurs par l’auteur lui-même p 296 ainsi :
" Je sais que vous emmenez là-bas des savants – mathématiciens, géologues, astronomes, que sais-je encore ? (Petite remarque : le lecteur aussi le suppose parce que là aussi c'est à peine évoqué!) Mais il est aussi nécessaire d’y laisser quelqu’un qui ne soit là que pour réfléchir à la signification (en italique dans le texte) de ce qui est en train de se produire. Pour observer, pendant que les autres sérient, soupèsent, spéculent ; pour mesurer ces événements à l’aune de l’esprit humain. "

Pourquoi Mc Devitt, ayant posé une vraie problèmatique, n’a-t-il pas construit son roman dans ce sens ???

Quant à l’épisode avec l’ET, je me demande encore ce qu’il vient faire dans cette galère !

Finalement, peut être était-ce le but de l’auteur ? faire un livre facile, accessible à tout lecteur et lui posant une question : face à cette découverte révolutionnaire accepteriez vous le changement, quel qu’en soit le prix à payer ou vous accrocheriez vous à vos acquits ?

Et non, je ne suis pas en colère : j'ai acheté l'ouvrage d'occasion. Sa lecture ne m'a pas fatiguée J'ai seulement hâte de passer à autre chose...

et oui, vous l'avez remarqué vous aussi ? Ma bonne résolution 2007 de ne pas toucher à l'ordre de ma PAL n'a pas tenu un mois... je ne suis après tout qu'une "faible femme" Allez c'est une promesse à Lisbei, cette fois j'entame pour de bon Tyranaël ...






Juste le début pour ne pas dévoiler toute l'intrigue (sic) à ceux qui voudraient tenter l'aventure :

Tom LASKER, fermier du Dakota, découvre en creusant dans son champ un bateau flambant neuf.
La chose est déjà surprenante à des milliers de kilomètres de l'océan mais en plus, quand il s'avère que ce bateau est fait d'un matériau inconnu, inusable, et qu'il est probablement enfoui là depuis plusieurs milliers d'années - depuis l'époque où s'étendait dans la région une mer intérieure - cela devient tout bonnement incroyable...


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire