Forum SF
  Critiques
  Critiques BD
  A propos du site
  L'Atelier
  Remue-méninges
    Le bistrot
    Annonces (une dédicace ? vous venez de publier un livre ?)
Pseudo :
Passe :
  Pas encore enregistré ?
  Mot de passe oublié ?
66 visiteurs actuellement
  Les forums de Culture SF
oman

Inscrit le :
11/02/2005
90 critiques
994 messages
Consulter le profil de oman
Envoyer un message privé à oman

American gods

Neil Gaiman


American gods
Traduction : Michel Pagel
Illustration : Antoine Poulain
Première parution : 01 septembre 2004

 Pour la présente édition :

Editeur : J'ai lu
ISBN : 2290330418

Ce livre est noté   (3.5/5 pour 2 évaluations)


J'ai lu ce livre et je souhaite donner mon avis
La critique du livre
Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Entrée en matière :

« Ombre purgeait trois ans de prison. Il était assez costaud et avait plutôt l’air de ne pas se laisser emmerder pour que son plus gros problème soit de tuer le temps. Il se maintenait donc en forme, mettait au point des tours de magie avec des pièces de monnaie, et songeait énormément à sa femme bien-aimée… »

L’histoire :

Ombre est une force de la nature. Sa sortie de prison n’est pas des plus heureuses : c’est pour assister à l’enterrement de sa femme, tuée dans un accident, et pour apprendre qu’elle ne lui était pas fidèle. Il rencontre Voyageur, un personnage singulier qui veut l’embaucher pour être son compagnon de voyage/ garde du corps. Ils partent sur les routes pour rencontrer des gens qui ne paraissent pas tout à fait ce qu’ils sont, des gens pour mener une croisade contre les nouveaux dieux…

Cher à ses univers bien particuliers,

Gaiman

signe ici une œuvre fantastique des plus étranges. Le monde n’est pas ce qu’il paraît être et il se peut que parmi nous circulent des dieux…
C’est sur ce postulat que ressurgissent de lointains souvenirs des dieux : Odin, Kali…
Ces noms vont se matérialiser sous forme d’être comme vous et moi, mais dont les pouvoirs vont s’avérer être parfois terrifiants. Le monde va être le terrain de guerre de la plus formidable bataille entre les anciens et les nouveaux dieux. Ces derniers étant les vedettes du petit écran et les maîtres de notre actuelle société de consommation.

Gaiman

se livre à une critique de la société américaine qui oublié les anciens dieux à travers ce road-movie qui va nous entraîner aux quatre coins des USA que le héros prend avec calme.
Comme dans neverwhere, l’auteur intègre à son roman un humour parfois pince sans rire, notamment dans les dialogues.
Quelques longueurs m’ont fait lâcher le roman plusieurs semaines de suite et je n’ai pas retrouvé le charme et la poésie de neverwhere.
Quelques personnages apparaissent sans véritable raison, sans véritable rôle dans cette histoire.
Les dialogues, toutefois, sont parfois irrésistibles.

Bref, un bon roman mais moins, AMHA, que neverwhere.

Extraits :

« Quand Voyageur poussa la porte de l’immeuble, le soleil frappa les deux hommes de plein fouet.- La Liberté est une garce à baiser sur un matelas de cadavres, tonna Voyageur tandis qu’ils se dirigeaient vers la voiture.
- Ah oui ?
- C’est une citation. D’un Français. Voilà ce que représente la statue qu’ils ont installée dans leur port de New York : une salope qui se faisait sauter sur la charrette des condamnés, au retour de l’échafaud. Tu peux bien lever ta torche aussi haut que tu veux ma chérie, ça n’empêche pas qu’ils y ait des rats sous ta robe et du foutre froid qui te dégouline le long de ta jambe. »




A peine sorti de prison, Ombre apprend que sa femme et son meilleur ami viennent de mourir dans un accident de voiture et qu'ils étaient amants. Seul et désemparé, il accepte de travailler pour un mystérieux individu qui se fait appeler Voyageur. Entraîné dans une aventure où ceux qu'il rencontre semblent en savoir plus sur ses origines que lui-même, Ombre va découvrir que son rôle dans les desseins de l'énigmatique Voyageur est bien plus dangereux qu'il aurait pu l'imaginer. Car, alors que menace un orage d'apocalypse, se prépare une guerre sans merci entre les anciens dieux saxons des premiers migrants, passés à la postérité sous les traits des super-héros de comics, et les nouveaux dieux barbares de la technologie et du consumérisme qui prospèrent aujourd'hui en Amérique...

Best-seller aux Etats-Unis, un grand thriller épique où se mêlent mythologies et réalité, une magnifique métaphore dans laquelle Gaiman explore l'âme et les contradictions de l'Amérique moderne.


Vous aimez ce livre ou cette critique ? Faites-en part à vos amis !   
  



Lire l'avis des internautes (5 réponses)

Peut-être aimerez-vous aussi ces livres du même auteur ?
Neverwhere   

Neverwhere

    

Neil Gaiman



Cette critique est signée oman
3 réponses y ont été apportées. Dernier message le 21/06/2005 à 17h22 par zomver

Miroirs et fumée   

Miroirs et fumée

    

Neil Gaiman



Cette critique est signée Olivier
2 réponses y ont été apportées. Dernier message le 23/03/2015 à 11h08 par Jim

Science-fiction

, fantastique, fantasy : Culture SF, toutes les littératures de l'imaginaire

© Culture SF 2003 / 2014 - Conception et réalisation : Aurélien Knockaert - Mise à jour : 08 juin 2014

nos autres sites : APIE People : rencontres surdoués - Traces d'Histoire